Prêtre anglican

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un prêtre anglican peut être masculin ou féminin, mais l'Église est divisée sur la question des femmes évêques. De plus, les rites anglicans ne reconnaissent pas la transsubstantiation et parlent plutôt de consubstantiation, à la différence des prêtres catholiques.

L'anglicanisme est une confession chrétienne, dont l'identité est issue du XVIe siècle, en Angleterre, lorsque le roi Henri VIII a rompu avec le pape de Rome. La plupart des Églises se reconnaissant dans cette confession sont rassemblées au sein de la Communion anglicane.

L'Église anglicane se dit à la fois catholique et réformée : catholique, parce qu'elle a maintenu une succession apostolique, et réformée parce qu'elle a adhéré aux principes nouveaux de la Réforme protestante.

L'Église anglicane se considère comme une des branches (en) de l'unique Église catholique, à parité avec les églises catholique et orthodoxe. Toutefois, ni l'Église catholique (depuis l'encyclique Apostolicae Curae de Léon XIII) ni l'Église orthodoxe[1] ne reconnaissent la validité des ordinations anglicanes.

Les Églises anglicanes ont conservé une bonne partie de la liturgie et de l'organisation hiérarchique catholique (sauf le cardinalat et la papauté). Cependant, au XXe siècle et au XXIe siècle, certaines Églises de la communion anglicane ont pris des décisions libérales par rapport à d'autres confessions chrétiennes : ordination de femmes prêtres, acceptation d'un évêque homosexuel vivant en couple, par exemple.

De nos jours, les Églises anglicanes sont notamment divisées sur la question de l'ordination des femmes et des homosexuels.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Église orthodoxe et la conception de l'épiscopat, Mgr Jean (Eugraph Kovalevsky), évêque de Saint-Denis, Présence Orthodoxe n° 4-2001