Divine Liturgie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icônes de saints Basile le Grand (à gauche) et Jean Chrysostome, auteurs des deux Divines Liturgies les plus usitées. Mosaïque de la Chapelle palatine de Palerme, vers 1150.

La Divine Liturgie (arménien : Սուրբ Պատարագ, Surb Patarag ; bulgare : Божествена литургия, Botchestvena liturgiya ; géorgien : საღმრთო ლიტურგია, saghmrto lit'urgia ; grec ancien : Θεία Λειτουργία', Theia Leitourgia ; roumain : Sfânta Liturghie ; russe : Божественная литургия, Botchestvennaya liturgiya ; serbe : Света Литургија, Sveta Liturgija) est la liturgie de l'Eucharistie dans les Églises de rite byzantin.

Ce terme est utilisé dans les Églises d'Orient — Églises orthodoxes et Églises catholiques de rite byzantin. L'Église apostolique arménienne[1] et l'Église catholique arménienne[2] utilisent le même terme. Quelques Églises des trois conciles orthodoxes utilisent le terme de "Sainte Offrande" (syriaque : ܩܘܪܒܢܐ ܩܕܝܫܐ, qûrbānâ qadîšâ, « Sainte Qurbana (en) »). Il est parfois employé dans l'Église latine, bien y qu'on utilise le terme de "messe" le plus souvent.

Dans la tradition orientale — celle des Églises catholiques et orthodoxes — la Divine Liturgie est considérée comme transcendant le temps et le monde. Dans le culte, tous les croyants sont censés être unis dans le Royaume de Dieu avec les saints défunts et les anges célestes. Pour cela, tous les actes de la liturgie sont symboliques en ce qu'ils rendent manifeste une réalité invisible. Selon la tradition orientale, les racine de la liturgie remontent au culte juif et en sont une adaptation par le christianisme ancien. Cette filiation apparaît dans la première partie de la liturgie, appelée Liturgie du Verbe, comportant la lecture des Écritures et l'homélie. La seconde partie aurait été adjointe en rappel de la Cène et de l'eucharistie des premiers chrétiens. Les fidèles orientaux croient traditionnellement que l'eucharistie est le moment central du culte ; que les offrandes deviennent réellement le corps du Christ et le sang du Christ et qu'en les partageant, ils deviennent tous le corps du Christ, c'est-à-dire l'Église. Chacune des liturgies a ses particularités, issues de la tradition, mais toutes sont très semblables[3],[4].

Rite byzantin[modifier | modifier le code]

Il y a trois Divines Liturgies, dans le rite byzantin, qui sont communément utilisées par les Églises orthodoxes et catholiques d'Orient :

On compte aussi des liturgies dérivées ou secondaires :

  • La Divine Liturgie de Saint Marc était célébrée dans le Patriarcat d'Alexandrie de l'Église orthodoxe de Chalcédoine jusqu'à des temps récents.
  • La Liturgie hiérarchique : alors que le nombre de paroisses croissait dans leur diocèse, les évêques, censés présider à l'eucharistie, durent déléguer leur fonctions à des prêtres attachés à une paroisse. Toutefois, dans la tradition orthodoxe, l'Église n'est pas conçue en termes de paroisses mais de liens à l'évêque. Aussi, lorsque celui-ci est présent, il préside la cérémonie et quelques phrases et hymnes sont ajoutés au rituel. La paroisse montre ainsi son attachement à l'évêque et, par delà, à l'ensemble de la communauté orthodoxe.

Structure[modifier | modifier le code]

La structure de la Divine Liturgie est fixe, bien que les lectures ou les hymnes puissent varier avec les fêtes et les saisons et que certains détails puissent changer d'une tradition à l'autre. Elle comporte trois parties liées :

  • la Liturgie de la Préparation qui inclut l'Entrée dans le sanctuaire, les prières des diacres et prêtres lorsqu'ils revêtent les habits sacerdotaux, la préparation des Dons ou prothèse ;
  • la Liturgie des Catéchumènes, ainsi appelée parce que c'est, traditionnellement, la seule partie du service auxquels les catéchumènes peuvent assister ;
  • la Liturgie des Fidèles, ainsi dénommée car, autrefois, seuls les fidèles en bonne santé pouvaient y participer. De nos jours, cette restriction ne s'applique plus qu'à la communion.

habituellement, une célébration eucharistique de rite byzantin consiste en :

Liturgie de la Préparation[modifier | modifier le code]

Cette partie du service se déroule en présence des seuls diacres et prêtres, dans l'abside, cachée au regard des fidèles par l'iconostase. Elle symbolise la partie cachée de la vie terrestre du Christ :

  • le clergé (diacres et prêtres) pénètrent dans l'église, vénèrent les icônes, revêtent les habits sacerdotaux puis entrent dans l'abside ;
  • le prêtre et les diacres préparent le pain (prosphore) et le vin pour l'eucharistie à la table de prothèse ;
  • dialogue préliminaire entre le prêtre et le diacre (Kairos).

Liturgie des Catéchumènes[modifier | modifier le code]

Cette partie du service est ouverte à tous : catéchumènes et fidèles baptisés sont réunis dans la nef :

  • Bénédiction d'ouverture par le prêtre :
Il élève l'Évangile, fait le signe de croix avec celui-ci au-dessus de l'autel et proclame : « Béni est le royaume du Père, du Fils et du Saint Esprit, aujourd'hui, demain et dans les siècles des siècles »
Hymnes commémorant des saints particuliers ou des événements spécifiques des Écritures, selon la calendrier liturgique et la coutume locale
l'homélie peut-être prononcée pendant la préparation de la communion, avant ou après la sortie des catéchumènes.
  • Litanie de Fervente Supplication — « Disons de toute notre âme et de tout notre cœur… »
  • Litanie des Disparus :
Cette litanie n'est pas dite les dimanches, lors des grandes fêtes et lors du Temps pascal

Liturgie des Fidèles[modifier | modifier le code]

Anciennement, seuls les fidèles pouvant recevoir la communion pouvaient assister à cette partie du culte. Dans la pratique contemporaine, avec quelques exceptions locales (par exemple au Mont Athos) tous les fidèles peuvent rester. Cependant, de façon formelle, il est demandé aux catéchumènes de sortir afin d'étudier leur catéchisme.

  • Première litanie des Fidèles
  • Deuxième litanie des Fidèles
  • Cherubikon chanté par le chœur comme représentant (ou icône) des anges
  • Grande Entrée :
Procession transportant le calice et la patène de la table de prothèse à l'autel.
Appel au Saint-Esprit sur les offrandes (le pain et le vin) pour les transformer en Corps et Sang du Christ
  • Commémoration des saints et hymne à Théotokos (la mère de Dieu)
  • Axion Estin (Appel à célébrer Théotokos. Remplacé certains jours par diverses hymnes à la mère de Dieu)
  • Louanges à l'évêque et aux autorités civiles — prière « Rappelle-Toi, Ô Seigneur… »
  • Litanie de Supplication — prière « Après avoir appelé au souvenir de tous les saints… »
  • Notre Père
  • Inclinaison des têtes
  • Prière « Les choses saintes sont pour le Très Saint… »
  • Hymne de Communion
  • Communion
  • Prière « Nous avons vu la vraie lumière… »
  • Prière « Que nos bouches soient pleines de Ta louange, Ô Seigneur… »
  • Litanie d'Action de Grâce
  • Prière derrière l'ambon
  • Psaume 33
  • Sortie des fidèles

Au cours de la Divine Liturgie, presque tous les texte sont chantés ; non seulement les hymnes mais aussi les litanies, les prières et même les lectures de la Bible, selon la tradition. Dans la pratique grecque moderne, le sermon, le Credo et le Notre père sont dits plutôt que chantés. Dans la tradition slave, tout est chanté, sauf le sermon[5].

Orthodoxie orientale[modifier | modifier le code]

Les Églises orthodoxes orientales utilisent généralement le terme Divine Liturgie pour désigner leur culte eucharistique, bien que d'autres termes, tels que qûrbānâ qadîšâ (« Sainte Qurbana (en) ») dans l'Église syriaque ou Badarak dans l'Église d'Arménie, soient utilisés dans certaines traditions orientales. L'orthodoxie orientale possède un grand nombre de variantes de la Divine Liturgie ; elles sont dénommées d'après l'anaphore qu'elles utilisent. Toutefois, elles se fondent toutes sur la même structure générale que la Divine Liturgie de rite byzantin.

Rite copte[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, l'Église copte orthodoxe utilise trois liturgies :

La liturgie de Saint Basile est célébrée la plupart des dimanches et comporte l'anaphore la plus courte. La liturgie de Saint Grégoire est généralement utilisée lors des fêtes de l'Église, mais pas uniquement. Le clergé célébrant peut combiner à volonté ces deux liturgies de nombreux jours de l'année.

Rite syriaque[modifier | modifier le code]

L'Église syriaque orthodoxe utilise une version de la Divine Liturgie qui diffère sensiblement de celle en vigueur dans le rite byzantin. Elle est beaucoup plus courte : elle peut être dite en deux heures, alors que la version primitive du rite byzantin, avant les révisions de Saint Basile et de Saint Jean Chrisostome, durait quatre heures. Elle peut être dite avec plus de quatre-vingts anaphores différentes ; la plus utilisée est celle de Mar Bar Salibi, qui est aussi la plus courte. Celle de Saint Jacques, qui ressemble à celle du rite byzantin est usitée lors des fêtes majeures, des consécrations d'églises et lors de l'inauguration des prêtres nouvellement ordonnés[6].

Rite arménien[modifier | modifier le code]

Dans le rite arménien, la Divine Liturgie est appelée Sourb Badarak.

Section à compléter

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liturgies grecques 

Traductions anglaises des principales liturgies :

  • (en) The Greek liturgies: Chiefly from original authorities, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1884 (lire en ligne).
  • (en) A collection of the Principal Liturgies: Used in the Christian church in the celebration of the Holy Eucharist, London,‎ 1838 (1re éd. 1720) (lire en ligne).
Liturgies des orthodoxes orientaux 
Liturgies des catholiques orientaux
Liturgies des catholiques arméniens