Lazare de Schwendi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Schwendi.
Lazarus von Schwendi.

Lazare de Schwendi (1522 - 1583) est un diplomate et général de Charles Quint et Maximilien II, dont le nom est devenu célèbre en Alsace dans la région de Colmar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en juin 1522 à Mittelbiberach en Souabe, fils illégitime de Ruhland de Schwendi et Appolonia Wenken, sa servante ; son père, décédé en juin 1525, avait établi un testament instituant la ville de Menningen, exécuteur testamentaire et tuteur de son fils.

Après des études dans les universités de Strasbourg et de Bâle, il entra au service de Charles Quint en 1546.

Il s’illustra au combat et en particulier en 1552, lors de l’annexion par le Roi de France, Henri II de France, de la ville de Metz ; en 1556, il est nommé par Philippe II d’Espagne, gouverneur de Philippeville en Région wallonne, où il entra en janvier, à la tête d’un régiments de lansquenets allemands et cet événement est rappelé par une inscription qui se trouve dans l'église de cette ville[1].

Le 10 août 1557, il participa avec ses lansquenets à la Bataille de Saint-Quentin[2], puis, en juillet 1558, à la Bataille de Gravelines, dans lesquelles, le roi Philippe II prenant un net avantage, imposa à la France de signer la paix du Cateau-Cambrésis (1559)[3]

Malgré cette intense activité militaire, il fut chargé de nombreuses missions diplomatiques à Prague, en Bavière, à Bruxelles (en tant qu’ambassadeur impérial).

Marié en 1552 à Anne Boecklin de Boecklingsau, il aura un fils Jean-Guillaume de Schwendi en 1557, baron de Hohenlandsberg, décédé en janvier 1609. Suite au décès de son épouse, (25 juillet 1571) il se remaria, en octobre 1573, à Éléonore de Zimmern (1554-1606).

Entre 1564 et 1568, il est au service de l’empereur Maximilien II, (Maximilien II du Saint-Empire) en tant que colonel de toutes les troupes allemandes à cheval et à pied et est envoyé en Hongrie pour combattre les Turcs; le 11 février 1565, il prit d’assaut la forteresse de Tokaj : il aurait rapporté de son voyage, le savoir-faire viticole de cette région du nord-est de la Hongrie et il serait donc à l'origine du Tokay d'Alsace: il s’agit d’une aimable légende puisque le Tokay d’Alsace (le pinot gris) ne correspond nullement aux cépages qui donnent le vin doux de Tokay[4] et que, d’autre part, le pinot gris était connu en Alsace depuis le Moyen Âge.

À partir de 1568, il réduisit ses activités diplomatiques pour se consacrer à la gestion de ses domaines[5] ; en effet, il avait acquis de nombreuses propriétés de deux côtés du Rhin : en 1560, la seigneurie de Burkheim (commune de Vogtsburg im Kaiserstuhl, aujourd’hui en Bade-Wurtemberg), en avril 1563, la ville et le château de Triberg en Fôret-Noire (Triberg im Schwarzwald).

Mais surtout, c’est en Alsace qu’il marqua son empreinte : il se rendit propriétaire, le 4 novembre 1563, de la seigneurie de Hohenlandsberg avec la ville de Kientzheim et de son château[6], les villages de Sigolsheim, d’Ingersheim, de Katzenthal et de Logelheim, ainsi qu’une partie des localités de Niedermorschwihr, de Wintzenheim, d’Ammerschwihr et de Turckheim. C’est dans sa résidence de Kientzheim qu’il résidait le plus volontiers. En 1572, il devint seigneur de Kirchhoffen - commune d'Ehrenkirchen en pays de Bade – et l’année suivante, prévôt impérial de Kaysersberg.

Il est décédé, le 27 mai 1583 à Kirchhoffen et, selon son vœu, inhumé dans l’église de Kientzheim ; sa pierre tombale, en grès rose, représentant l’effigie en haut relief du défunt en chevalier est toujours visible (elle est classée à l’inventaire des monuments historiques).

Frédéric Auguste Bartholdi réalisa en 1898 une statue de L. de Schwendi, brandissant un plant de vigne, qui surplombe la fontaine au milieu de la place de l'Ancienne Douane de Colmar.

Fédération des Villes de Lazare de Schwendi[modifier | modifier le code]

La Fédération des Villes de Lazare de Schwendi a vu le jour en 1986, à l’initiative des quelques communes françaises qui faisaient partie des seigneuries de L. de Schwendi. Les communes membres sont :

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Papirer, (E.) Kientzheim : en Haute-Alsace : la ville de Lazare de Schwendi (publié par la Ville de Kientzheim)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. " Lazarus de Schwendi, chevalier et conseiller de sa majesté impériale, premier gouverneur de cette ville et commandant en garnison de troupes allemandes, a fait poser cette pierre pour perpétuer la mémoire de ce fait "
  2. Pour commémorer sa victoire, Philippe II fit bâtir L’Escurial
  3. L. de Schwendi est alors conseiller de la Régente Marguerite de Parme.
  4. Les cépages blancs du Tokaji sont le Furmint, le Hárslevelü (feuille de tilleul en hongrois), le Sárgamuskotály (Muscat blanc à petits grains) et le Zéta (autrefois connu sous le nom d'Oremus)
  5. 1570, il est néanmoins conseiller à la Diète Impériale de Spire
  6. Le 1er château (inférieur) de Kientzheim a été construit par Jean I de Lupfen, avant 1436 (date de son décès). Lorsque Lazare de Schwendi devint propriétaire de la seigneurie de Hohlandsberg il fit partiellement reconstruire et agrandir le château, entre 1563 et 1583. Les dépendances dans la cour remontent probablement à la même époque. Il agrandit sa propriété par celle contiguë des chevaliers de Saint-Jean de Colmar et y fit prolonger le mur d'enceinte crénelé qui subsiste dans la Grand' rue. Le château resta dans la descendance directe puis indirecte des Schwendi jusqu'en 1770