Sultanat de Pasai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sultanat de Pasai
Kesultanan Samudera Pasai (id)

XIIIe siècle1523

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La zone d'influence de Pasai

Informations générales
Statut Sultanat
Capitale Samudra
Religion Islam
Histoire et événements
XIIIe siècle Fondation
1523 Conquête par le sultanat d'Aceh
Sultans
(1er) XIIIe siècle Malik as-Salih

Entités suivantes :

Le sultanat de Pasai est le plus ancien royaume musulman attesté du monde insulindien. Fondé vers la fin du XIIIe siècle, il disparaîtra en 1523 avec sa conquête par le royaume d'Aceh à la pointe nord de l'île indonésienne de Sumatra.

L'importance de Pasai tient à son rôle comme centre de diffusion de l'islam à travers l'archipel indonésien et la péninsule Malaise.

Samudra, la capitale de Pasai, était située à l'embouchure d'une rivière qui s'appelle aujourd'hui "Pasai", et se jette dans la partie orientale de la baie de Lhok Seumawe, sur la côte nord-est de Sumatra, dans l'actuelle province d'Aceh. Le nom même de l'île, "Sumatra", vient d'ailleurs de "Samudra".

Il reste peu de vestiges de ce royaume, essentiellement sous la forme de quelque 160 tombes. La plus remarquable d'entre elles est la tombe d'une princesse dans le village de Minye Tujuh, situé à environ 35 km dans l'intérieur des terres au sud du site de Pasai. La particularité de cette tombe est qu'une de ses deux stèles est rédigée en malais et dans une écriture de type devanagari d'origine indienne, tandis que l'autre stèle est rédigée en arabe.

Pasai était l'exact contemporain du royaume hindou-bouddhique de Majapahit dans l'est de Java.

Histoire[modifier | modifier le code]

Très tôt, des marchands musulmans se rendent en Indonésie, notamment à Sumatra, riche en or (le Ramayana parle de "Suvarnadvipa", "l'île de l'or", vraisemblablement Sumatra) et en produits de la forêt très recherché comme le camphre (de l'arabe kafur, lui-même dérivé de kapur Barus, "craie de Barus, nom d'un port de la côte occidentale du nord de Sumatra) et le benjoin (de l'arabe luban jawi, "lait de Java").

Au XIIIe siècle, la cité-état de Sriwijaya dans le sud de Sumatra, qui contrôlait jadis le détroit de Malacca, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Le sud du détroit est infesté de pirates. Les commerçants indiens et persans musulmans préfèrent donc jeter l'ancre dans les ports du nord de Sumatra.

Des textes chinois notent qu'en 1282, le roi de Samudra envoie en Chine deux émissaire portant des noms arabes.

Le premier souverain musulman de Samudra est le sultan Malik as-Salih. Sa tombe est datée de l'an 696 de l'Hégire, soit 1297 après J.-C. C'est d'ailleurs grâce aux tombes qu'on a pu identifier 32 souverains de Pasai pour les quelque 250 ans qu'a duré le sultanat. L'histoire politique de ce royaume est donc caractérisée par une grande instabilité.

On dispose par ailleurs de peu de sources écrites sur Pasai.

Le nom de Pasai est d'abord connu par le Hikayat Raja Pasai ou "chronique des rois de Pasai", un texte écrit en malais. Au début du XIVe siècle, les visées expansionnistes du royaume thaï d'Ayutthaya l'amènent à attaquer Pasai. La Hikayat raconte que le roi de Pasai est emmené en captivité à Ayutthaya.

D'autres sources attestent de l'existence de Pasai.

Tomé Pires, un apothicaire portugais qui réside à Malacca, prise en 1511 par les Portugais, passe à Pasai. Il y recueille un récit relatant que vers 1340, des marchands musulmans établis à Pasai élisent comme roi "un Bengali".

Vers 1340 également, les Javanais attaquent à leur tour Pasai, qu'ils occuperont quelque temps. Le roi de Pasai doit s'enfuir avec les regalia (insignes du pouvoir royal).

En 1346, le voyageur marocain Ibn Battûta aborde Samudra, dans l'estuaire de la rivière qui porte aujourd'hui le nom de Pasai et se jette dans la baie de Lhok Seumawe. Pour cette raison, on identifie aujourd'hui Samudara à la capitale du royaume de Pasai.

Le Nagarakertagama, un poème épique écrit en 1365 dans le royaume javanais de Majapahit, mentionne Pasai parmi les quelque cent "contrées tributaires" du royaume. En réalité, le territoire contrôlé par Majapahit ne s'étendait que sur une partie de l'est et du centre de Java. Les "contrées tributaires" étaient en fait des comptoirs formant un réseau commercial dont Majapahit était le centre. Majapahit y envoyait des dignitaires dont le rôle était de s'assurer que ces comptoirs ne s'adonnaient pas à un commerce privé qui échapperait au royaume.

Enfin, l'amiral musulman chinois Zheng He, au cours d'une des 7 expéditions qu'il mènera de 1405 à 1433 vers l'Inde et le Moyen-Orient, intervient dans les affaires de Pasai en prenant le parti d'un des princes dans la querelle de succession qui oppose ce dernier à un autre prince, Iskandar. Zheng He capture Iskandar, le ramène en Chine où il est jugé et exécuté. Durant cette période des expéditions de Zheng He, la Chine jouera un rôle de régulation dans la région.

Le royaume de Malacca, fondé vers 1400 sur la côte occidentale de la péninsule malaise, se révèle un rival redoutable pour Pasai comme centre économique et commercial dans le détroit de Malacca. Après la prise de Malacca par les Portugais en 1511 sous la conduite d'Afonso de Albuquerque, son successeur, le sultanat de Johor, mais aussi deux autres principautés de la côte nord-est de Sumatra, Aru et Pidie, menacent à leur tout la position de Pasai.

Les Portugais aussi interviennent à Pasai. Vers 1520, Jorge de Albuquerque, neveu d'Afonso, attaque Pasai. Un de ses soldats tue le sultan Zainal Abidin. Albuquerque met sur le trône un adolescent de la famille royale.

Affaibli, Pasai est finalement conquis par une nouvelle puissance régionale : Aceh.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anonyme, Histoire des Rois de Pasey, traduit du malais par Aristide Marre, 2004
  • Ibn Battûta, Voyages, La Découverte
  • Lombard, Denys, Le carrefour javanais
  • Ricklefs, M. C., A History of Modern Indonesia since c. 1300
  • Wolters, O. W., "Indonesia - Muslim kingdoms of northern Sumatra" in www.britannica.com