Joseph Halévy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Halévy.

Joseph Halévy (1827-1917) est un orientaliste français et un grand voyageur. Professeur de langues éthiopiennes à l'École Pratique des Hautes Études de Paris à partir de 1879, il est particulièrement célèbre pour avoir été le premier Juif occidental à avoir rencontré les Falashas, ou Juifs d'Éthiopie, en 1867-1868 et à avoir ramené une description détaillée de leur existence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Halévy est né le à Andrinople (Turquie) et mort le à Paris (France). Il a été nationalisé français vers 1865[1].

Joseph Halévy est chargé en 1867-1868 d'une mission de recherche en Éthiopie par Alliance israélite universelle, il est, à cette occasion, le premier juif à entrer en contact avec les Falashas, juifs éthiopiens nommés aussi Beta Israel.

Son travail le plus important a cependant été effectué pour le compte de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres au Yémen, qu'il a parcouru en 1869 et 1870 à la recherche des inscriptions Sabéennes. À cette date, aucun européen n'avait traversé cette terre depuis des siècles. Le résultat fut un relevé de 800 inscriptions, qui ont permis une première approche de cette ancienne civilisation. Il a été le premier à proposer un déchiffrage partiel de la langue Sabéenne.

À partir de 1879, Halévy deviendra professeur de langues éthiopiennes à l'École Pratique des Hautes Études de Paris. Il reste en contact avec les activités de la Société asiatique de France..

L'activité scientifique de Halévy a été très diverse, et ses écrits sur la philologie et l'archéologie orientales lui ont gagné une réputation mondiale. Il est particulièrement connu par ses polémiques avec des Assyriologistes éminents au sujet de l'idiome sumérien non-Sémitique trouvé dans les inscriptions Assyro-Babyloniennes. Contrairement à l'opinion généralement admise, Halévy proposa la théorie (abandonnée depuis) selon laquelle le summérien n'était pas une langue, mais simplement une méthode idéographique d'écriture inventée par les Babyloniens sémitiques eux-mêmes.

Dans le domaine spécifiquement juif, le plus remarquable des travaux de Halévy est à lire dans ses « Recherches Bibliques ». Il y analyse les vingt-cinq premiers chapitres de la genèse à la lumière des documents Assyro-Babyloniens récemment découverts, et admet y retrouver un vieux mythe sémitique presque complètement Assyro-Babylonien, encore que considérablement transformé par l'esprit du monothéisme prophétique. Les récits d'Abraham et de ses descendants, cependant, bien que considérablement embellis, sont considérés par lui comme fondamentalement historiques, et comme le travail d'un seul auteur, alors que les contradictions trouvées dans ces récits orientent les critiques modernes vers une multiplicité d'auteurs. Il est également opposé à l'hypothèse documentaire, thèse fondamentale de la critique biblique moderne.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Joseph Halévy, Excursion chez les Falacha, en Abyssinie, par Joseph Halévy..., Paris, impr. de L. Martinet,‎ 1869 (notice BnF no FRBNF30569890n)
    Extrait du "Bulletin de la Société de géographie", mars-avril 1869
  • Joseph Halévy, Rapport sur une mission archéologique dans le Yémen, par M. Joseph Halévy, Paris, impr. nationale,‎ 1872, 295 p. (notice BnF no FRBNF305699124)
    Extrait N°2 de l'année 1872 du "Journal asiatique"
  • Joseph Halévy, Essai sur la langue agaou. Le Dialecte des Falachas (Juifs d'Abyssinie), Paris, Maisonneuve,‎ 1873 (notice BnF no FRBNF305698821)
    Actes de la Société philologique. Tome III, n°4, novembre 1873
  • Joseph Halévy, Voyage au Nedjran,‎ 1873 (notice BnF no FRBNF30569925g)
    Extrait du "Bulletin de la Société de géographie"
  • Joseph Halévy, Nouvelles considérations sur le syllabaire cunéiforme,‎ 1876 (notice BnF no FRBNF394046378)
    Extrait du "Journal asiatique" 1876. I/201-380
  • Joseph Halévy, Le sumérisme et l'histoire babylonienne, Paris, E. Leroux,‎ 1901, 151 p. (notice BnF no FRBNF30569919j)

Notes et références[modifier | modifier le code]