L'Homme du train (film, 2002)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir L'Homme du train (film, 1958)

L'Homme du train

Titre original L'Homme du train
Réalisation Patrice Leconte
Scénario Claude Klotz
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau du Japon Japon
Genre Drame
Sortie 2002
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Homme du train est un film français réalisé par Patrice Leconte sorti en 2002.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Milan (Johnny Hallyday), un homme au physique marqué (du genre gangster) ayant pour seul bagage un sac de voyage, descend d'un train dans une petite ville de province en l'occurrence ANNONAY en Ardèche. Il souffre de migraines et passe donc à la pharmacie pour acheter de l'aspirine. Il y rencontre Manesquier (Jean Rochefort), un professeur de français à la retraite qui vit coincé entre ses souvenirs et ses petites habitudes. Ce dernier lui propose l'hospitalité, Milan l'accepte. Se crée alors entre Milan, taciturne et cynique, et Manesquier, grand bavard adepte du monologue alambiqué, une relation faite de fascination mutuelle et d'amitié.

Le lendemain Milan rencontre Sadko (Pascal Parmentier), une ancienne connaissance qui lui propose de braquer la banque locale avec l'aide de Max (Charlie Nelson), un chauffeur qui ne dit qu'une phrase par jour à dix heures précises depuis sept ans, et Luigi (Jean-François Stévenin), un ami alcoolique de Milan. Milan accepte à demi-mot. Le braquage doit avoir lieu le samedi après-midi.

Le samedi après-midi, au moment du braquage, Manesquier doit subir un triple-pontage cardiaque dont il craint de ne pas sortir vivant. Durant les trois jours précédents l'opération il connaît une «vie d'aventurier» auprès de Milan : il apprend à tirer au pistolet, ose demander à un jeune délinquant de se taire dans un restaurant, et fait dire à sa sœur (Édith Scob) que son mari est un «con». À l'inverse Milan apprend les joies de la vie pantouflarde et monotone auprès de Manesquier. Chaque homme apprend de l'autre, chacun souhaite avoir la vie de l'autre. Manesquier propose à Milan de le payer pour qu'il ne fasse pas le braquage, ce dernier refuse.

Pourtant le samedi après-midi tourne au drame et les deux hommes meurent. Le hold-up était en réalité un piége tendu par Max et Sadko qui "balancent" leurs complices à la police. Milan en cherchant à s'enfuir se fait tirer dessus par un policier de GIGN en voulant sauver Luigi, alors que Max et Sadko s'enfuient sans les avertir. Au même moment, l'opération chirurgicale mené sur Manesquier échoue et ce dernier décède peu de temps après...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné dans sa grande majorité à Annonay, une ville d'Ardèche du Nord.

Réception[modifier | modifier le code]

L'Homme du train fut un très grand succès critique à sa sortie, que ce soit en France ou dans les pays anglophones : il obtient une note moyenne de 4.0/5 sur le site Allociné, basé sur 23 titres de presse[2]. Sur le site Rotten Tomatoes, le film recueille 92% d'avis positifs, basé sur 111 commentaires collectés et une note moyenne de 7.5/10[3], tandis qu'il obtient le score de 75/100 sur le site Metacritic, basé sur 36 commentaires collectés[4].

Le film ne rencontre pas un succès commercial en France, puisque distribué dans 200 salles, il totalise 265 931 entrées en sept semaines au box-office[5], mais lors de sa sortie aux États-Unis, L'Homme du train rapporte 2 542 020 $ de recettes[6] au box-office après vingt-neuf semaines, alors qu'il est distribué dans 85 salles[7], ce qui est un solide résultat pour un film non anglais[8]. Le distributeur américain, Paramount Classics, fut extatique avec la performance du film sur le territoire américain[9].

Les recettes mondiales atteignent près 7,6 millions de dollars[10].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]