Minianka (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minianka.

Minianka

Populations significatives par région
Autres
Langues

mamara

Ethnies liées

Sénoufos

Les Minianka constituent un peuple qui habite le sud-est du Mali et une partie du Burkina Faso et de la Côte d'Ivoire.

Les Minianka sont essentiellement des paysans. Au Mali ils peuplent les cercles de Koutiala, leur capitale, et Yorosso. Ils sont également présents dans les cercles de San, Bla, Niono, Kati et Sikasso. Ils sont dans les cercles de Niono et de Kati (Baguinéda) à la faveur de la mise en valeur des périmètres rizicoles irrigués. C'est ainsi qu'on retrouvera dans le cercle de Niono des villages portant le nom de villages minianka du cercle de Koutiala et de Yorosso comme Palasso, Ourikéla, Moloba... À Baguinéda on retrouve encore des villages portant les noms Palasso, Ourikéla (Miniankabougou). C'est des zones de Koutiala, Yorosso, San et Sikasso que vient 85 % du coton produit au Mali.

Ils entretiennent des liens de cousinage étroits avec les Sénoufos de Côte d'Ivoire qui sont leurs voisins.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on observe quelques variantes : Folo, Mianka, Miniankas, Minyanka, Minya[1].

Langue[modifier | modifier le code]

Les Minianka parlent le mamara (ou minianka), une langue sénoufo dont le nombre de locuteurs était estimé à 738 000 en 2000[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1]
  2. (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Philippe Jespers, « Masks and utterance : the analysis of an auditory mask in the initiatory society of the Komo (Minyanka, Mali) », in Luc de Heusch (dir.), Objects : signs of Africa, Snoeck-Ducaju & Zoon, Belgique, 1995, p. 37-56
  • (es) Fernando Sanzberro, « El fetiche nya entre los minianka », Cuadernos (Madrid, CIDAF), 2 (5), février 1988, p. 1-21
  • Christian Bertaux et Philippe Jespers, « Quelques opérations sacrificielles liées aux géomancies bambara et minyanka du Mali », in Systèmes de pensée en Afrique noire, n° 5, 1981, p. 71-98
  • Jean-Paul Colleyn, « Objets forts et rapports sociaux le cas des Yapèrè Minyanka », in Systèmes de pensée en Afrique noire, n° 8, 1985, p. 221-261
  • Jean-Paul Colleyn et Danielle Jonckers, « Ceux qui refusent le maître : la conception du pouvoir chez les Minyanka du Mali », in Africa (Londres), 53 (4), 1983, p. 43-58
  • Yaya Coulibaly, « Les Senoufos et les Miankas : des hommes près de la terre : une étude », in Études maliennes (Bamako), n° 5, avril 1973, p. 1-15
  • Georges Chéron, Les Minianka. Leur civilisation matérielle, E. Leroux, 1913
  • Georges Chéron, « Usages Minianka (Soudan Français) », Revue d'ethnographie et des traditions populaires, 4 (14), 1923, p. 139-148
  • Peter Hochet, « Migrations, agro-élevage et développement parmi les Minyanka du sud-est du Mali », Cahiers d'études africaines, n° 183, 2006, p. 615-631
  • Bohumil Théophile Holas, Les Sénoufo, y compris les Minianka, L’Harmattan, 2006 (fac simile de l’édition de 1957), 183 p. (ISBN 2-296-00448-2)
  • Philippe Jespers, « Parler aux morts, parler aux ancêtres (Minyanka, Mali) », in Systèmes de pensée en Afrique noire, n° 11, 1988 (1991), p. 180-205
  • Danielle Jonckers, « Notes sur le forgeron : la forge et les métaux en pays Minyanka », in Journal des africanistes, 49 (1) 1979, p. 103-124
  • Danielle Jonckers, « 'Les faiseurs d'enfant' : réflexions sur le statut des femmes dans le système religieux minyanka », in Journal des africanistes, 56 (1), 1986, p. 51-66
  • Danielle Jonckers, La société minyanka du Mali : traditions communautaires et développement cotonnier, L'Harmattan, Paris, 1987, 234 p. (ISBN 285802894X)
  • Danielle Jonckers, « La sacralisation du pouvoir chez les Minyanka du Mali » in Systèmes de pensée en Afrique noire, n° 10, 1987 (1990), p. 145-167
  • Danielle Jonckers, « Les enfants de Nya : les activités religieuses des jeunes garçons minyaka », in Journal des africanistes, 58 (2) 1988, p. 53-72

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]