Jacques IV d'Écosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques IV
Jacques IV
Jacques IV
Titre
Roi d'Écosse
11 juin 14889 septembre 1513
25 ans, 2 mois et 29 jours
Couronnement 24 juin 1488
Prédécesseur Jacques III
Successeur Jacques V
Biographie
Dynastie Maison Stuart
Date de naissance 17 mars 1473
Lieu de naissance Château de Stirling (Écosse)
Date de décès 9 septembre 1513 (à 40 ans)
Lieu de décès Flodden Field (Angleterre)
Père Jacques III
Mère Marguerite de Danemark
Conjoint Marguerite Tudor
Enfant(s) Jacques
Arthur
Jacques Red crown.png
Alexandre
Héritier Jacques (1488-1504)
John (1504-1507)
Jacques (1507-1508)
John (1508-1509)
Arthur (1509-1510)
John (1510-1512)
Jacques (1512-1513) Red crown.png

Jacques IV d'Écosse
Monarques d'Écosse

Jacques IV (Seumas IV en gaélique écossais, James IV en anglais, né le 17 mars 1473 et mort le 9 septembre 1513, est roi d'Écosse de 1488 à sa mort.

Fils du roi Jacques III et de Marguerite de Danemark, il monta sur le trône à l'âge de quinze ans. Après vingt-cinq années de règne, il fut vaincu et tué par les Anglais à la bataille de Flodden Field. Il est le dernier monarque britannique mort au combat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques IV, probablement né dans le château de Stirling, était le fils de Jacques III d'Écosse et de Marguerite de Danemark. En tant qu'héritier présomptif de la couronne d'Écosse, il reçut le titre de duc de Rothesay. Son père n'était pas un roi populaire et dut faire face à deux grandes rébellions durant son règne. Lors de la deuxième, les rebelles firent de Jacques IV leur chef nominal. Son père fut tué en luttant contre les rebelles à la bataille de Sauchieburn le 11 juin 1488 et Jacques IV, alors âgé de quinze ans, fut couronné à Scone le 24 juin de la même année. Lorsque Jacques réalisa le rôle indirect qu'il avait joué dans la mort de son père, il décida de faire pénitence pour cette faute. À partir de là, il porta à chaque Carême une lourde chaîne de fer autour de sa poitrine, directement sur la peau.

Jacques IV prouva rapidement qu'il était un chef d'État efficace. Il vainquit une autre rébellion en 1489, prit une part directe à l'administration de la justice et soumit finalement le Lord des Îles en 1493.

Il soutint un temps le prétendant au trône anglais Perkin Warbeck. Pour ce faire, Jacques IV alla assiéger la ville anglaise de Noham sur la rive droite de la Tweed, mais dut se replier dès l'arrivée de l'armée anglaise commandée par le comte de Surrey[1]. Il reconnut finalement que la paix entre l'Écosse et l'Angleterre était dans l'intérêt des deux pays et signa le Traité de paix perpétuelle en 1502, le premier traité depuis 1328. Il épousa Marguerite Tudor, la fille d'Henri VII d'Angleterre, le 8 août 1503 à Édimbourg. C'est ce mariage qui ouvrira les droits de Jacques VI d'Écosse sur la couronne d'Angleterre.

Lorsque la guerre éclata entre l'Angleterre et la France en raison des guerres d'Italie, Jacques se trouva lui-même dans une position difficile en raison de ses obligations liées à l'Auld Alliance qui entrèrent en conflit avec le Traité de 1502. Le nouveau roi d'Angleterre, Henri VIII, essaya d'envahir la France en 1513 et Jacques réagit en déclarant la guerre à l'Angleterre. Espérant tirer avantage de l'absence de Henri VIII, il conduisit une armée d'invasion vers le sud et fut tué, avec de nombreux nobles et soldats, lors de la désastreuse bataille de Flodden Field le 8 septembre 1513. La participation écossaise à la guerre de la Ligue de Cambrai prit fin ainsi.

Comme Jacques avait été excommunié, son corps embaumé resta non enterré pendant de nombreuses années dans le monastère de Sheen et fut perdu après la Réforme.

Jacques, qui aimait les bateaux, vit l'importance pour l'Écosse d'être dotée d'une grande flotte. Il acquit trente-huit bateaux pour la Marine royale écossaise et fonda deux nouveaux chantiers navals. Sa plus belle création était le Great Michael : lancé en 1511, il pesait 1 000 tonnes et mesurait 73 mètres de long. C'était alors l'un des plus grands bateaux d'Europe.

Très instruit, Jacques aurait parlé couramment le gaélique d'Écosse, l'anglais, le gaélique d'Irlande, le latin, le français, l'allemand, l'italien, le flamand, l'espagnol et le danois. Il fut l'avant-dernier roi écossais à parler le gaélique d'Écosse. Il était par ailleurs le patron du poète écossais William Dunbar qui est connu pour son chant Lament of the Makaris.

Jacques était un vrai prince de la Renaissance, intéressé par les matières pratiques et scientifiques. Il donna une charte royale au Collège de chirurgie d'Édimbourg en 1506 et transforma le château d'Édimbourg en l'une des fonderies de canons les plus importantes de Grande-Bretagne. Il se réjouit de la création de la première imprimerie d'Écosse en 1505.

Descendance[modifier | modifier le code]

Marguerite Tudor, sa femme

Jacques IV épousa Marguerite Tudor le 8 août 1503 à l'abbaye d'Holyrood. Ils eurent quatre fils, dont trois morts en bas âge :

  • Jacques (21 février 1507 – 27 février 1508), duc de Rothesay ;
  • Arthur (20 octobre 1509 – 14 juillet 1510), duc de Rothesay ;
  • Jacques (15 avril 1512 – 14 décembre 1542), qui succède à son père sous le nom de Jacques V ;
  • Alexandre (30 avril 1514 – 18 décembre 1515), duc de Ross.

Il eut par ailleurs plusieurs enfants illégitimes de ses maîtresses :

  1. Marion Boyd
  2. Janet Kennedy
    • James Stuart (1499-1514), comte de Moray.
  3. Margaret Drummond
    • Margaret Stuart (née en 1497), épouse en 1512 John Gordon, puis John Drummond.
  4. Isabelle Stuart

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Duchein, Histoire de l'Écosse, Fayard, 1998, p.158

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rosalind K. Marshall, Scottish Queens: 1034-1714 Tuckwell Press, East Linton (2003) (ISBN 1-86232-271-6), p. 87
  • (en) Mike Ashley The Mammoth Book of British Kings & Queens Robinson (Londres 1998) (ISBN 1841190969) « James IV » p. 564-568.
  • (en) John.L.Roberts Lost Kingdoms Celtic scotland and the Middle Ages, Edinburgh University Press (Edinburgh 1997) (ISBN 0748609105).

Article connexe[modifier | modifier le code]