Abu Marwan Abd al-Malik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abd al-Malik.

Abu Marwan Abd al-Malik (arabe : أبو مروان عبد الملك الغازي) fut le cinquième sultan de la dynastie saadienne de 1576 à sa mort en 1578.

Oncle déshérité de son prédécesseur au court règne de deux ans, Abd al-Malik avait très tôt (1557) cherché refuge auprès de la sublime Porte. Très vite, il chercha à écarter ce vieil allié turc qui lui avait pourtant permis de s’installer sur le trône, car il savait que cette aide était conditionnée par une intégration du royaume dans la sphère d'influence turque, et cette menace lui apparaissait comme autrement dangereuse que celle de l’Espagne de Philippe II, contrainte de disperser ses efforts d’Italie aux Pays-Bas.

  • Abd el-Malik qui avait reconnu le sultan Murad III comme son Calife, réorganisa l'armée, les douanes et tout un ensemble des fonctions de l'État sur le modèle turc, renforçant la cohésion du royaume et le dotant d'un appareil militaire puissant. Mais il acheta le départ des troupes ottomanes à prix d'or. Dans le domaine des relations avec les nations chrétiennes, particulièrement sur le plan commercial, il entra en rapport avec la France, l’Angleterre et l’Espagne. Les relations amicales qu’il noua avec Philippe II d'Espagne obligèrent El-Mottouakil à gagner le Portugal, dont il convainc le roi, Sébastien, d’envahir le Maroc. Mais les relations furent particulièrement chaleureuses avec l'Angleterre, dans le cadre d'alliance anglo-marocaine négociée avec Elizabeth I, qui devrait se révéler durable. Selon Richard Hakluyt, citant Edmund Hogan, le dirigeant "Abdelmelech" accorde "une affection plus grande à notre Nation qu'à d'autres à cause de notre religion, qui interdit l'adoration d'Idoles".
  • Don Sébastien du Portugal débarqua donc à Tanger et à Asilah, mais les troupes d’Abd el-Malik furent victorieuses à la bataille de l’oued el-Makhazin, appelée aussi bataille de Ksar el-Kébir (bataille des Trois Rois). En effet, trois souverains moururent au cours du combat. Don Sébastien fut tué (du moins le suppose-t-on, son corps n'ayant jamais été formellement identifié) et El-Mottouakil pèrit noyé, quant à Abd el-Malik il fut emporté par la maladie. Son frère Ahmed al-Mansur Saadi fut proclamé sultan sur le champ de bataille. Il prit le nom d’al-Mansur (le victorieux) et stabilisa le royaume tout en étendant sa domination en direction des oasis et de l'empire Songhai. Il fit régner l’ordre avec une armée de mercenaires (renégats, Turcs...).
    • 8 000 portugais furent tués, 10 à 20 000 fait prisonniers, une centaine purent gagner Tanger et rapporter la confirmation de la nouvelle à Lisbonne.
    • La victoire de l’oued El-Makhazin accrut le prestige du Maroc et enrichit son souverain, qui s’était emparé d’un important butin et qui reçut de nombreuses rançons en échange de la liberté des prisonniers de guerre portugais. Al-Mansur tira aussi des revenus de la course en favorisant les corsaires de Salé et de Rabat. enfin, il y eut des échanges commerciaux avec l’Espagne, l’Angleterre, l’Empire ottoman et dans une moindre mesure, avec la France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Muley-Abd-el-Melek », dans Une société de gens de lettres, de professeurs et de bibliographes, Biographie universelle ou Dictionnaire historique en six volumes : Contenant la nécrologie des hommes célèbres de tous les pays, t. IV, Paris, Furne,‎ 1833 (lire en ligne), p. 2009