Je t'aime, je t'aime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Je t'aime, je t'aime est un film de science-fiction français d'Alain Resnais, d'après le scénario de l'écrivain Jacques Sternberg, sorti en 1968.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la suite de l'échec de son suicide, Claude Ridder se voit proposer de participer à une expérience de voyage dans le temps qui n'a été testée jusqu'à présent que sur des souris. Mais l'expérience tourne mal, et Claude entame un voyage aléatoire dans son passé.

Autour du film[modifier | modifier le code]

À travers le prétexte d'une expérience scientifique sur le temps, Resnais explore de nouveau le travail individuel sur le passé, le souvenir. À partir d'une sorte de renaissance (comme dans La vie est un roman), le rythme des aller-retours est rapide et angoissant, le film étant découpé en 160 séquences.

Je t'aime, je t'aime remet en cause les codes du récit cinématographique en explorant toutes les dimensions d'une réalité aléatoire construite sur des scènes non linéaires.

Le film devait à l'origine être tourné entièrement en caméra subjective, avant que Resnais ne renonce finalement à cette idée[1].

Sélectionné au festival de Cannes 1968, Je t'aime, je t'aime n'a pas pu y être projeté, le festival ayant été interrompu par les événements politiques alors en cours. Alain Resnais a été prévenu de l'annulation du festival alors qu'il était en route pour Cannes. Le contexte politique ayant alors vidé les salles de cinéma en France, le film n'a connu aucun succès commercial à l'époque de sa sortie[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Nota bene[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Regazzi, Le roman dans le cinéma d'Alain Resnais, retour à Providence, L'Harmattan, 2010, page 276
  2. Interview de Claude Rich sur les bonus du DVD, Éditions Montparnasse, 2008