Gus Bofa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gustave Henri Émile Blanchot, dit « Gus Bofa », né le 23 mai 1883 à Brive-la-Gaillarde et mort le 1er septembre 1968 à Aubagne, est un illustrateur français.

 Biographie [modifier | modifier le code]

Fils du colonel Blanchot dont il est le 11e et avant-dernier enfant, il passe son enfance à Bordeaux puis emménage à Paris (son père est nommé commandant militaire du Sénat) où il est inscrit au lycée Henri-IV, établissement où il rencontre André Dunoyer de Segonzac et Maurice Constantin-Weyer qui resteront ses amis les plus proches. C’est à l’âge précoce de 8 ans qu’il invente son nom d’artiste, Gus Bofa.

Après quelques années comme ingénieur il se lance dans l’affiche et participe au Rire puis au Sourire et à La Petite Semaine. Il dessine aussi des costumes et décors pour le théâtre. Pendant la Première Guerre mondiale il compose les couvertures du magazine La Baïonnette. Dans l’entre-deux-guerres, il collabore au mensuel Le Crapouillot.

Son ami Pierre Mac Orlan a dit de lui : « Gus Bofa est avant tout un écrivain qui a choisi le dessin pour atteindre ses buts. Un texte de Bofa, un dessin de Bofa sont construits dans la même matière et l’un et l’autre sont animés de ce même rayon de poésie humoristique qui comprend tout ce qui tient une place entre la vie et la mort. »

Il se destine à la carrière militaire mais y renonce au moment de présenter le concours de Saint-Cyr. Pour gagner un peu d’argent, il commence, dès 1900, à vendre des dessins aux journaux illustrés comme Le Sourire, Le Rire ou La Risette.

Après son service militaire, et quelques emplois de bureau sans intérêt, il crée, vers 1906, les Affiches Gus-Bofa. Fort de son succès d’affichiste, il écrit des contes pour la presse, des revues pour le music-hall et tient la chronique théâtrale du Rire puis du Sourire, journaux qu’il dirige brièvement et où il fait débuter Pierre Mac Orlan.

Très grièvement blessé aux jambes en décembre 1914, il refuse d’être amputé et, de son lit d’hôpital, envoie des dessins à La Baïonnette.

Au lendemain de cette guerre, qui l’a laissé infirme, il commence, poussé par Mac Orlan, une carrière d’illustrateur de livres de luxe. Il met ainsi en image Mac Orlan, Courteline, Swift, Voltaire, De Quincey, Cervantès ou Octave Mirbeau. Parallèlement, il publie des albums personnels comme Le Livre de la guerre de cent ans ou Chez les toubibs.

Fondateur et directeur du Salon de l’Araignée, qui veut donner un espace de liberté aux dessinateurs et les pousser à un art plus personnel, Bofa s’occupe aussi de la chronique littéraire du Crapouillot, magazine littéraire et artistique, qu’il tiendra jusqu’en 1939.

Avec les années 1930, son œuvre prend un tour de plus en plus personnel et hanté. Malaises décrit l’angoisse existentielle et La Symphonie de la peur propose la peur comme moteur de l’histoire humaine. Zoo présente l’homme comme un animal dénaturé.

Les années 1950 marquent la fin de l’édition de luxe et, pour Bofa, le début de l’oubli. Indifférent à la gloire, il approfondit, à travers des livres autobiographiques, dont il signe textes et images, comme La Voie libre, Déblais ou La Croisière incertaine, une réflexion désabusée et pessimiste sur la condition humaine.

Il meurt en 1968 à quatre-vingt-cinq ans.

 Bibliographie [modifier | modifier le code]

  • Le chemin de l'ascétisme Ed Marval 1983 ISBN 2-86234-000-6
  • La croisière incertaine librairie des Champs Elysées 1950
  • Roger Bouillot, Gus Bofa l’incendiaire, Paris, Futuropolis, 1980.
  • Benoît Decron, Claude Goumoëns, Gus Bofa & Mac Orlan, Les Sables-d’Olonne, Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, 2000. (ISBN 2913981054)
  • Pierre Moruaud, Gus Bofa, Paris, 1947.
  • Christian Delporte, Gus Bofa et le « salon de l’araignée » (1920-1930), Gavroche, n°65, septembre-octobre 1992, texte intégral.

 Liens internes [modifier | modifier le code]

 Liens externes [modifier | modifier le code]