Thomas de Quincey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quincey.
Thomas de Quincey

Thomas de Quincey (Manchester, 15 août 1785Édimbourg, 8 décembre 1859), est un écrivain britannique. Il naît dans la ville industrielle de Manchester (Lancashire). Son père, marchand de textile, meurt en 1793.

Élève brillant, il écrit en grec avec aisance à treize ans, compose des vers et le parle couramment à quinze. Encore adolescent, il est transporté par Les ballades lyriques de Wordsworth et de Coleridge. Il s'enfuit de la Manchester Grammar School[1] à dix-sept ans, pour rejoindre[réf. souhaitée] le Pays de Galles. Avant de rentrer chez lui, il mène une vie misérable à Londres, réduit à la mendicité ; il s'évanouit dans la rue, il est alors sauvé par une jeune prostituée de seize ans, Ann. Cependant, il la perd sans recours en manquant l'un de ses rendez-vous, elle hantera alors à jamais son esprit. C'est durant ses années d'études au Worcester College d'Oxford que Quincey découvre l'opium, dont il fait un usage strictement thérapeutique au début, souffrant de douleurs à l'estomac.

En 1807, il devient ami intime de Coleridge, qui le fait entrer dans le cercle des Poètes du Lac, où il fait la connaissance entre autres de William Wordsworth. Il les rejoint pour quelque temps dans la région du Lake District.

Entre 1812 et 1813, il consomme régulièrement de l'opium, mais il arrive encore à contrôler ses doses. Il épouse Margaret Simpson, fille de fermier, qui lui donnera six enfants (il sera veuf en 1837).

Ayant dilapidé sa fortune personnelle, il se lance dans une carrière de journaliste, qui lui permettra de subvenir aux besoins de sa famille pour les trente années à venir.

En 1816, il s'installe à Édimbourg. Il devient totalement dépendant de l'opium, ce qui lui inspirera les Confessions d'un mangeur d'opium anglais (1822)[2] où il s'analyse lucidement face à la drogue. Cet ouvrage sera commenté par Baudelaire et permettra au poète français de décrire les répercussions physiques et mentales de la prise d'opium dans son texte Les Paradis artificiels.

Il est aussi évoqué dans le poème « Cors de chasse » d'Apollinaire, in Alcools.

En 1827, il publie De l'assassinat considéré comme un des beaux-arts, où des érudits devisent d'affaires criminelles comme s'il s'agissait de chefs-d’œuvre et élaborent les critères « esthétiques » d'un « bon » assassinat.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.mgs.org
  2. Sur la structure du roman fondée sur la prégnance de paradigmes repris dans les motifs de la fugue et du palimpseste, voir Yann Tholoniat, « Thomas de Quincey et le paradigme perdu », in Lectures d'une œuvre, Confessions of an English Opium-Eater – Thomas de Quincey, Paris, Éditions du Temps, 2003, pages 93-106.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeanne d'Arc, éditeur Stalker, Paris, 2007 (traduction française)
  • Confessions of an English Opium Eater, 1822
  • On the Knocking at the Gate in Macbeth, 1823
  • Walladmor, 1825
  • Murder Considered as One of the Fine Arts, 1827 (De l'Assassinat considéré comme un des Beaux-Arts)
  • Klosterheim, or The Masque, 1832
  • Lake Reminscences, 1834-40
  • The Logic of the Political Economy, 1844
  • Suspiria de Profundis, 1845 (ou 1846 ?)
  • The English Mail Coach, 1849
  • Autobiographical Sketches, 1853
  • Selections Grave and Gay, from the Writings, Published and Unpublished, by Thomas De Quincey, 1853-1860 (14 vol.)
  • Collected Writings, 1889
  • Uncollected Writings, 1890
  • The Posthumous Works, 1891-93
  • Memorials, 1891
  • Literary Criticism, 1909
  • The Diary, 1928
  • Selected Writings, 1937
  • Recollections of the Lake Poets, 1948 (written 1830-40)
  • New Essays, 1966
  • Literarische Portraits — Schiller, Herder, Lessing, Goethe

En français[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Les Derniers jours d'Emmanuel Kant, éd. Ombres, 1998, ISBN 2-84142-030-2
  • Les confessions d'un mangeur d'opium anglais, éd. Gallimard, nouv. éd. ent. rev. et augm., 1990, coll. l'Imaginaire, ISBN 2-07-071888-3
  • Le Mangeur d'opium, éd. Mille et Une Nuits, 2000, Collection à 10 F, ISBN 2-84205-505-5
  • Œuvres, éd. Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2011
  • De l'assassinat considéré comme un des beaux arts, éd. L'immaginaire Gallimard, 2011