Hériger de Lobbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hériger de Lobbes, né à Meerbeke près de Ninove en Belgique, est un moine bénédictin de l'abbaye de Lobbes. Il en est l'écolâtre et ensuite l'abbé de 990 à sa mort. Successeur de Folcuin, il est confirmé et béni dans sa fonction d'abbé de Lobbes le 21 décembre 990 par l'évêque de Cambrai dont dépend l'abbaye sur le plan spirituel et l'évêque de Liège sur le plan temporel. Connu pour son grand savoir encyclopédique, il laisse des œuvres de théologie, de liturgie, d'histoire, et un traité de mathématiques. Il compose des hymnes liturgiques. Il est également un collaborateur de Notger, premier prince-évêque de Liège, qu'il accompagna à Rome en 989. Il décède le 31 octobre 1007 et est inhumé dans la chapelle Saint Thomas érigée en mémoire du jour de sa bénédiction.

Il entame avec Notger une histoire des évêques de Tongres, Maastricht et Liège, qu'il poursuit jusqu'en 667 (Gesta episcoporum Tungrensium, Trajectensium et Leodiensium). Ses hagiographies (Vie de saint Landoald, Vie de sainte Berlende, Histoire de saint Landelin, Vie de saint Ursmer (en vers), Vie de saint Hadelin, Vie de saint Remacle, Monuments pour servir à l'histoire de saint Servais évêque de Tongres, Traité des divins offices, Traité du corps et du sang de Jésus-Christ) sont transmises sous le nom de Notger. Il s'applique spécialement aux mathématiques et compose des traités pour l'intelligence de l'Abacus de Gerbert et celui sur les Cycles de Pâques [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Théophile Lejeune, L'ancienne abbaye de Lobbes, vol. Annales, t. II, Mons, Cercle archéologique de Mons,‎ 1859, 83 p., p. 55-56

Voir[modifier | modifier le code]

Histoire des sciences en Wallonie (900-1800) Abbaye de Lobbes