Polype (zoologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Polype (médecine).
Reproduction des cnidaires

Le polype est une des deux formes que peuvent prendre les cnidaires (la forme pélagique étant la méduse). Il s'agit d'un stade asexué, sessile et benthique (proche des fonds marins). Le corail est constitué d'une colonie de polypes qui participe a la fabrication de son squelette. Il résulte de la transformation de la planula : lorsque cette larve trouve un substrat plus ou moins spécifique selon les espèces, elle se fixe dessus et se métamorphose en un polype dit « primaire ». Ce polype développe un réseau stolonère (l'hydrorhize) qui lui permet de bien s'ancrer au substrat. Le bourgeonnement de nouveaux polypes à partir de cette hydrorhize (bourgeonnement polypien) conduit à la formation d'une colonie (polype secondaire). Les méduses sont également produites par bourgeonnement au niveau de la colonie de polypes[1]. Outre ce bourgeonnement médusaire, une autre forme de reproduction asexuée est la frustulation, forme de scissiparité par laquelle des fragments de tissu (les frustules) s'isolent à l'extrémité des stolons et s'en détachent. Emportés par le courant, ces frustules se fixent sur un substrat et forment un polype primaire [2].

Il existe des formes polypes solitaires comme les hydres et des formes polypes coloniales, les hydraires, issues de bourgeonnement.

Les polypes sont de forme cylindrique et possèdent d'un côté l'hydrorhize, pédicule les reliant au substrat, passant par la frude aluscaire de l'intestin grêle, une colonie gastrique renflée, et de l'autre une bouche entourée de tentacules.

La paroi est constituée d'un ectoderme et d'un endoderme séparés par la mésoglée.

L'ectoderme est constitué d'une seule couche de cellules sécrétant un mucus. Leur base possède des myofibrilles lisses longitudinales d'où leur nom de myo-épithélio-glandulaires

Entre ces cellules, on trouve des cellules sensitives neuropithéliales en fuseau avec une soie tactile externe. Leur base est en rapport avec une cellule myo-épitheliale ou avec des cellules nerveuses par des filaments ramifiés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Paul Grassé, Traité de zoologie. Anatomie, systématique biologie, Masson,‎ 1993, p. 17
  2. Pierre-Paul Grassé, op. cit., p. 215