L'Ordre et la Morale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Ordre et la Morale

Réalisation Mathieu Kassovitz
Scénario Mathieu Kassovitz
Pierre Geller
Benoît Jaubert
Serge Frydman (collaboration)
Sociétés de production Nord-Ouest Productions
Studio 37
France 2
UGC
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame historique
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Ordre et la Morale est un film français écrit, réalisé et interprété par Mathieu Kassovitz, sorti le . Le film s'appuie notamment sur le livre La Morale et l'Action (1990) de Philippe Legorjus[1], capitaine du GIGN lors de la prise d'otages d'Ouvéa que le film met en scène, et sur l'ouvrage collectif Enquête sur Ouvéa[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prise d'otages d'Ouvéa.

En 1988, sur l'Île d'Ouvéa en Nouvelle-Calédonie, des troupes militaires françaises donnent l'assaut, après l'assassinat de quatre gendarmes, à la gendarmerie, puis la prise d'otages par des indépendantistes Kanak de vingt-sept gendarmes mobiles, entre les deux tours de l'élection présidentielle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Genèse du film[modifier | modifier le code]

Mathieu Kassovitz rencontre d'abord des Kanaks en 2001, avant d'écrire le scénario, pour leur demander la permission de faire un film sur leur histoire[2]. Kassovitz met ensuite deux ans à écrire une première version du scénario[2]. Alors que la situation politique évolue, que Kassovitz fait de nouveaux voyages en Nouvelle-Calédonie et qu'il recueille de nouveaux témoignages (tant de soldats que de Kanaks), le scénario est remanié et 25 versions différentes sont écrites en l'espace de huit ans[2].

Initialement prévu pour être filmé en Nouvelle-Calédonie, sur les lieux de la prise d'otages d'Ouvéa, le tournage a finalement été déplacé en Polynésie française suite à l'opposition d'une partie de la population calédonienne, y compris kanak.

Critiques et polémiques[modifier | modifier le code]

Mathieu Kassovitz en 2011 à l'avant-première.

De nombreuses polémiques ont précédé la sortie du film. Alors que la production avait demandé les moyens de l'Armée française pour reconstituer certains décors, celle-ci a refusé après avoir pris connaissance de l'esprit du scénario, contraire selon elle à la version historique et la remettant en cause de manière trop militante[3].

Toujours en réaction au scénario, au parti pris de l'auteur et à l'opposition d'une partie de la population locale canaque, il a été impossible de tourner le film sur les lieux du drame pour des raisons de sécurité. Il a donc été tourné en Polynésie française, avec le soutien des autorités politiques locales[4]. Le film ne sera pas diffusé en Nouvelle-Calédonie au moment de sa sortie en salle. Le seul exploitant sur l'île l'a refusé au motif que l’œuvre de Kassovitz serait « très caricaturale et polémique » accusant le film de « rouvrir des plaies cicatrisées »[5]. À l'exception des salles de Nouméa, le film sera diffusé dans d'autres salles de l'île.

Éreinté par la critique, et face au faible succès que rencontre son film[6], Mathieu Kassovitz réplique : « J'encule le cinéma français. Allez vous faire baiser avec vos films de merde[7]. »

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Fiches de Monsieur Cinéma, fiche 481/20, Images et Loisirs, 2012.
  2. a, b, c, d et e « Interview de Mathieu Kassovitz pour le film L'Ordre et la Morale », sur abusdecine.com (consulté le 16 janvier 2012)
  3. « L'Ordre et la Morale : le gendarme Kassovitz à l'assaut d'Ouvéa » - Le Point, 6 septembre 2011.
  4. « Tensions autour d'un film sur Ouvéa que Kassovitz va tourner en Polynésie » - L'Express, 22 août 2010
  5. « Un film sur le massacre d'Ouvéa privé de sortie en Nouvelle-Calédonie » - Le Monde, 22 octobre 2011 (lien mort).
  6. D'un coût de 13 millions d'euros, le film a fait 148 000 entrées, soit un ratio de près de 100 € par spectateur[réf. nécessaire].
  7. « Mathieu Kassovitz "encule le cinéma français" » sur lexpress.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]