Gérald Bloncourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bloncourt.

Gérald Bloncourt, né le 4 novembre 1926 à Bainet (Haïti), est un peintre et un photographe antillais, installé en France à la fin des années 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 1926 : Naissance de Gérald Bloncourt à Bainet (Haïti), d’une mère française et d’un père guadeloupéen.
  • 1927 : la famille Bloncourt s'installe à Jacmel (sud d'Haïti).
  • 1936 : Départ pour Port-au-Prince, la capitale, à la suite d'un terrible cyclone qui ruine la région. Bloncourt y fréquente Jacques-Stephen Alexis, René Depestre et Gérard Chenet.
  • 1944 : Bloncourt participe à la fondation, à Port-au-Prince, du Centre d’Art haïtien. La peinture haïtienne émerge sur la scène internationale.
  • 1946 : aux côtés de Jacques Stephen Alexis et René Depestre, Bloncourt est l’un des principaux leaders des « Cinq Glorieuses », journées révolutionnaires qui entraînent la chute du gouvernement Lescot. Expulsé d'Haïti, Bloncourt séjourne quelques mois en Martinique, puis s’installe à Paris. Il se lance dans la photographie, sans cesser pour autant de peindre et de graver.
  • 1948 : Bloncourt est nommé responsable politique du service photo de L’Humanité, pour lequel il couvre de nombreux conflits sociaux. Il devient par la suite reporter indépendant et avec Le Nouvel Observateur, L’Express, Le Nouvel Economiste, Options, Le Peuple, Regards, Syndicalisme hebdo, Témoignage Chrétien, La Vie catholique, La Vie Ouvrière,...
  • 1963 : Gérald Bloncourt crée les Éditions Murales (livres muraux itinérants) et d'autres expositions, qui circuleront pendant plus de vingt ans à travers la France.
  • 1966 : Premier voyage de Bloncourt au Portugal, sur les routes de l’émigration.
  • 1974 : Bloncourt couvre la révolution des Œillets.
  • 1986 : Retour de Bloncourt en Haïti, après la chute du régime des Duvalier. Publication, avec Marie-José Nadal-Gardère, d’un livre sur la peinture haïtienne (Nathan) et de nombreuses plaquettes poétiques.
  • 1991: Parution de Yeto ou le Palmier des Neiges (éditions Henri Deschamps et Arcantère), souvenirs d’engagements en Haïti et chronique du retour au pays.
  • 1998 : Cofondateur du "Comité pour la défense des droits de l'Homme et de la démocratie en Haïti", plus connu sous le nom de "Comité pour juger Duvalier". Invité à prononcer des conférences et à exposer aux Etats-Unis, Bloncourt est nommé citoyen d’honneur de la ville de La Nouvelle-Orléans.
  • 2004: Parution de ses mémoires de reporter photographe : Le regard engagé. Parcours d’un franc-tireur de l’image (éditions François Bourin) et de l’album Les Prolos, qui rassemble 140 photographies de Bloncourt accompagnées de textes de Mehdi Lallaoui (éditions Au nom de la mémoire).
  • 2006 : Parution avec Michael Löwy de Messagers de la tempête. André Breton et la Révolution de janvier 1946 en Haïti, publié aux Éditions Le Temps des Cerises.
  • 2008 : Exposition Por uma vida melhor au Musée d’art contemporain de Lisbonne (fondation Berardo) ; Parution d’un catalogue bilingue portugais / français (éditions Fage). Il reçoit la Médaille de la Ville de Paris (échelon Vermeil)
  • 2010 : Parution de Le PARIS de Gérald Bloncourt aux Editions Parimagine. Une centaine de photographies dont de nombreuses d’écrivains, d’artistes. Un témoignage émouvant du Paris laborieux et populaire.
  • 2011 : Parution de Peuples de gauche 1972-1983 préfacé par Edgar Morin (éditions François Bourin). Il est fait Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres
  • 2013- Parution de Journal d'un révolutionnaire, préface Rodney St-Eloi (Editions Mémoire d'Encrier)

Œuvre[modifier | modifier le code]

Auteur d'une œuvre abondante et variée (peinture, dessin, gravure...), Gérald Bloncourt effectue à partir de la fin des années 1940 une carrière de reporter-photographe.

Lien externe[modifier | modifier le code]