Jean Valnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Valnet

Jean Valnet, né le à Châlons-sur-Marne (aujourd'hui Châlons-en-Champagne, dans la Marne), mort le à Vulaines-sur-Seine (Seine-et-Marne), est un médecin et chirurgien militaire français, qui est à l'origine de la phyto-aromathérapie.

Si René Maurice Gattefossé, ingénieur chimiste, est à l'origine du mot aromathérapie, le docteur Jean Valnet peut être considéré comme un des fondateurs de l'aromathérapie moderne[réf. nécessaire]. Il a créé ses propres complexes aux huiles essentielles, les 9 préparations sont vendues dans les pharmacies et les magasins bio.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sources[1],[2],[3]

Il fait ses études au Prytanée militaire de la Flèche, à l’Ecole du service de santé militaire et à la faculté de Médecine de Lyon.

Docteur en médecine en 1945, chirurgien, il est aussi diplômé de médecine légale et de psychiatrie, de microbiologie et d'hygiène, de médecine coloniale, et diplômé de médecine du travail (1943-1944),

Pendant la Seconde Guerre mondiale de 1940-1945, il participe au groupe franc Combat à Lyon en 1942, au réseau Brutus en 1943, au corps Franc Pommiès.

De 1944 à1945, il est assistant du chef des services chirurgicaux de l'hôpital d'Evacuation 412.

En 1945, il obtient son titre de docteur en médecine et il est nommé médecin lieutenant et assistant chirurgien aux hôpitaux d'évacuation 412 et 501 en Allemagne. Il devient médecin de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr et de l'Ecole d'application de l'infanterie.

En 1948, il est nommé médecin capitaine.

De 1950 à 1953, il est nommé chirurgien de l'antenne chirurgicale avancée au Tonkin. Il y pansait les blessés avec des solutions aromatiques en obtenant des résultats selon lui généralement bien supérieurs à la moyenne[2].

De 1953 à 1959, il est médecin-chef du secrétariat d'Etat à la Guerre, de l'état-major de l'armée et du cabinet du ministre des Armées.

En 1958, il est nommé médecin commandant puis médecin lieutenant-colonel (ER).

En 1959, le docteur Jean Valnet quitte l'armée pour retourner comme médecin civil à Paris et pour poursuivre ses recherches. Il se consacre à l’étude, à l’enseignement de la phytothérapie et de l’aromathérapie.

En 1971, il est suspendu pendant un an par l'Ordre des médecins, à la suite de la parution de son ouvrage Docteur Nature.

En 1985, le docteur Valnet a choisi de confier la réalisation de ses préparations au laboratoire Cosbionat, spécialisé dans la fabrication et le conditionnement de produits aux plantes. Depuis cette date, ce laboratoire se consacre exclusivement à l’aromathérapie familiale du docteur Valnet.

Il décède en 1995.

Titres et distinction[modifier | modifier le code]

Sources[3].

  • Officier de la Légion d'honneur à titre militaire
  • Titulaire des Croix de Guerre 1939-1945 et TOE (théâtre d'opérations extérieures) (six citations),
  • Titulaire des Croix du Combattant, du Combattant Volontaire, du Combattant Volontaire de la Résistance, de la Médaille des Français libres.
  • Médaille de bronze en 1954 « pour ses travaux scientifiques »
  • Commandeur de l'Ordre National des Palmes Académiques « pour services rendus à l'Enseignement Supérieur »
  • Étoile d'Or de l’Étoile civique
  • Médaille d'Argent de l'Education Physique
  • Officier de l'Alliance Franco-Britannique
  • Commandeur de l'Ordre National Ivoirien.
  • Grand Officier de l'Education sociale pour "services rendus à la France"
  • Commandeur de la Ligue pour la protection de l'Enfance.
  • Sociétaire des « Ecrivains Combattants » et de la "Société des Gens de Lettres de France"
  • Membre des « Ecrivains Médecins » et de diverses associations médicales, culturelles.
  • Ancien conseiller municipal dans le Doubs, puis en Seine-et-Marne depuis 1959

Les travaux et l'apport de Jean Valnet[modifier | modifier le code]

L'apport de Jean Valnet est sans conteste la diffusion des connaissances et de l'enseignement de la phytothérapie et l'aromathérapie (voir Œuvres).

Dès 1948, il expose le résultat de ses travaux sur la phytothérapie et l’aromathérapie dans de nombreuses publications médicales et divers ouvrages devenus célèbres (voir Œuvres).

Dès 1960, il préside des Congrès avec pour assesseurs des professeurs de Faculté et membres de l'Académie de Médecine ; il fait de nombreuses conférences en France et à l'étranger (Angleterre, Belgique, Canada, Espagne, États-Unis, Gabon, Iran, Liban,...), etc.

Depuis 1961, il est membre correspondant du « Centre International de Recherche Biologique » à Genève.

Depuis cette époque, de nombreuses revues scientifiques et la grande presse française ou étrangère consacrent régulièrement des articles, rubriques et comptes-rendus à ses activités.

En 1971, il fonde l'Association d'études et de recherches en aromathérapie et phytothérapie (A.E.R.A.P. - loi de 1901), première Société du genre en France, qu'il transforme en 1973 en Société française de phytothérapie et d’aromathérapie (S.F.P.A. - loi de 1901). Il l’abandonne en 1980, suivi par tous les membres de son comité d'honneur (professeurs de Faculté, universitaires, personnalités diverses) en raison d'attitudes équivoques de plusieurs membres de son bureau et de l'atmosphère d'intrigues.

En 1981, il fonde le Collège de phyto-aromathérapie et de médecines de terrain de langue française (J.O.R.F du 2/04/81) (loi de 1901) qui a pour objet, à l'instar de sa première société :

- de regrouper les médecins, pharmaciens, vétérinaires, chirurgiens-dentistes, biologistes, kinésithérapeutes, diététiciens(ennes) et esthéticiens(ennes) qui poursuivent les recherches et études sur la phytothérapie, l'aromathérapie

- d'utiliser tous les moyens et études de recherches scientifiques mis à sa disposition, y compris la mise en œuvre d'analyses pour dépister les fraudes ou falsifications dans toutes préparations thérapeutiques à usage médical, et d'établir des critères précisant la qualité des produits.

- d'organiser un enseignement post-universitaire destiné aux praticiens.

- de mettre tous les moyens à disposition et plus particulièrement séminaires, documentation dans le cadre de la formation permanente.

Nonobstant ses observations cliniques, il s’intéresse également à l'étude des propriétés anti-infectieuses, antibiotiques des huiles essentielles et à leurs modes d'action à la lumière de la bio-électronique de Louis Claude Vincent[4].

En 1971, le docteur Maurice Girault (de Dijon) crée le terme d'aromatogramme [5] pour caractériser cet antibiogramme particulier effectué, non plus avec des antibiotiques classiques, mais avec des huiles essentielles. Le Dr Jean Valnet sera un des premiers (en 1964 pour les premières publications à destination du grand public) à diffuser dans le grand public les connaissances sur l'aromathérapie et l'aromatogramme[6].

Depuis 1976, le docteur Jean Valnet organise un congrès de phytothérapie et d'aromathérapieParis, Monte-Carlo, Lyon) et de nombreuses journées d'informations.

Signalons qu'il participa également à de nombreuses émissions radiophoniques en direct avec les auditeurs ainsi qu'à la télévision (en France et à l'étranger)[réf. nécessaire].

Grâce à son travail inlassable de "défense et d'illustration" de la phytothérapie et de l'aromathérapie, il fut un acteur du renouveau d'intérêt du public et de certains médecins pour ces thérapeutiques[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Valnet, Phytothérapie, éd. Livre de poche, 1983, page de présentation du Dr Valnet
  2. a et b Jean Valnet, Aromathérapie, éd. Livre de poche, 1984, page de présentation du Dr Valnet
  3. a et b Biographie de Jean Valnet
  4. Jean Valnet, Aromathérapie, éd. Livre de Poche, 1964 p 564 et suivantes
  5. Maurice Girault et J. Bourgeon, Les cahiers de biothérapie, 1971, n° 29.
  6. Jean Valnet, Aromathérapie, éd. Livre de Poche, 1964 (nombreuses éditions ultérieures).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Jean Valnet, François Bruno, André Mahé, Claude Le Prestre, Gilles Lambert, Jacques Ménétrier, Les médecines différentes, éd. Planète, Paris, 1964
  • Jean Valnet, Docteur Nature, éd. Fayard, Paris, 1971
  • Jean Valnet, La phytothérapie : traitement des maladies par les plantes, éd. Le Livre de Poche n°7889, Paris, 1983 (ISBN 2-253-03790-7)
  • Jean Valnet, L'Aromathérapie ou Aromathérapie, Traitement des maladies par les essences des plantes, Paris, éd. Le Livre de Poche N°7885, Paris, (nombreuses éditions, 1ère édition en 1964) (ISBN 2-253-03564-5)
  • Thérapeutique journalière par les légumes et les fruits.
    • Première édition : éditions Maloine, Paris, 1967, 320 p., (notice BnF no FRBNF332063968).
    • Deuxième édition, sous le nouveau titre « Traitement des maladies par les légumes, les fruits et les céréales », éditions Maloine, Paris, 1971, 409 p., (notice BnF no FRBNF353906096). — Titre maintenu jusqu'à la 8e édition, chez le même éditeur, en 1982.
    • 9e et dernière édition, sous le titre « Se soigner, par les légumes, les fruits et les céréales », Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche » série « Pratique » no 7888, Paris, 1985, 512 p., (ISBN 2-253-03705-2), (notice BnF no FRBNF348376306). — Dernières réimpressions, de 2001 à juillet 2009, chez le même éditeur et dans la même collection, sous le code (ISBN 2-253-03655-2) puis (ISBN 978-2253-03655-5), (notice BnF no FRBNF37652855c).
  • Jean Valnet, Ch. Duraffourd, J-Cl. Lapraz, Une médecine nouvelle. Phytothérapie et aromathérapie - comment guérir les maladies infectieuses par les plantes, éd. Presses de la Renaissance, 1978 (ISBN 2-85616-121-9)
  • Christian Duraffourd, Jean-Claude Lapraz, Jean Valnet, Abc de phytothérapie dans les maladies infectieuses, éd. Grancher, 1998
  • Jean Valnet, La santé par les fruits, les légumes et les céréales, éd. Vigot, 2001

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Biographie de Jean Valnet[modifier | modifier le code]

Articles où Jean Valnet est cité[modifier | modifier le code]