Josef Krips

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Josef Krips

Nom de naissance Josef Alois Krips
Naissance 8 avril 1902
Vienne, Drapeau de l'Autriche Autriche
Décès 13 octobre 1974 (à 72 ans)
Genève, Drapeau de la Suisse Suisse
Activité principale Chef d'orchestre
Lieux d'activité Les centres musicaux d'Europe et d'Amérique du Nord, Israël
Collaborations Staatsoper de Vienne,
Orchestre symphonique de Londres,
Buffalo Philharmonic Orchestra,
Orchestre symphonique de San Francisco,
Orchestre symphonique de Vienne,
Opéra de Hollande,
Opéra de Chicago,
Covent Garden Opera de Londres,
Metropolitan Opera de New York,
Deutsche Oper de Berlin,
Théâtre national de l'Opéra de Paris: nouvelle production de Così fan tutte. Le 8 juin 1974, Josef Krips y dirigea la toute dernière représentation de sa vie,
80 orchestres de renom,
Maîtres Eusebius Mandyczevski,
Felix Weingartner

Répertoire

Josef Krips a dirigé 214 compositeurs, dont 152 compositeurs du XXe siècle

Josef Alois Krips (né le 8 avril 1902 à Vienne en Autriche, décédé le 13 octobre 1974 à Genève en Suisse) est un chef d'orchestre autrichien. Il est le fils aîné du docteur Jacob alias Josef Krips (1866-1927), juif d'origine converti au catholicisme époux en 1901 de Luise Seitz (1879-1971), catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début comme chef d'orchestre

À l'âge de dix-neuf ans, le 3 septembre 1921, Josef Krips dirige l'opéra de Verdi Un bal masqué, dans une salle de la Maison des ouvriers, Arrondissement Favoriten à Vienne.


Etapes de la carrière

Il a été élève de Eusebius Mandyczevski et de Felix Weingartner. En 1921, il devient l'assistant de Weingartner à l'Opéra populaire de Vienne, puis dirige ensuite différents orchestres. GMD à Karlsruhe 1926-1933. En 1933, il retourne à Vienne comme premier chef au Staatsoper tout en étant professeur à l'Académie de Vienne.

Du fait des origines juives de son père, Krips est contraint de quitter l'Autriche après l'Anschluss de 1938. Il fuit à Belgrade où il travaille, pour une saison, à l'opéra et avec des orchestres symphoniques. De retour à Vienne, interdiction de diriger. Il travaille alors pendant la guerre dans une usine de produits alimentaires.

Après la fin de la guerre en 1945, Krips est autorisé de diriger à nouveau. Ses collègues qui avaient continué à travailler sous le régime nazi étaient interdits de diriger pendant deux ans. Il joue un rôle essentiel dans la reconstruction de la vie musicale à Vienne, on lui doit la légendaire renaissance mozartienne; il a dirigé également la réouverture du premier Festival de Salzbourg de l'après-guerre (Don Giovanni). C'est le premier chef d'orchestre autrichien à avoir fait une tournée en Union soviétique en 1947. En 1961 il dirige à Bayreuth (Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg), dès 1963 à Covent Garden Opera, dès 1967 Metropolitan Opera New York, 1970 Deutsche Oper Berlin, 1957-1973 Staatsoper Vienne, 1974 L'Opéra de Paris. Durant sa carrière, qui s'est étendue sur une période de plus de 50 ans, il n'est pratiquement pas de pays qu'il n'ait visité, ni de grand orchestre qu'il n'ait dirigé.

Chef titulaire de l'Orchestre symphonique de Londres de 1950 à 1954, du Buffalo Philharmonic Orchestra à New York de 1953 à 1963, de l'Orchestre symphonique de San Francisco de 1963 à 1970 (séjour durant lequel, il fut nommé citoyen d'honneur de la ville), chef principal de l'Orchestre symphonique de Vienne de 1970 à 1973.

Josef Krips a été l'un des chefs d'orchestre les plus admirés et les plus aimés de notre siècle, en particulier pour ses interprétations de Mozart et des autres maîtres viennois. Il reçut de nombreuses décorations, notamment l'Anneau des Nations Unies, les médailles des Associations Bruckner d'Europe et d'Amérique, l'Anneau d'Honneur de la Cité de Vienne et l'Anneau Mozart décerné par les autorités autrichiennes.

Josef Krips décède le 13 octobre 1974 à Genève. La ville de Vienne entretient, à titre honorifique, sa tombe au cimetière de Neustift am Walde.

Discographie[modifier | modifier le code]

Plus de 150 œuvres gravées sur disque. La plus ancienne date de 1937 : des airs avec Richard Tauber tirés de l'opéra Rossini in Neapel de Bernhard Paumgartner. Une grande partie des enregistrements de Krips est toujours appréciée, par exemple les symphonies de Beethoven avec l'Orchestre symphonique de Londres, qui ont été rééditées en CD dans les années 1990. Ses enregistrements des opéras de Mozart, tels Don Giovanni ou L'Enlèvement au sérail font référence. Ainsi que les vingt dernières symphonies de Mozart avec l'Orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam, enregistrées par Philips en 1972 et 1973.


Distinctions obtenues par le disque


5 CD's Set « Josef Krips Historic Decca Recording 1950 - 1958 » - Diapason d'Or, 6/2003

Ludwig van Beethoven – Ah perfido, op. 65, Air de concert pour soprano et orchestre – Inge Borkh/Orchestre Philharmonique de Vienne (1956 - Decca) – Diapason d'Or, 06/2003

Ludwig van Beethoven – Concertos pour piano et orchestre n° 1 à 5 – Arthur Rubinstein/Symphony of the Air (1956 - RCA-Victor) – Best records of the year USA 1957

Ludwig van Beethoven – Symphonies n° 1 à 9 – London Symphony Orchestra (1960 - Everest) – Diapason historique

Johannes Brahms – Concerto pour piano et orchestre n° 2 – Arthur Rubinstein/RCA Symphony Orchestra (1958 – RCA-Victor) – Grand Prix du disque, Académie Charles Cros, Paris

Johannes Brahms – Symphonie n° 4, op. 98 – London Symphony Orchestra (1950 - Decca) – Diapason d'Or 06/2003

Antonin Dvorak – Symphonie n° 9, op. 95, « Du Nouveau Monde » – Orchestre de la Tonhalle de Zurich (1960 – Concert Hall ) – Quatre étoiles dans « Le Monde de la Musique »

Joseph Haydn – Symphonie n° 94 « Mit dem Paukenschlag » (La Surprise) – Orchestre Philharmonique de Vienne (1957 - Decca) – Diapason d'Or, 06/2003

Joseph Haydn – Symphonie n° 99 – Orchestre Philharmonique de Vienne (1957 - Decca) – Grand Prix du disque, Académie Charles Cros, Paris + Diapason d'Or, 06/2003

Félix Mendelssohn – Symphonie n° 4, op. 90 « Italienne » – London Symphony Orchestre (1953 – Decca) – Diapason d'Or, 06/2003

Wolfgang Amadeus Mozart – Don Giovanni (enregistrement intégral) – Danco, Della Casa, Güden, Dermota, Siepi, Corena, Boehme, Berry / Orchestre Philharmonique de Vienne, Chœur du Staatsoper, Clavecin: Josef Krips (1955 – Decca) Premier opéra enregistré en stéréo de l'histoire du disque – Best opera of the year USA 1955 et Diapason historique

Wolfgang Amadeus Mozart – Symphonie n° 31 KV 297 en ré majeur « Parisienne » – London Symphony Orchestra (1951 – Decca) – Diapason d'Or, 06/2003

Wolfgang Amadeus Mozart – Symphonie n° 39 KV 543 en mi bémol majeur – London Symphony Orchestra (1947 – Decca) Premier disque de Josef Krips pour Decca – Diapason d'Or, 06/2003

Wolfgang Amadeus Mozart – Symphonie n° 40 – London Symphony Orchestra (1953 – Decca) – Diapason d'Or, 06/2003

Wolfgang Amadeus Mozart – Symphonie n° 41 KV 551 en do majeur « Jupiter » – Israel Philharmonic Orchestra (1957 – Decca) – Diapason d'Or, 06/2003

Wolfgang Amadeus Mozart – 20 Symphonies n° 21 à 41 – Orchestre Royal du Concertgebouw d'Amsterdam (Philips 1972) – Diapason d'Or 10/1976 + Répertoire 10 « Coup de foudre » 12/1993 + Diapason d'Or 1/1994

Franz Schubert – Symphonie n° 8 D 759 en si mineur « L'Inachevée » – London Symphony Orchestra (Decca – 1950) – Diapason d'Or, 06/2003

Franz Schubert – Symphonie n° 9 D 944 en do majeur « La Grande » – Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam (Decca 1952) – Outstanding symphonic recording of the year USA 1952

Franz Schubert – Symphonie n° 9 D 944 en do majeur « La Grande » – London Symphony Orchestra (Decca 1958) – The American Academy of recording Arts & Sciences 1960 + The critics choice of 1977 Gramophone + Diapason d'Or 05/1990

Robert Schumann – Symphonie n ° 4, op. 120 en ré mineur – London Symphony Orchestra (Decca – 1952) – Diapason d'Or 06/2003

Robert Schumann – Symphonie n ° 4, op. 120 en ré mineur – London Symphony Orchestra (Decca – 1956) – Diapason d'Or 05/1990

Johann Strauss – Accelerationen, op. 234, valse – Orchestre Philharmonique de Vienne (Decca – 1957) – Critics Choice Grammophone 1958

Richard Strauss – Salomé, op. 54 – Scène finale – Inge Borkh/Orchestre Philharmonique de Vienne (Decca 1956) – Diapason d'Or 06/2003

Piotr Ilyitch Tchaikovski – Symphonie n° 5, op. 64 en mi mineur – Orchestre Philharmonique de Vienne (Decca 1958) – Diapason d'Or 06/2003


Parutions récentes


1998: Bedrich Smetana – Dalibor (19.10.1969) – Série Wiener Staatsoper Live – RCA Red Seal

1999: Richard Strauss – Die Ägytische Helena (05.12.1970) – Série Wiener Staatsoper Live – RCA Red Seal

2007: Wolfgang Amadeus Mozart – Così fan tutte (22.09.1968) – Wiener Staatsoper Live – Orfeo

2011: Giuseppe Verdi – La Traviata (25.12.1971) – Wiener Staatsoper Live – Orfeo

2010: Edition Josef Krips Vol. 1 – Ludwig van Beethoven – Concerto pour violon (Stern) – Coriolan Ouverture – Symphonie n° 1 – Orchestre National de la RTF + Orchestre National de l'ORTF (1958 – 1965 Live) – Edition Cascavelle

Edition Josef Krips Vol. 2 – Carl Maria von Weber – Oberon Ouverture / Franz Schubert Symphonie n° 9 – Orchestre National de la RTF (1954 – 1957 Live) – Edition Cascavelle

Edition Josef Krips Vol. 3 – Wolfgang Amadeus Mozart – Ave Verum Corpus + Requiem en ré mineur K. 626 – Agnes Giebel – Marga Höffgen – Hans-Ulrich Mielsch – Boris Carmeli - Chœurs de l'ORTF – Orchestre National de la RTF (1965 Live) – Edition Cascavelle

Edition Josef Krips Vol. 4 – A musical friendship (Une amitié musicale) – Beethoven: Concerto 1 à 5 – Mozart: Concerto n° 24 – Brahms: Concerto n° 2 – Schumann: Concerto pour piano / Arthur Rubinstein/Symphony of the Air – RCA Symphony Orchestra (1956-1958 studio) – Edition Cascavelle

2011: Super Audio CD (SA-CD) + Direct Stream Digital (DSD) + SHM - Publié au Japon (Qualité sonore exceptionnelle) : Mozart Symphonies n° 40 g-moll in G minor & n° 41 Jupiter - Concertgebouw Orchester Amsterdam (Decca 1972)


Distinctions[modifier | modifier le code]

1928 Membre d'honneur de la Société Bach à Karlsruhe

1946 Titre de professeur donné par le président de la République d'Autriche

1947 Anneau d'honneur de la Ligue autrichienne pour les Nations unies

Médaille Nicolai de l'Orchestre philharmonique de Vienne

1948 Médaille de la Hofmusikkapelle de Vienne

1953 Médaille de la Mozart-Gemeinde de Vienne : « Au fondateur de la renaissance de Mozart à Vienne »

1955 Médaille Bruckner de la Société Bruckner européenne

Membre d'honneur de la Franz-Schmidt-Gemeinde

1956 Médaille Bruckner de la Société Bruckner américaine

1958 Croix d'honneur autrichienne pour les sciences et les Arts

1959 Chancellors Medal de l'université de Buffalo, N.Y.

1961 Membre d'honneur de l'Orchestre philharmonique d'Israël

1962 Anneau d'honneur de la Ville de Vienne

1964 Membre d'honneur de la Société internationale Gustav Mahler

1965 Anneau Mozart, fondé par le ministère de la Culture à Vienne

Clef de la Ville de San Francisco

1966 La Plume d'or de la critique, décernée par un jury international à Wiesbaden

Native Son Arward, décernée par la Chambre de commerce de San Francisco

1967 Grand-Croix d'honneur en argent pour le mérite de la République d'Autriche

Médaille du jubilé de l'Orchestre Philharmonique d'Israël

1968 Membre d'honneur du Staatsoper de Vienne

Clef des Villes d'Osaka et de Nagano, Japon

1969 Membre d'honneur du Bohemian Club aux États-Unis

Anneau du jubilé du Personnel du Staatsoper de Vienne

1970 Bourgeois d'honneur de San Francisco

Conductor emeritus du San Francisco Symphony Orchestra

1971 Grand Officier de l'Ordre de Léopold II de Belgique

1972 Grand-Croix d'Or du mérite de la Ville de Vienne

Médaille d'Or Franz-Schalk de l'Orchestre philharmonique de Vienne

Membre d'honneur de la Société Beethoven à Vienne

« Journées Josef Krips à San Francisco » du 8 au 16 avril à l'occasion de son 70e anniversaire, proclamées par le maire de la ville.

1973 Membre d'honneur de la Société des amis de la musique à Vienne (Musikverein)

1974 Médaille Gustav-Mahler de la Société Gustav-Mahler

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Josef Krips - Pas de musique sans amour, Souvenirs, publiés par Harrietta Krips, trad. Georges Athanasiadès, 584 p. avec près de 200 photographies et illustrations, Éditions Saint-Augustin à Saint-Maurice - Suisse, (2e édition), 2004.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Cette page Wikipédia a été établie (relue et corrigée) en collaboration avec Madame Harrietta Krips (veuve de Josef Krips), et publiée avec son autorisation (29.12.2012)

Pour une biographie complète tirée du livre Josef Krips - Pas de musique sans amour, Souvenirs, éditions Saint-Augustin à Saint-Maurice - Suisse, (2e édition), 2004, suivre le lien suivant: http://josefkrips.blogspot.ch/