Ligne Wallace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wallace.
Tracé de la ligne Wallace

La ligne Wallace désigne une frontière biogéographique entre les deux grandes écozones que sont l'indomalais et l'australasien. Elle doit son nom à son découvreur, le naturaliste Alfred Russel Wallace.

Origines du concept[modifier | modifier le code]

Wallace décrit, dans un exposé lu en 1859 et publié en 1860, la présence d'une discontinuité géographique dans la composition de la faune de l'Insulinde entre Bali et Lombok (deux Îles de la Sonde) et entre Bornéo et Célèbes (Sulawesi)[1].

Wallace traça la ligne séparant les régions indo-malaise et austro-malaise sur une carte publiée en 1863[2].

Le terme de « ligne Wallace » (ang. Wallace’s line) fut inventé en 1868 par Thomas Henry Huxley qui a proposé aussi une modification de son tracé, plaçant notamment à l'Est de celle-ci l'archipel des Philippines, afin de représenter plus fidèlement la distribution de certaines familles d'oiseaux[3]. Modifiée par Huxley, la ligne Wallace passe à l'Ouest des Îles Philippines en incluant seulement l'Île de Palawan dans la région indomalaise[4].

Problématique du concept[modifier | modifier le code]

Discuté à maintes reprises depuis le milieu du XIXe siècle (Wallace n'étant pas le premier) et tout au long du XXe siècle, le concept a fait l'objet de travaux scientifiques par les zoogéographes désireux de tracer une frontière nette entre régions Orientale et Australienne.

D'autres lignes frontières[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début du XXe siècle, d'autres lignes de démarcation ont été tracées pour établir des limites biogéographiques à la distribution de la faune d'Asie et d'Australie.

  • La ligne de Muller (1846) basée sur l'écologie (critère d'aridité)[5].
  • La ligne de Murray (1866) basée sur la distribution des Mammifères[6].
  • La ligne de Lydekker (1896) basée sur la distribution des Mammifères[7].
  • La ligne des Sclater (1899) basée sur la distribution des Mammifères[8].
  • La ligne de Weber (1902) basée sur la distribution des Poissons d'eau douce[9].

La limite zoologique de l'Asie et de l'Australie, qui coïncide avec la ligne des plus grandes profondeurs, fut appelée « Ligne de Weber » par Paul Pelseneer en 1904[10].

Une zone frontière[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, plutôt qu'une ligne, une zone intermédiaire (de transition ou d'interpénétration) a également été envisagée comme frontière.

Intérêts évolutifs[modifier | modifier le code]

Le terme « Wallacea » fut utilisé pour la première fois par Roy E. Dickerson et al. en 1928. [11]

Dickerson, l'inventeur avec ses collègues du terme « Wallacea », a délimité cette zone intermédiaire en 1928 par la ligne de Wallace modifiée par Huxley et par la ligne Weber[11],[12].

En 1944, Ernst Mayr considère que la Wallacea est constituée de quatre districts zoogéographiques : 1. les Moluques, 2. les Petites îles de la Sonde, 3. les Célèbes et 4. les Philippines. La ligne Weber est alors positionnée au sein de la Wallacea. Mayr redéfinit la ligne Weber comme la ligne d'équilibre de la faune, avec à l'Ouest plus de 50 % d'espèces d'origine orientale et à l'Est plus de 50 % d'espèces d'origine australienne[12].

En 1977, Simpson considère la Wallacea comme une zone intermédiaire (d'îles non assignées aux continents) définie par la ligne Wallace modifiée par Huxley (comme limite de la faune orientale) et par la ligne Lydekker (comme limite de la faune australienne). [13]

Limites biogéographiques[modifier | modifier le code]

Les zones biogéographiques (empires fauniques de l'Arctogée et de la Notogée, régions zoogéographiques Orientale et Australienne, sous-régions Indo-Malaise et Austro-Malaise) sont définies par la ligne de Wallace modifiée par Huxley (limite des complexes fauniques de l'Asie), la ligne de Weber (équilibre de la faune) et, plus à l'est, la ligne de Lydekker (limite de la faune australienne).

La Wallacea comprend les îles situées entre les lignes de Wallace-Huxley et de Lydekker, ainsi donc celles qui sont effectivement à cheval sur les plaques océano-continentales eurasienne et australienne. Les deux lignes correspondent de part et d'autre à la bordure du plateau continental (Sunda et Sahul) selon le tracé de la ligne des 200 m de profondeur.

Cette frontière existe pour les espèces terrestres, mais aussi pour les espèces marines.

Cette carte montre l'étendue probable des terres émergées en Australie vers le XVIIIe millénaire av. J.‑C. (le niveau de la mer était alors plus bas de 150 m), ainsi que la localisation des glaciers (en blanc, Tasmanie, sud-est de l'Australie).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Russel Wallace, "On the zoological geography of the Malay Archipelago", Journal of the Proceedings of the Linnean Society : Zoology Vol.IV, Longman, Brown, Green, Longmans & Roberts, and Williams and Norgate, London, 1860, p.172-184.
  2. Alfred Russel Wallace, "On the physical geography of the Malay Archipelago", Journal of the Royal Geographical Society, Vol.33, 1863, p.217-234.
  3. Thomas Henry Huxley, "On the classification and distribution of the Alectoromorphae and Heteromorphae", Proceedings of the Zoological Society of London, 1868, p.294–319.
  4. "La ligne de Wallace", Ornithomedia.com, 19 février 2009.
  5. Salomon Müller, "Über den Charakter der Thierwelt auf den Inseln des indischen Archipels, ein Beitrag zur zoologischen Geographie", Archiv fur Naturgeschichte, Vol.12, 1846, p.109-128.
  6. Andrew Murray, The Geographical Distribution of Mammals, Day & Son, London, 1866, 420 p.
  7. Richard Lydekker, A Geographical History of Mammals, Cambridge University Press, Cambridge, U.K., 1896, 400 p.
  8. William Lutley Sclater & Philip Lutley Sclater, The Geography of Mammals, Kegan Paul, Trench, Trübner & Co, London, 1899, 335 p.
  9. Max Carl Wilhelm Weber, Der Indo-Australische Archipel und die Geschichte seiner Tierwelt, Gustav Fischer, Jena, 1902, 46 p.
  10. Paul Pelseneer, "La « Ligne de Weber », limite zoologique de l'Asie et de l'Australie", Bulletin de l'Académie royale de Belgique (Classe des sciences), N°9-10, 1904, p.1001-1023.
  11. a et b Roy E. Dickerson, Elmer D. Merrill, Richard C. McGregor, W. Schultze, Edward H. Taylor & Albert W.T. Herre, "Distribution of life in the Philippines", Monographs of the Bureau of Science, No.21, Bureau of Printing, Manila, 1928, 322 p.
  12. a et b Ernst Mayr, "Wallace's Line in the light of recent zoogeographic studies", Quarterly Review of Biology, Vol.19, No.1, March, 1944, p.1-14.
  13. George Gaylord Simpson, "Too many lines ; The limits of the Oriental and Australian zoogeographic regions", Proceedings of the American Philosophical Society, Vol.121, No.2, April 29, 1977, p.107-120.

Articles connexes[modifier | modifier le code]