Koutiala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Koutiala
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Région Sikasso
Cercle Koutiala
Maire Dramane Sountara (Sadi)
élu(e) en 2009[1]
Démographie
Population 137 919 hab. (2009)
Densité 7,7 hab./km2
Population précédent recensement 76 914 hab. (1998)
Taux de croissance annuel moyen 5.5 %
Géographie
Coordonnées 13° 01′ 00″ N 5° 31′ 00″ O / 13.016667, -5.51666713° 01′ 00″ Nord 5° 31′ 00″ Ouest / 13.016667, -5.516667  
Superficie 1 800 000 ha = 18 000 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
Koutiala

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
Koutiala

Koutiala est une ville une commune, chef-lieu du cercle de Koutiala dans la région de Sikasso au Mali. Elle est située à 140 km au nord de Sikasso. Sa superficie est de 18 000 km². Elle compte environ 130 000 habitants. C’est la troisième ville la plus peuplée du Mali après Bamako et Sikasso.

Histoire[modifier | modifier le code]

Située en pays minianka, Koutiala a été fondée vers le XIVe siècle par les Coulibaly venus du Royaume bambara de Ségou.

Alors que le Soudan français est une colonie française, Koutiala devient par la loi française du 18 novembre 1955[2], une commune de moyen exercice, dirigée par un maire, fonctionnaire nommé par le chef de territoire, assisté d’un conseil municipal élu par un collège unique[3].

La loi du 2 mars 1966 donne un statut commun à toutes les communes créées avant l’indépendance du Mali en 1960. Un conseil municipal élu désigne en son sein le maire et un ou plusieurs adjoints[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Baptisée la « capitale de l’or blanc » en raison de la production de coton, elle est la deuxième ville industrielle du Mali avec notamment la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT) et l’Huilerie cotonnière du Mali (HUICOMA).

Politique[modifier | modifier le code]

Année Maire élu Parti politique
2004 Oumar Dembélé UDD
2009 Dramane Sountoura Sadi

Environnement[modifier | modifier le code]

La ville de Koutiala est victime de la pollution des eaux de ses marigots et de sa nappe phréatique en raison des rejets des huit usines, dont trois huileries, présentes sur son territoire[4].

Sports[modifier | modifier le code]

Un stade omnisports de 4 000 places a été inauguré par le président malien Amadou Toumani Touré le 3 janvier 2009. La construction de ce stade, dont le coût s’élève à 1,2 milliard de francs CFA, a été entièrement financée par la Chine[5].

Le cercle de Koutiala[modifier | modifier le code]

Le cercle de Koutiala compte 36 communes (Diedougou, Diouradougou Kafo, Fagui, Fakolo, Gouadji Kao, Gouadji Soukouna, Kafo Faboli, Kapala, Karagouana Mallé, Koloniké, Konina, Koningué, Konseguela, Koromo, Kouniana, Koutiala, Logouana, M Pessoba, Miena, N Golonianasso, N Goutjina, Nafanga, Nampé, Niantaga, Sincina, Sinkolo, Songo-Doubacoré, Songoua, Sorobasso, Tao, Yognogo, Zamfigué, Zangasso, Zanina, Zebala) et 355 289 habitants.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Koutiala est jumelée avec :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Informations sur les élus », sur Ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales,‎ 12 août 2009 (consulté le 18 mars 2010)
  2. Loi no 55-1489 du 18 novembre 1955 relative à la réorganisation municipale en Afrique Occidentale Française, en Afrique Equatoriale Française, au Togo, au Cameroun et à Madagascar [1]
  3. a et b Kô Samaké, Modibo Keïta, Recherche sur l’Historique de la Décentralisation au Mali : De la Période Coloniale à la 3e République, Penser pour agir.org, 7 février 2006 [2]
  4. « Koutiala : Huicoma, une pollution bénéfique ? », L’Essor, 6 novembre 2006.
  5. ATT inaugure samedi un stade omnisports à Koutiala, Pana, 3 janvier 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]