Jean de Fécamp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean de Fécamp (c. 990, Ravenne - 1078, Fécamp, Duché de Normandie), neveu et disciple de Guillaume de Volpiano, participa à rénover Saint-Bénigne de Dijon avec lui, puis fut nommé prieur de l'abbaye de la Trinité de Fécamp en 1017, avant d'en devenir l'abbé en 1028.

Il est l'auteur de l'un des textes méditatifs les plus importants du Moyen Âge avant saint Bernard (dont il se rapproche par son christocentrisme), et dont il existe trois versions successives : la Confession theologica, rédigée avant 1018, le Libellus de scripturis et verbis patrum, rédigé entre 1030 et 1050, et la Confessio fidei, terminée vers 1050. On conserve également de lui treize lettres, dont certaines destinées à Guillaume le Conquérant ou à Léon IX, et des poèmes, dont une Lamentation sur la solitude perdue. Dans l'une de ses lettres adressées au pape Léon IX, soutenu par le Saint-Empire romain germanique et hostile aux Normands du sud de l'Italie, Jean se plaindra d'avoir été attaqué au retour d'un pèlerinage à Rome : « La haine des Italiens contre les Normands a atteint un tel degré qu'il est presque impossible à un Normand, même s'il est pèlerin, de voyager dans les villes d'Italie, sans être assailli, enlevé, dépouillé, frappé, jeté dans les fers, quand il ne meurt pas en prison ». À cette époque (vers 1050), des bandes d'aventuriers normands infestaient une Italie méridionale en proie à l'anarchie et ravageaient le pays. On les confondra dans une haine commune avec les Musulmans pillards et c'est le même nom d'Agarènes qui servira à les désigner[1]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • éd. Abbé Migne, Patrologie Latine, 143, col.797-800 ; 147, col.453-458, 463-474, 473-476
  • Confession théologique, trad. Philippe de Vial

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dom Philippe de VIAL
Auteur de l' ouvrage sur Jean de Fécamp: La Confession théologique(Introduction, traduction et notes par dom Philippe de Vial Editions du Cerf 1965).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Léon IX et les Normands" dans l'Histoire de la Domination Normande en Italie et en Sicile de Ferdinand Chalandon, Paris, 1907.