Jean-Baptiste de Caffarelli du Falga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caffarelli.
Jean-Baptiste Caffarelli
Image illustrative de l'article Jean-Baptiste de Caffarelli du Falga
Biographie
Naissance 1er avril 1763
Château du Falga
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Ordination sacerdotale 1786
Décès 11 janvier 1815 (à 51 ans)
Royaume de France Royaume de France
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1er mai 1802
Par le card. Jean-de-Dieu-Raymond de Boisgelin de Cucé
Évêque de Saint-Brieuc
9 avril 180211 janvier 1815

Ornements extérieurs Barons évêques de l'Empire français.svg
Blason Jean-Baptiste Caffarelli (1763-1815).svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-Baptiste-Marie Caffarelli (Château du Falga, 1er avril 176311 janvier 1815), est un prélat et catholique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Caffarelli était issu d'une famille noble qui serait originaire d'Italie et arrivée en France sous le règne de Louis XIII à la suite du nonce apostolique Cornelio Bentivoglio[réf. à confirmer][1]. Un de ses ancêtres aurait collaboré sous Pierre-Paul Riquet à la construction du canal du Midi et acquis la terre du Falga qu'il vint habiter en 1686[réf. à confirmer][1].

Cinquième fils[2] de Maximilien Caffarelli (1725-1766), seigneur de Falga et de Marguerite Louise Félicité d'Anceau (1732-1786), le jeune Jean-Baptiste, après des études à l'abbaye-école de Sorèze avec ses frères Maximilien, Charles-Ambroise, Joseph et Auguste[2], se destina à l’état ecclésiastique.

Ordonné prêtre à 20 ans, vicaire à Loubens-Lauragais en 1789[3], il était chanoine de « l’église » de Montpellier au moment de la Révolution française[4],[1]. Il fut forcé, pendant la Terreur, de cesser ses fonctions sacerdotales, et dut émigrer en Espagne[1]. Il rentra en France en 1798 et alla habiter chez son frère Louis-Marie-Joseph, préfet maritime de Brest[1].

Il reprit, après la signature du concordat de 1801[4], ses fonctions sacerdotales. Bénéficiant de la protection du premier Consul[5], Caffarelli fut nommé évêque de Saint-Brieuc par arrêté du 19 germinal an X[3] (9 avril 1802).

Confirmé, dans cette nomination, par le Saint-Siège le 29 avril 1802, l'évêque fut sacré le 1er mai 1802, jour de la saint Brieuc, dans l’église Saint-Roch (Paris)[3], par le cardinal de Boisgelin de Cucé, archevêque de Tours, assisté de Mgrs Michel-François de Couët du Vivier de Lorry (évêque de La Rochelle) et Jean-Baptiste-Marie de Maillé de La Tour-Landry (évêque de Rennes).

Son épiscopat dura treize ans au cours desquels Caffarelli organisa, « sans difficultés majeures, un diocèse stable »[3]. Le diocèse de Saint-Brieuc lui doit les ouvertures (les rangs du clergé s’éclaircissent alors rapidement[3]) du séminaire (1803), d’une école ecclésiastique annexe et de l'école ecclésiastique des Cordeliers à Dinan (1804), alors que trente-six écoles presbytérales « préparant la relève[3] ». D'autre part, il permit au religieuses hospitalières et enseignantes, et sœurs de la Charité de reprendre leurs activités[3]. Il était secondé dans son action par l’abbé Manoir, ancien secrétaire de l’évêché.

Aussi dévoué au « Nouveau Régime » que ses frères[3] et comblé d'honneurs (il fut fait chevalier de la Légion d'honneur[1] et baron de l'Empire[6]), Caffarelli, étant l'un des chefs de l'opposition à la politique impériale au concile de Paris (1811)[7], sut s'élever contre « les prétentions schismatiques[1] » de l'Empereur.

Au sujet de ses oailles, il écrit qu'« sait que le caractère du peuple de Bretagne est plus marqué et plus décidé que celui de tout autre » (lettre du 24 février 1808)[3].

C'est lui qui ordonna prêtre le comte de Quelen[1] vicaire général de Saint-Brieuc pendant un an, qui fut plus tard archevêque de Paris, lequel conféra le sacerdoce à Henri Lacordaire.

Mgr Caffarelli mourut subitement le 11 janvier 1815, « vénéré et regretté par tout son diocèse[1] ». Il fut inhumé derrière le chœur de sa cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc, où le clergé du diocèse lui fit élevé un mausolée en 1850. Son gisant y est encore visible[8].

Son buste, à l'abbaye de Sorèze fut inauguré lors des fêtes de Pentecôte 1899[1].

Titres[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Au commencement de son épiscopat, son blason ne portait que ses initiales entrelacées[3].

Armes du baron Caffarelli et de l'Empire 
D'argent, parti d'un trait de sable, le premier chargé à dextre d'un lion rampant de sable lampassé de gueules ; le deuxième coupé : le premier taillé d'argent et de gueules ; le deuxième tranché d'argent et de gueules ; le tout surmonté d'un comble cousu d'or ; quartier des barons évêques brochant sur le comble.[6],[9]

Lignée épiscopale[modifier | modifier le code]

  1. Mgr Jean-Baptiste-Marie Caffarelli (1802) ;
  2. S.É. Jean-de-Dieu-Raymond de Boisgelin de Cucé (1765)
  3. S.É. Étienne-Charles de Loménie de Brienne (1761)
  4. S.É. Paul d'Albert de Luynes (1729)
  5. Mgr l'archevêque Louis de La Vergne-Montenard de Tressan (archevêque de Rouen) (1718)
  6. Mgr Olivier Jégou de Kervilio (1694)
  7. Mgr l'archevêque Jean-Baptiste-Michel Colbert de Saint-Pouange (1675)
  8. Mgr l'archevêque Charles-Maurice Le Tellier (1668)
  9. S.É. Antonio Barberini (Jr.), O.S.Io.Hieros. (1655)
  10. Mgr l'archevêque Giovanni Battista Scanaroli (it) (1630)
  11. S.É. Luigi Caetani (1622)
  12. S.É. Ludovico Ludovisi (1621)
  13. Mgr l'archevêque Galeazzo Sanvitale (it) (1604)
  14. S.É. Girolamo Bernerio, O.P. (1586)
  15. S.É. Giulio Antonio Santorio (1566)
  16. S.É. Scipione Rebiba

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Sorèze 2012.
  2. a et b Roglo 2012.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Diocèse de Saint-Brieuc 2012.
  4. a et b Michaud 1843, p. 338.
  5. Maximilien, blessé au bras lors du siège de Saint-Jean-d'Acre (1799), amputé pour cela, mourant, recommanda ses frères à la bienveillance de Napoléon venu à son chevet
  6. a, b, c et d Archives nationales BB/29/974, p. 167.
  7. Joseph Lohou, « Jean Baptiste Caffarelli du Falga », Évêque de Saint-Brieuc (1763-1815), sur joseph.lohou.perso.sfr.fr (consulté le 1 mars 2012)
  8. Bretagneweb Cathédrale Saint-Étienne.
  9. Brémond 1863, p. 157.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.