Francis Hallé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hallé.

Francis Hallé

Description de cette image, également commentée ci-après

Francis Hallé en 2009

Naissance (77 ans)
Seine-Port (France)
Nationalité française
Champs botanique, biologie

Francis Hallé, né le à Seine-Port (Seine-et-Marne), est un botaniste, biologiste et dendrologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francis Hallé est docteur en biologie, diplômé de la Sorbonne, et docteur en botanique, diplômé de l’université d’Abidjan. Ancien professeur de botanique à l’université de Montpellier, il s’est spécialisé en écologie des forêts tropicales humides et en architecture des arbres. C'est un fervent défenseur des forêts primaires, c’est-à-dire les forêts jamais exploitées par l’homme, qui ne représentent plus aujourd’hui que 5 à 10 % des forêts terrestres mais constituent, selon lui, plus des trois quarts des réserves de biodiversité de la planète.

« Ses convictions sont ancrées dans le sol, comme les racines de ses amis feuillus et branchus. Son amour pour les forêts primaires est infini. »

— Entretien avec Fabienne Chauvière, sur France Inter[1]

Il collabore avec Luc Jacquet et l'association Wild-Touch pour le film Il était une forêt[2] (2013) sur les dernières grandes forêts du monde et les dangers qui les guettent[3].

« Tout le monde le sait, descendre au jardin ne résout pas les problèmes de la vie quotidienne, mais les relativise et les rend plus supportables. Sigmund Freud a eu ce regret tardif  : “J’ai perdu mon temps ; la seule chose importante dans la vie, c'est le jardinage”. »

— Francis Hallé, Aux origines des plantes[4]

Francis Hallé pourrait faire sienne la devise de Patrick Geddes[réf. nécessaire], By Leaves We Live, cet autre grand défenseur de la biodiversité qui fonda entre autres le Collège des Écossais[5] à Montpellier :

« Combien de gens réfléchissent vraiment à ce qu’est une feuille ? Pourtant, la feuille est à la fois le produit et le phénomène le plus important de la vie : nous vivons dans un monde vert, où les animaux sont en proportion moindre et peu nombreux, et où tout dépend des feuilles[6]. »

Travaux[modifier | modifier le code]

Francis Hallé rappelle qu'une forêt secondaire a besoin de sept siècles pour revenir à l'état primaire et dénonce le désastre écologique que constitue la déforestation abusive pratiquée par les grands groupes industriels, dont on peut déjà voir les conséquences dans des pays tels que Haïti, le Nigéria, Madagascar ou la Malaisie.

Il fait remarquer que les populations forestières des forêts primaires n'ont jamais changé le caractère primaire de celles-ci, et que la déforestation peut être assimilée à un génocide car sans ces forêts ces populations sont perdues[7]. Les végétaux, en effet, ne bénéficient même pas des quelques mesures de sauvegarde prévues pour les animaux :

« Au début des années 1990, EDF met en eau le barrage de Petit-Saut, en Guyane française. Dans la forêt qui va mourir, les scientifiques s’activent, organisent le sauvetage de quelques animaux – singes, tortues, paresseux, tatous – qui étaient pratiquement tous capables de se sauver par eux-mêmes à la nage. Aucun arbre, aucune liane ne bénéficie de mesure de sauvegarde, alors qu’ils ne savent pas nager et que l’inondation les voue inéluctablement à la mort[8]. »

Il rappelle enfin que les forêts primaires contiennent 75 % de la biodiversité mondiale et que dans 10 ans, celles des tropiques auront disparu.

Animé du souci constant de ne pas détruire les végétaux, il a impulsé la mise au point du Radeau des cimes, un dispositif d’étude original de la canopée des forêts tropicales, dont il a dirigé les missions scientifiques de 1986 à 2003[9]. De nombreux chercheurs de toutes disciplines et du monde entier ont séjourné sur le Radeau des cimes, et l’étude de ce biotope a permis entre autres de multiplier par dix l’évaluation de la diversité biologique, c’est-à-dire du nombre d’espèces vivant sur Terre.

Éloge de la plante[modifier | modifier le code]

Dans son livre Éloge de la plante, il soutient que les végétaux et l'espèce humaine ne sont en rien comparables. Les végétaux sont apparus bien avant les hommes et les animaux en général et ils leur survivront certainement. En effet, tous les animaux (dont les humains) ont besoin des végétaux pour vivre (alimentation, énergie, vêtements, habitat, etc.) alors que la majorité des végétaux est capable de vivre en totale autonomie et pourrait ainsi très bien se passer de la plupart des animaux — hormis la pollinisation par les insectes et les oiseaux, relativement mineure pour les arbres.

En combinant ses capacités d’observation à une profonde empathie avec le végétal, il tire l’essentiel de ses découvertes de notions basiques :

« Je voudrais exprimer ma conviction que la connaissance de la forme – d’un objet, d’une plante, d’un animal – donne accès à beaucoup plus d’informations essentielles qu’une investigation analytique dans un domaine quantifiable quel qu’il soit[8]. »

Surface d’échange[modifier | modifier le code]

À partir d’un magnifique exposé comparant dans les premiers chapitres la géométrie tridimensionnelle, propre aux formes animales en mouvement, à ce qui relèverait d’une géométrie du plan, bidimensionnelle et propre aux végétaux, statiques, Francis Hallé dégage la notion de “surface d’échanges biologiques”. D’où il ressort que, une fois déployée et mise en rapport avec la masse de l’animal, la proportion de cette “surface d’échange” est toujours plus étendue chez les végétaux : « Au niveau fondamental de l’appropriation de l’énergie, la surface externe – assimilatrice – de la plante équivaut à la surface interne – digestive – de l’animal »[8].

Francis Hallé aborde ensuite ce qui apparaît comme corollaire logique à cette science des formes : l’architecture des plantes.

Plaidoyer pour l'arbre[modifier | modifier le code]

Dans son livre Plaidoyer pour l’arbre, paru en 2005, Francis Hallé « souhaite porter à la connaissance du grand public les découvertes récentes autour de ce patrimoine commun à toute l’humanité[10] ». Il affirme tout d'abord la difficulté de définir l'arbre[note 1]. À l'aide d'exemples, il montre que la hauteur au-dessus du sol, le caractère ligneux de la plante, la présence de branches ne sont pas des caractéristiques que l'on peut conférer dans l'absolu aux arbres. Le biologiste cite Alessandro Baricco :

« Définir l’arbre, c’est comme définir la bêtise : c'est presque impossible, et pourtant nous en connaissons tous d'excellents exemples. »

Reprenant la notion essentielle, à la fois quantitative et qualitative, de « surface d’échange », F. Hallé va expliquer comment les arbres « dépolluent », car leur écorce et leurs feuilles « nettoient » littéralement l’atmosphère en fixant le carbone.

« L’abattage d’un Ramin, d’une Angélique ou d’un Moabi réduit les surfaces d’échanges biologiques de la planète de 200 hectares ; rien d’étonnant que le climat s’en ressente, surtout si le chantier abat quatre-vingts arbres dans sa journée. Bien entendu, aucun être vivant n’approche, même de très loin, les surfaces d’échange d’un grand arbre[11]. »

Il estime alors logique de supposer en outre que la fixation de carbone est d’autant plus efficace que les arbres sont plus âgés, donc plus volumineux, donc porteurs de “surfaces d’échanges biologiques” plus importantes. Or, cette hypothèse a été effectivement confirmée par une étude récente portant sur « 403 espèces tropicales et tempérées », selon laquelle

« les grands vieux arbres n’agissent pas simplement comme de vétustes réservoirs de carbone, mais fixent activement des quantités de carbone supérieures aux arbres plus petits ; à l’extrême, un seul grand arbre peut ajouter à la forêt en une seule année la même quantité de carbone que la totalité du carbone que contient un arbre de taille moyenne[12]. »

C’est à partir de ce qui était déjà sa conviction depuis le Radeau des cimes que Francis Hallé réitère en 2011 son plaidoyer pour l’arbre, en explicitant à l’intention des élus et de tous les décideurs en matière d’aménagement du territoire :

« Dix jeunes arbres ne remplacent pas un vieux : un quart de siècle au moins sera nécessaire avant que la dépollution atmosphérique ne retrouve son niveau initial ; en attendant, toute une génération de jeunes urbains va devoir vivre sous un “ciel de pétrole“[13]. »

Après s'être intéressé aux secrets de l'arbre, Francis Hallé présente tout ce que l'arbre apporte à l'homme et trace le portrait d'espèces remarquables comme, par exemple, le durian, l'eucalyptus ou l'hévéa.

Architecture végétale[modifier | modifier le code]

Francis Hallé est un des précurseurs de l'« architecture des plantes ». Sa capacité d'observation lui permet de reconnaître dans les végétaux des structures qui sont une constante pour chaque espèce : quelle que soit la variabilité de son environnement, une plante donnée reproduit toujours la même architecture. Il dénombre vingt-deux modèles différents pour l'ensemble des espèces d'arbres qu'il a étudiées. Cette classification est basée sur très peu de critères : la verticalité ou l'horizontalité des branches, le mode de croissance des tiges, la disposition de l'inflorescence[14].

Coloniarité[modifier | modifier le code]

Il soutient l'hypothèse de l'arbre coloniaire à partir d'observations et expériences réalisées par Roelof A. A. Oldeman et poursuivies par lui-même. La majorité des arbres (sauf certains comme les palmiers ou les araucarias) ne seraient pas des individus simples mais appartiendraient à une colonie. Il considère les bourgeons comme des individus reliés entre eux à la façon des polypes sur un récif corallien. La réitération, ou capacité à se multiplier végétativement, prouve la divisibilité de l'arbre, phénomène qui se traduit par la production de rejets, spontanés ou traumatiques. Or l'individu par définition n'est pas divisible. De plus, Francis Hallé s'étonne d'observer sur certains arbres des racines au sein même des unités réitérées, c'est-à-dire des racines au sein même des branches.

Variabilité génétique au sein d'un même arbre[modifier | modifier le code]

Darlyne Murawski et F. Hallé ont aussi remarqué en zone tropicale qu'un même arbre pouvait posséder plusieurs génotypes[15] :

« Le Saint-Martin Jaune contenait plusieurs génotypes sensiblement différents, qui n'étaient pas distribués au hasard dans la cime, mais caractérisaient plutôt des groupes de branches maîtresses. »

Un tel phénomène de polymorphisme génétique présent non pas à l'échelle d'une population, mais à celle d'un individu, avait déjà été rapporté 10 ans plus tôt à propos d'ADN chloroplastique d'hybrides sauvages de deux pins nord américains (Pinus banksiana et Pinus contorta) lors d'une étude génétique ayant porté sur 6 arbres : chez quatre de ces six arbres le génome chloroplastique différait selon les groupes de branches étudiées (dans le même arbre) ; dans ce cas, les auteurs avaient attribué ce qu'ils pensaient être une anomalie à une mutation somatique ou à un « trait biparental occasionnel » ; leur conclusion était : « On ne sait pas si les variations dans ces sujets sont dues à une mutation somatique ou à un trait biparental occasionnel hérité dans l'ADN des chloroplastes. Toutefois, les données recueillies indiquent que les variations décelées dans les sujets individuels peuvent constituer une source importante de variabilité génétique dans diverses régions sympatriques des arbres forestiers[16],[17]. »

Timidité des arbres[modifier | modifier le code]

Francis Hallé a aussi découvert la « timidité » de certains arbres (fagacées, pins), un phénomène tout à fait étonnant : les branches ou les racines de certains arbres voisins ne s’entremêlent point, mais décrivent ce qu’il appelle une « fente de timidité ».

« Certains arbres de la même espèce, poussant côte à côte, déclenchent un mécanisme qui permet d’éviter que leurs cimes ne se touchent, laissant entre elles une “fente de timidité” d’environ 1 mètre de large. La canopée prend alors l’allure d’un puzzle[11]. »

On peut observer une fente de timidité entre différents arbres de la même espèce, peut-être liée à des échanges de gaz, la question inévitable en biologie restant : quel avantage sélectif cela apporte-t-il à l’arbre ?

Phases lunaires[modifier | modifier le code]

Francis Hallé est un des rares scientifiques vivants à défendre l’hypothèse selon laquelle les phases lunaires ont une influence sur la croissance des végétaux. En effet, ce qui est actuellement considéré comme une “croyance populaire” archaïque et superstitieuse relève aussi d’un ensemble de savoirs issus d’une pratique millénaire du bois et de la forêt.

« Si l’objectif est de se procurer du bois aussi peu hydraté que possible parce qu’il est plus dur qu’un bois riche en eau, la bonne solution est de tenir compte à la fois du rythme lunaire et du rythme solaire. Sous Louis XIV, une ordonnance forestière fixait les meilleures dates d’abattage des arbres destinés à la construction des navires : en hiver et en Lune décroissante[11]. »

Défenseur des végétaux[modifier | modifier le code]

Francis Hallé ne manque jamais d’insister sur le caractère inappréciable et fragile des bienfaits que les végétaux apportent aux humains.

À commencer par les bénéfices psychologiques et environnementaux, incontestables même s’ils sont difficiles à mesurer, pouvant résulter de la présence des arbres.

« A Chicago, une ville qui continue d’évoquer les trafics de drogue et les meurtres perpétrés par la mafia, les rapports d’agressions fournis par la police ont été croisés avec les (rares) espaces verts par des chercheurs de l’université de l’Illinois ; les résultats sont à l’honneur des arbres : plus ils sont nombreux et moins on compte d’agressions. L’arbre, un « outil précieux entre les mains de l’urbaniste », disait Le Corbusier[18]. »

Il s’insurge contre les coupes drastiques auxquelles sont souvent soumis les arbres en ville :

« Respecter les arbres, c’est s’interdire de les soumettre à des tailles ou à des élagages sévères qui les laissent marqués par des plaies de grands diamètres et qui, de ce fait, les vouent à la maladie, ou même à la mort[19]. »

Loin de relever de l’antique art topiaire, ces coupes lui semblent obéir à de tout autres motivations :

« Et d’où vient cette idée selon laquelle l’élagage serait salutaire à la santé de l’arbre ? De la nécessité de motiver les agents municipaux lorsqu’on leur fait tailler les arbres en hiver, juste pour éviter qu’ils ne fassent rien à une époque où les plantes se reposent et ne demandent qu’une chose : qu’on les laisse tranquilles[19]. »

De même qu’il dénonce les raisons fallacieuses invoquées pour abattre les arbres d’alignement qui bordent les routes nationales : « C’est clair : sans arbres, on ne se tue plus contre les arbres. Mais se tue-t-on moins sur les routes après abattage des arbres ? La réponse est non[19]. »

Il sait trouver les exemples les plus originaux pour rappeler comment les végétaux restent des modèles d’inventivité technique, conjuguant formes et couleurs, esthétique et géométrie.

« Chez beaucoup de fleurs qui admettent un seul plan de symétrie et qui ressemblent à des visages – pélargonium, commeline, orchis, sauge ou pensée – des bandes colorées ou des lignes de points balisent le trajet du pollinisateur vers les étamines et les glandes à nectar ; cela évoque les marques lumineuses qui guident, dans les aéroports, les atterrissages nocturnes[8]. »

Francis Hallé illustre lui-même la plupart de ses ouvrages : Le Radeau des cimes, Plaidoyer pour la plante[8], Plaidoyer pour l’arbre[11]… Dans un style proche de la ligne claire, ses schémas à la fois gracieux et explicatifs comportent souvent une dose d’humour qui facilite la compréhension.

Le travail scientifique de F. Hallé pourrait renverser bien des dogmes actuels : la plante dominerait-elle les animaux (parmi eux les hommes) ? L'arbre serait-il une colonie donc un ensemble d'entités fonctionnant de concert ? Que serait l'homme sans les arbres ? Que peut-on lui devoir ?

Publications[modifier | modifier le code]

  • Un monde sans hiver - Les Tropiques : nature et sociétés, Le Seuil, 1993
  • Éloge de la plante, pour une nouvelle biologie, Le Seuil, 1999 (ISBN 978-2-02-068498-9)
  • Le Radeau des cimes, l'exploration des canopées forestières avec Dany Cleyet-Marrel et Gilles Ebersolt, (Lattès, 2000) - Prix André Soubiran (Medec 2001)
  • Essai sur l'architecture et la dynamique de croissance des arbres tropicaux avec Oldeman, Masson, 2002
  • Architecture des plantes, 2004
  • Plaidoyer pour l'arbre, Actes Sud, 2005, prix « Homme et botanique » (ISBN 978-2-7427-5712-1)
  • Aux origines des plantes, tomes 1 & 2, Fayard, 2008 (ISBN 978-2-213-62836-3 et 978-2-213-63050-2)
  • La Condition tropicale. Une histoire naturelle, économique et sociale des basses latitudes, Actes Sud, 2010 (ISBN 978-2-7427-8840-8)
  • La Vie des arbres, Bayard, 2011
  • Du bon usage des arbres, Actes Sud, 2011
  • Illustrations botaniques du dictionnaire Les Mots de la botanique, Actes Sud, 2011 (ISBN 978-2-7427-9890-2)
  • Un jardin après la pluie, Armand Colin, 2013
  • Plaidoyer pour la forêt tropicale, Actes Sud, 2014 (ISBN 978-2-330-02146-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Et d'abord comment définir un arbre ? C'est quoi un arbre ? La réponse n'est pas si simple que cela. Même pour un botaniste, même pour un biologiste[20]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Savanturiers », sur http://www.franceinter.fr,‎ (consulté le 14 juin 2013).
  2. Initialement intitulé La Forêt des pluies.
  3. « La Forêt des pluies », sur wild-touch.org (consulté le 14 janvier 2012)
  4. Francis Hallé (dir.), Aux origines des plantes : Avant-propos, pourquoi les plantes nous font-elles tant de bien ?, Fayard,‎ (ISBN 978-2-213-64546-9), p. 15.
  5. Cf. site Métagraphies, Le Collège des Écossais, d’Édimbourg à Montpellier en passant par Bombay, l’héritage vivant et symbolique de l’œuvre de toute une vie.
  6. Cf. (en) Learning Zone, National Library of Scotland, site web de la Bibliothèque nationale d’Écosse : « How many people think twice about a leaf? Yet the leaf is the chief product and phenomenon of Life: this is a green world, with animals comparatively few and small, and all dependent upon the leaves. »
  7. Francis Hallé, « Éloge de l'arbre, Spectacle - Conférence »,‎ (consulté le 23 mars 2014).
  8. a, b, c, d et e Francis Hallé, Éloge de la plante, pour une nouvelle biologie, Le Seuil, 1999
  9. Cf. [«Le Radeau des cimes de Francis Hallé» http://www.lagedefaire-lejournal.fr/biodiversite-francis-halle-et-son-radeau-des-cimes/], site du journal L’âge de faire, 27 juin 2014
  10. Francis Hallé, « Plaidoyer pour l’arbre », sur http://www.espace-sciences.org,‎ (consulté le 14 juin 2013).
  11. a, b, c et d Francis Hallé, Plaidoyer pour l’arbre, Actes-Sud, 2005
  12. N.L. Stephenson et al., « Rate of tree carbon accumulation increases continuously with tree size », in Nature, 15 janvier 2014.
  13. Marie-Paule Nougaret, La Cité des plantes : en ville au temps des pollutions, Actes-Sud, 2010, citée par Francis Hallé, Du bon usage des arbres – Un plaidoyer à l’intention des élus et des énarques, Actes-Sud, 2011
  14. Francis Hallé, Un jardin après la pluie, La Fabrique du sens, Armand Colin, 2013.
  15. (en) Murawski « Genetic variation within tropical tree crowns » in F. Hallé et al. Biologie d'une canopée de forêt équatoriale III 1998.
  16. (en) Diddahally R. Govindaraju, David B. Wagner, Graydon P. Smith, Bruce P. Dancik. « Chloroplast DNA variation within individual trees of a Pinusbanksiana–Pinusconforta sympatric region » Revue canadienne de recherche forestière, 1988, 18(10):1347-50. DOI:10.1139/x88-209 (résumé)
  17. (en) Y. Tsumura, Y. Suyama, K. Yoshimura. « Chloroplast DNA Inversion Polymorphism in Populations of Abies and Tsuga » Molecular Biology and Evolution 2000;17(9):1302-12. PMID 10958847
  18. Le Corbusier, Quand les cathédrales étaient blanches. Voyage au pays des timides, Plon, 1937, cité par Francis Hallé, Du bon usage des arbres – Un plaidoyer à l’intention des élus et des énarques, Actes-Sud, 2011.
  19. a, b et c Francis Hallé, Du bon usage des arbres – Un plaidoyer à l’intention des élus et des énarques, Actes-Sud, 2011.
  20. [MP3] « Nous descendons des arbres »,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

F.Hallé est l’abréviation botanique standard de Francis Hallé.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI