Jean-Pierre Decool

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Pierre Decool
Image illustrative de l'article Jean-Pierre Decool
Fonctions
Député de la 14e circonscription du Nord
En fonction depuis le 19 juin 2002
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007, 17 juin 2012
Prédécesseur Monique Denise (PS)
Maire de Brouckerque
30 novembre 199030 mars 2014
Prédécesseur Anne-Marie Chevalier
Successeur Marie-Claude Lermytte-Bavay
Conseiller général du Canton de Bourbourg
En fonction depuis le 27 mars 1994
Prédécesseur Olivier Varlet (PS)
Biographie
Date de naissance 19 octobre 1952 (62 ans)
Lieu de naissance Bourbourg (Nord)
Parti politique app. UMP
Profession Professeur de mathématiques

Jean-Pierre Decool est un homme politique français, né le 19 octobre 1952 à Bourbourg (Nord).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Decool, né le 19 octobre 1952 à Bourbourg, est marié, père de trois filles. Professeur de mathématiques en disponibilité, il s’investit tôt dans l’activité de la commune de Brouckerque, par le biais des associations (il entre notamment au conseil d’administration d’une association de pêche à 16 ans).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Decool s'engage dans l'action publique en tant que conseiller municipal de Brouckerque en 1983, puis devient maire en 1990 après le départ en retraite du maire Anne-Marie Chevalier. Il sera réélu en 1995, 2001 et 2008 mais décide de ne pas briguer un cinquième mandat en 2014. Il conquiert également le siège de Conseiller Général du Canton de Bourbourg en 1994 qu’il occupe depuis lors et s’investit dans les structures intercommunales : il est président fondateur de la Communauté de Communes de la Colme de 1993 à 2002, président fondateur du Pays des Moulins de Flandre de 2005 à 2008 et président de l’Association des Maires du Nord de 1996 à 2002. Il est également député suppléant de Gabriel Deblock de 1993 à 1997 avant de se présenter lui-même aux élections législatives.

Il est élu député le 16 juin 2002, pour la XIIe législature, dans la quatorzième circonscription du Nord. N'étant carté dans aucun parti politique, il est tout de même apparenté au groupe UMP à l'Assemblée nationale. Il est réélu, dès le 1er tour, le 10 juin 2007 dans cette même circonscription avec 56,67 % des voix. Il est membre de la Droite populaire qui est considérée comme l'aile droite de l'UMP. Il est à nouveau réélu député de la même circonscription lors des élections législatives de 2012 avec 53,44 % des voix au second tour face au candidat du Parti socialiste[1]. Lors de cette XIVe législature, il est de nouveau apparenté au groupe UMP, mais rejoint le 30 novembre 2012 le groupe Rassemblement-UMP de François Fillon, toujours en tant qu'apparenté[2], avant sa dissolution en janvier 2013. Par ailleurs, il se rattache financièrement à Démocratie et République, un parti fondé par Jean-Louis Masson[3].

Il est l'un des députés UMP à voter contre le Pacte budgétaire européen en octobre 2012.

Actions politiques remarquables[modifier | modifier le code]

Il est à l'origine[réf. souhaitée] de la création du chèque emploi associatif par la loi 2003-442 du 19 mai 2003. Cinq ans plus tard, le 18 avril 2008, Jean-Pierre Decool avec Jean-François Lamour obtient[réf. souhaitée] l'extension de la loi aux associations employant jusqu'à neuf salariés au lieu de trois précédemment.

Le 18 mars 2009, Jean-Pierre Decool entame son travail sur l'égalité parentale, avec des propositions de loi visant à privilégier la résidence alternée pour l’enfant dont les parents sont séparés. Mars 2009 : PPL n° 1531[4], puis en octobre 2011  : PPL n° 3834[5], et en octobre 2012  : PPL n° 309[6]. Ces propositions de loi sont défendues par des associations qui militent pour l'égalité parentale. En juillet 2013, SVP Papa est reçue en mairie de Brouckerque, par le Député Maire Jean-Pierre Decool, en présence du Député Maire Thierry Lazaro, afin de promouvoir la résidence alternée, synonyme d'équité parentale[7],[8],[9].

Le 12 mai 2009, Jean-Pierre Decool vote pour la loi "hadopi"[10].

En juin 2010, Jean-Pierre Decool a proposé un amendement autorisant l’installation des porcheries de moins de 2000 bêtes (contre 450 aujourd’hui) sans enquête publique[11], dans le cadre de la loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche. L'amendement n'est pas passé et a vu la protestation des écologistes[12].

Le 9 juin 2010, l'Assemblée Nationale adopte la proposition de loi de Jean-Pierre Decool, Bernard Gérard et Pierre Morel-à-l'Huissier sur la promotion du télétravail en France, cosignée par 70 députés. Cette proposition vient s'insérer dans la continuité d'un travail précédent : « Faciliter le maintien et la création d’emplois » de Jean-Frédéric Poisson. Concrètement, la proposition de loi du 9 juin propose entre autres le bénéfice d'une réduction d'impôt à hauteur de 50 % sous certaines conditions et la consultation des délégués du personnel et du comité d'entreprise lors du recours au télétravail.

Fin juillet 2011, Jean-Pierre Decool explique dans Nord Éclair son opposition au mariage homosexuel. Il explique : « Je crains qu'en commençant par autoriser le mariage, on ne passe ensuite à l'adoption par des couples homosexuels. (...) Dans ma famille, j'ai été élevé par un père et une mère et pour moi, ce sont des rôles complémentaires. Je ne dis pas que deux hommes ensemble ne peuvent pas élever correctement un enfant, mais je préfère rester dans ma cohérence intellectuelle. »[13].

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats en cours[modifier | modifier le code]

Anciens Mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions à l'Assemblée Nationale[modifier | modifier le code]

  • Membre de la commission des affaires économiques.
  • Président du groupe d'études : inondations, risques naturels et calamités agricoles ; vice-président des groupes d'études : adoption, vie associative et bénévolat.
  • Vice-président des groupes d'amitié avec la Mongolie, Taïwan et les Pays-Bas, ainsi que secrétaire du groupe d'amitié avec la Belgique ; membre du groupe d'études sur le problème du Tibet[14]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Résultats des élections législatives - Nord (59) - 14e circonscription », sur www.interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur,‎ 2012 (consulté le 5 décembre 2012)
  2. « Le groupe filloniste compte un membre de plus », Le Figaro, 30 novembre 2012.
  3. « Rattachement des députés à un parti ou un groupement politique dans le cadre de la législation sur le financement de la vie politique (déclarations parvenues en novembre 2012) » [PDF], sur www.assemblee-nationale.fr, Assemblée nationale,‎ 2012 (consulté le 5 décembre 2012)
  4. http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1531.asp
  5. http://www.assembleenationale.fr/13/propositions/pion3834.asp
  6. http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0309.asp
  7. http://www.lavoixdunord.fr/region/residence-alternee-jean-pierre-decool-propose-une-loi-ia17b0n1428645
  8. http://www.lejournaldesflandres.fr/actualite/a_la_une/LeJournalDesFlandres/2013/07/23/brouckerque-des-p-egrave-res-r-eacute-cl.shtml
  9. http://www.deltafm.fr/actu/actu-25607.html?num=#.UfHAe41M_6U
  10. http://www.jaimelesartistes.info/12mai.php?dep=Nord
  11. LibéLille, Le député, la porcherie industrielle, et... les voisins, Haydée Sabéran, 28/06/2010, http://www.libelille.fr/saberan/2010/06/le-d%C3%A9put%C3%A9-la-porcherie-industrielle-et-les-voisins.html, consulté en juin 2010
  12. Bambecque, à l'honneur de la lettre des élus d'Europe Écologie à la Région, Blog de Jean Schepman, 23/08/2010, http://jeanschepman.over-blog.org/ext/http://bambeke.hautetfort.com/porcheries-industrielles/
  13. Polémique. Faut-il légaliser le mariage homosexuel ?, encart Contre, NordEclair.fr, W., samedi 30 juillet 2011 à 06h00, http://www.nordeclair.fr/Actualite/2011/07/30/polemique-faut-il-legaliser-le-mariage-h.shtml consulté le 1er août 2011.
  14. Groupe d'études sur le problème du Tibet

Lien externe[modifier | modifier le code]