Jardin et aire de jeux de la ZAC Alésia Montsouris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jardin et aire de jeux de la ZAC Alésia Montsouris
Image illustrative de l'article Jardin et aire de jeux de la ZAC Alésia Montsouris
Vue depuis le sommet du jardin
Géographie
Pays France
Commune Paris
Quartier 14e arrondissement
Superficie 2 200 m²
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 35″ N 2° 20′ 16″ E / 48.8263548, 2.337781248° 49′ 35″ Nord 2° 20′ 16″ Est / 48.8263548, 2.3377812  

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Jardin et aire de jeux de la ZAC Alésia Montsouris

Le jardin et aire de jeux de la ZAC Alésia Montsouris est un espace vert du 14e arrondissement de Paris, en France. Il est accessible par l'avenue de la Sibelle et la rue de l'Empereur-Valentinien.

Historique[modifier | modifier le code]

Le jardin est aménagé en 2000. « Les vestiges de deux aqueducs, l'un gallo-romain et l'autre datant de Catherine de Médicis, ont été découverts lors de l'aménagement de ce jardin. Les concepteurs, sous la forte pression des associations de défense du patrimoine, ont tiré parti des ruines pour créer un espace ondulé qui s'étire entre le jardin[1] et l'aire de jeux destinée aux tout-petits[2]. » L'idée originale de ce jardin en forme de vagues vient du peintre contemporain Rorcha[3], diplômé de l'École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles (ENSP) en 2000. Il en réalise l'esquisse programmatique ainsi qu'une maquette précise en 1997, alors qu'il travaille à la DPJEV (Direction des Parcs, Jardins et Espaces Verts de la ville de Paris).

En 2011, le jardin obtient le label "espace vert écologique[4]".

Description[modifier | modifier le code]

Les aqueducs sont englobés dans des buttes de terre et sont rendus visibles au public à chacune de leur extrémité grâce à un dispositif en coupe. La pelouse centrale ondulée est en opposition graphique forte avec la structure rectiligne du jardin (limites, allées, murs de soutènement…). Les bosses enherbées sont d'altitudes décroissantes d'ouest en est, pour réaliser une transition progressive entre l'imposant talus du RER et la pente douce de l'Impasse Reille.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. jardins partagés (le long du talus SNCF) nommés « Jardin de l'Aqueduc Montsouris »
  2. panneau officiel de la Ville de Paris, in situ
  3. www.rorcha.wordpress.com
  4. www.paris.fr