Fixation du carbone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La fixation du carbone est un processus à l'œuvre chez les organismes dits autotrophes, qui convertissent le carbone inorganique — typiquement, le dioxyde de carbone CO2 — en composés organiques tels que des glucides. La photosynthèse en est l'exemple le plus évident, caractérisant les organismes dits photoautotrophes ; la chimiosynthèse est une autre forme de fixation du carbone susceptible d'avoir lieu même en l'absence de lumière — on parle alors de lithotrophie pour qualifier les organismes qui utilisent l'énergie des oxydations inorganiques pour produire leur matière vivante. Les organismes qui consomment la matière organique produite par les autotrophes sont appelés hétérotrophes[1].

La première étape de la fixation du carbone est la formation d'un groupe carboxyle –COOH sur une molécule organique, ce qu'on appelle une carboxylation ; les enzymes susceptibles de catalyser cette réaction sont appelées carboxylases : la RuBisCO est à ce titre l'enzyme limitante de la photosynthèse.

On connaît aujourd'hui principalement six grandes voies métaboliques différentes de fixation du carbone[2], mais ce nombre varie selon les auteurs en fonction des variantes considérées :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Richard J. Geider, Evan H. Delucia, Paul G. Falkowski, Adrien C. Finzi, J. Philip Grime, John Grace, Todd M. Kana, Julie La Roche, Stephen P. Long, Bruce A. Osborne, Trevor Platt, I. Colin Prentice, John A. Raven, William H. Schlesinger, Victor Smetacek, Venetia Stuart, Shubha Sathyendranath, Richard B. Thomas, Tom C. Vogelmann, Peter Williams et F. Ian Woodward, « Primary productivity of planet earth: biological determinants and physical constraints in terrestrial and aquatic habitats », Global Change Biology, vol. 7, no 8,‎ décembre 2001, p. 849-882 (lien DOI?, lire en ligne)
  2. (en) Brandon K. Swan, Manuel Martinez-Garcia, Christina M. Preston, Alexander Sczyrba, Tanja Woyke, Dominique Lamy, Thomas Reinthaler, Nicole J. Poulton, E. Dashiell P. Masland, Monica Lluesma Gomez, Michael E. Sieracki, Edward F. DeLong, Gerhard J. Herndl et Ramunas Stepanauskas, « Potential for Chemolithoautotrophy Among Ubiquitous Bacteria Lineages in the Dark Ocean », Science, vol. 333, no 6047,‎ 2 septembre 2011, p. 1296-1300 (liens PubMed?, DOI? et Bibcode? ; lire en ligne)
  3. (en) Nicole Kresge, Robert D. Simoni et Robert L. Hill, « The Discovery of Heterotrophic Carbon Dioxide Fixation by Harland G. Wood », Journal of Biological Chemistry, vol. 280,‎ 6 mai 2005, e15 (lire en ligne)