Adson de Montier-en-Der

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montier.

Adson de Montier-en-Der (en latin : Adso Dervensis) est un abbé français né en 920 et mort en 992[1]. Il rouvrit le monastère de Montier-en-Der (Haute-Marne) après sa destruction par les Vikings. Il est mort lors d'un pèlerinage à Jérusalem ; il était l'un des écrivains européens les plus illustres du Xe siècle.

D'ascendance noble, il fit ses études à l'abbaye de Luxueil. Plus tard, il fut appelé à Toul comme instructeur du clergé, et il sera consacré abbé de Moutier-en-Der en 960. Il était l'ami de Gerbert, futur pape Sylvestre II, ainsi que d'Abbon de Fleury.

Travaux[modifier | modifier le code]

Ses écrits se composent d'hymnes, de biographies de saints, dont celle de saint Mansuy, évêque de Toul (485-509). De plus, il a rédigé la Vie de Clotilde, dont il célèbre le rôle en faveur de la paix, ainsi que celle de saint Valbert et surtout la vie du fondateur de l'abbaye, saint Berchaire.

Il compose aussi une analyse du second livre des dialogues du pape Grégoire 1er.

Il a notamment écrit une biographie sur l'Antéchrist intitulée De nativitate et obitu Antichristi. Il est, d'ailleurs, souvent cité par les médiévistes, notamment Ignaz Von Döllinger, concernant l'Antéchrist.

Ses derniers travaux portaient sur Rabanus Maurus, Alcuin et même sur saint Augustin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Persée : Henri Omont, Catalogue de la bibliothèque de l'abbé Adson de Montier-en-Der (992), Bibliothèque de l'école des chartes, 1881, n°42, pp. 157-160 persee.fr