Maurice de Gandillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maurice Patronnier de Gandillac, plus connu sous le nom de Maurice de Gandillac (né le 14 février 1906 à Koléa (Algérie) - mort le 20 avril 2006 à Neuilly-sur-Seine) était un philosophe et un historien de la philosophie français, dont l'influence à travers l'enseignement qu'il dispensa pendant plusieurs décennies à La Sorbonne se fit sentir sur plusieurs générations de philosophes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut le condisciple de Sartre en classes préparatoires littéraires au lycée Louis-le-Grand et à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Élève brillant, il eut de remarquables professeurs, parmi lesquels on peut citer Georges Cantecor, qui lui fit découvrir Nietzsche pour contrecarrer son thomisme naissant, et Étienne Gilson, qui lui fit connaître Nicolas de Cues (1421-1464), ce philosophe de la Renaissance auquel il consacra sa thèse en 1941.

Professeur de philosophie à la Sorbonne - de 1946 à 1977 -, philosophe d'une grande ouverture d'esprit, il dirigea notamment les premiers travaux de Michel Foucault, Jacques Derrida, Jean-François Lyotard, Louis Althusser et Gilles Deleuze, alors qu’ils étaient étudiants.

Maurice de Gandillac fut également le premier traducteur en français de Walter Benjamin[1].

En juin 2005, il a publié, avec Jean Ricardou, fondateur de la textique et habitué des rencontres de Cerisy, auxquelles il assistait encore en juillet 2005, un ouvrage de poésie intitulé Bestiaire latéral, dans lequel il présente un grand nombre d'animaux imaginaires dont le nom est chaque fois une anagramme du mot « bestiaire ».

Il a également assuré durant plus de trente ans la présidence de l'Association des Amis de Pontigny-Cerisy, dont le moyen d'action est le Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, et y a dirigé plusieurs décades.

Bibliographie sommaire[modifier | modifier le code]

  • Dante, Seghers, 1968
  • Genèses de la modernité. Les douze siècles où se fit notre Europe – De la « Cité de Dieu » à la « La Nouvelle Atlantide », Éditions du Cerf, 1992 (ISBN 2-204-04503-9)
  • Le Siècle traversé. Souvenirs de neuf décennies, Albin Michel, Paris, 1998 (ISBN 2-226-10467-4)
  • Œuvres complètes, Aubier, 1998

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Walter Benjamin, Œuvres I, Gallimard, Folio Essais, trad. par Maurice de Gandillac.