Exorciste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Exorciste (homonymie).

Un exorciste est un prêtre à qui un évêque a confié la charge spécifique de chasser des démons. Dans chaque diocèse un prêtre a normalement reçu cette mission.

Jusqu'en 1972, l'office d'exorciste constituait le troisième degré des ordres mineurs.

Le ministère d'exorciste[modifier | modifier le code]

Dans le Nouveau Testament, le Christ chasse les démons (Matt 8, 16) : il leur commandait avec autorité de sortir des personnes qu’ils possédaient. Et ils lui obéissaient (Mc 1, 27), il les menaçait (Mc 1, 25), il leur parlait sévèrement et ils sortaient (Matt 17, 18).

Selon les Évangiles, le Christ a donné à ses disciples le pouvoir de commander au démon (Matt 10, 1 – Mc 3, 15). Ses disciples ont donc reçu le pouvoir de chasser les démons en son nom et de faire des miracles.

L'ordre mineur de l'exorcistat[modifier | modifier le code]

Dès les premiers temps de l'Église, l'exorcisme était confié à de nombreux hommes. Dès 251, il en est fait mention comme un ordre par des écrits antiques[1]. L'exorciste était un clerc et tout prêtre était exorciste. Par le motu proprio Ministeria quaedam[2] du 15 août 1972 de Paul VI, les ordres mineurs ont été supprimés, et le rang d'exorciste (troisième des ordres mineurs) a disparu.

De nos jours il reste conféré dans les ordres religieux en abbaye, ainsi qu'aux séminaristes qui se préparent à l'ordination au sein des communautés utilisant le rite tridentin.

L'exorciste diocésain[modifier | modifier le code]

Peu à peu, il est devenu clair aux yeux de l'Église que ce ministère devait retrouver toute sa place. C'est pour cela que les évêques choisirent des prêtres à qui ils confièrent cette mission spécifique d'exorciste.

Plus d'une centaine de prêtres exorcistes en France, un par diocèse ou plus, sont nommés pour faire face à une demande de plus en plus importante[3].

Quelques prêtres exorcistes connus[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Église Catholique Romaine :

XXe siècle

Italie[modifier | modifier le code]

  • Don Gabriele Amorth, exorciste à Rome, auteur de plusieurs livres, traduits en français.
  • Don Michele Bianco, exorciste et charismatique, sanctuaire de saint Cyriaque, Torre Le Nocelle, sud de l'Italie
  • Padre Candido Amantini dell'Immacolata (1914-1992), religieux passioniste, exorciste à Rome, que Don Amorth considère comme son maître ; mort en odeur de sainteté, une possible béatification est envisagée[5].

Suisse[modifier | modifier le code]

  • Georges Schindelholz, abbé exorciste, ayant publié des ouvrages à ce sujet[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. date de la Lettre (de Corneille) à l'évêque Fabien d'Antioche Cf. Denzinger no 109
  2. Ministeria Quaedam de Paul VI sur cérémoniaire .net
  3. émission radiophonique Interception du 24/10/10 sur France Inter : « Chasseur de démon ».
  4. a et b Le prêtre, le diable et le psychanalyste, - Publié le 19/10/1996, par Luc Ferry, Le Point
  5. http://esorcismi.altervista.org/preghiere/padre-candido-amantini-esorcista.html
  6. Migros Magazine, n°45, 4 novembre 2013, Le Jura, cette terre de mystère, par Alexandre Willemin, p.26