Idoménée de Lampsaque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Idoménée (homonymie).

Idoménée de Lampsaque (Ἰδομενεύς Λαμψακηνός)

Philosophe Grec

Antiquité

Naissance vers -325
Décès vers -270
École/tradition épicurisme
Principaux intérêts Histoire, Philosophie
Influencé par Épicure

Idoménée de Lampsaque (en grec ancien Ἰδομενεύς Λαμψακηνός / Idomeneus Lampsakēnos[1]) est un philosophe grec (né vers 325 et mort vers 270 av. J.-C.), ami et disciple d'Épicure. Idoménée est décrit par Strabon comme « un des hommes les plus habiles de la ville [de Lampsaque] » avec Léontée[2].

Vie[modifier | modifier le code]

On ne possède aucun détail sur sa vie personnelle si ce n'est qu'il s'est marié avec Batis de Lampsaque, la sœur de Métrodore[3], et qu'il est un dignitaire de la cour de Lampsaque vers 306-301 av. J.-C.[4]. Il semble à l'instar de son ami Mithrès [5], avoir occupé des fonctions politiques et administratives dans sa cité.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Idomenée a écrit un nombre considérable de travaux philosophiques et historiques[6].

Deux titres d'œuvres d'Idoménée sont connus :

  • Histoire de Samothrace (Ἱστορία τῶν κατὰ Σαμοθρᾴκην)[7]. Cet écrit est probablement celui cité par une scholie d'Apollonios de Rhodes.
  • Sur les socratiques ( Περὶ τῶν Σωκρατικῶν ), dont certains fragments nous sont parvenus[8]. Il avait dépeint Socrate comme un rhéteur redoutable [9] . En outre il accusait clairement Eschine de Sphettos d'avoir publié sous son nom les propres ouvrages de Socrate que possédait sa femme, Xanthippe[10].

Les titres des autres œuvres d'Idoménée ne sont pas connus mais elles parlent des personnes suivantes : Pisistrate[11], Thémistocle[12] Aristide le Juste[13], Périclès[14], Démosthène[15], Eschine[16], Hypéride[17], et Phocion[18]. Il n'est pas improbable que ces personnes aient toutes été mentionnées dans un seul écrit dont le titre est inconnu mais qui pourrait avoir été Des chefs Athéniens(Περὶ τῶν Aθηνησι δημαγωγῶν).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Walker et William Trollope, 1830, A key to the classical pronunciation of Greek, Latin, and scripture proper names, p. 68 ; (en) Robert Palfrey Utter, Every-day pronunciation, 1918, p. 127.
  2. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], XIII, 1, 19.
  3. Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres [détail des éditions] [lire en ligne], X, 23, 25 ; Strabon, XIII, 2, 1 ; Athéisme, VII, 279.
  4. (en) Tiziano Dorandi, Chapter 2: Chronology, dans Algra et al., The Cambridge History of Hellenistic Philosophy, Cambridge, 1999, p. 51.
  5. Mithrès a semble-t-il occupé une fonction officielle auprès du roi Lysimaque
  6. Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne], « Démosthène », 23.
  7. Souda [(en)(grc) lire en ligne], s.v. Idomeneus (iota 126 Adler).
  8. Diogène Laërce, III, 36
  9. Diogène Laërce, II, 19-20
  10. Cité par Athénée, Deipnosophistes [détail des éditions] [lire en ligne], XIII, 93.
  11. Athénée, XII, 532.
  12. Athénée, XII, 533 et XIII, 576.
  13. Plutarque, Vies, « Aristide », 10.
  14. Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne], « Périclès », 10, 35.
  15. Plutarque, « Démosthène », 15, 23 ; Athénée, XIII, 592.
  16. Apollonios, Vita Aeschinis.
  17. Athénée, XIII, 590.
  18. Plutarque, « Phocion », 4.