Karangana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karangana
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Région Sikasso
Cercle Yorosso
Maire Daouda Koné
élu(e) en 2009[1]
Démographie
Population 17 299 hab. (2009)
Population précédent recensement 12 875 hab. (1998)
Taux de croissance annuel moyen 2.7 %
Géographie
Coordonnées 12° 13′ 47″ N 5° 02′ 07″ O / 12.229722, -5.03527812° 13′ 47″ Nord 5° 02′ 07″ Ouest / 12.229722, -5.035278  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
Karangana

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
Karangana

Karangana est une commune du Mali, dans le cercle de Yorosso et la région de Sikasso.

Comme toutes les communes rurales du Mali, la commune de Karangana a été créée en 1997 lors de la mise en œuvre du processus de décentralisation adopté par les autorités de la troisième république du Mali. Située dans la région de Sikasso (région sud du Mali), à l’ouest du cercle de Yorosso, la commune de Karangana recouvre le territoire de l’ancien canton de Karangana comprenant à l’époque 7 villages, plus, actuellement les villages de Torosso et de Omasso. Elle s’étend sur environ 216 km2 et compte quelque 15000 habitants. La population est essentiellement composée de Miankas. Cependant, on y rencontre quelques peulhs et bobos. La langue locale est le Mamaara (à ne pas confondre avec le bambara ou bamanan). Le Mamaara est la langue des Miankas, il est également parlé dans une grande partie de la région (notamment à Koutiala, Bla, Yorosso, Zébala, ...), avec évidemment des nuances liées à l’accent local. La ville de Koutiala est bien connue comme étant la capitale des Miankas (miankala kapitali). Le Mamaara est cousin du sénoufo, langue parlée dans certaines localités de la région de Sikasso. Cependant, il est difficile d'affirmer l'antériorité de l'une des langues par rapport à l'autre;

La commune de Karangana est située en zone soudanienne, ce qui lui confère un climat tropical humide, favorable à l’agriculture céréalière et cotonnière. On y cultive essentiellement du mil (petit et gros mil (sorgho)), du maïs et un peu de riz. L’élevage est quasi sédentaire et ses produits servent essentiellement à un usage familial (bovins de traite pour les travaux champêtres, ovins et volaille pour la consommation). La commune est accessible à partir des villes comme Koutiala (à 80 km) et Koury (à 30 km) via la route nationale 7 (RN7).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Informations sur les élus », sur Ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales,‎ 12 août 2009 (consulté le 18 mars 2010)