Pavillon Güell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Finca Güell)
Aller à : navigation, rechercher
Finca Güell
Finca Guell 1.jpg

Portail d'entrée de la Finca Güell

Présentation
Style
Architecte
Date de construction
1884 - 1887
Propriétaire
Eusebi Güell
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Communauté autonome
Province
Commune d'Espagne
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Barcelone
voir sur la carte de Barcelone
Red pog.svg

Le Pavillon Güell est une série de bâtiments et de jardins construits par Antoni Gaudí, dans le quartier barcelonais de Pedralbes, comme maison de campagne pour la famille de l'industriel Eusebi Güell.

Description[modifier | modifier le code]

Sur un site et des propriétés qu'il avait acquis dans la municipalité Les Corts de Sarrià, aujourd'hui quartier universitaire de Barcelone dans Pedralbes, Güell commande à Gaudí en 1884 un projet d'aménagement. Le mur, le portail d'accès et les écuries avaient été réalisés quelques années auparavant par l'achitecte Joan Martorell.

La conciergerie de la propriété et divers aménagements sont construits entre 1884 et 1887. Un pavillon, un mirador et un manège à chevaux sont détruits en 1919 quand la propriété est cédée à la Couronne espagnole.

Le portail avec sa grille de fer symbolisent le dragon Ladon, gardien du jardin des Hespérides. Gaudí s'inspire du poème épique l'Atlàntida (1877) du poète catalan Jacint Verdaguer et parsème la propriétés de symboles relatifs au jardin des Hespérides.

Le portail d'un seul battant, prévu pour les voitures, est soutenu par un pilier de 10 mètres couronné par un oranger en pierre et en métal évoquant la mission d'Héraclès de s'emparer des fruits en or du jardin. Les fruits au sommet du pilier sont disposés selon la figure des étoiles de la constellation du Dragon, née de la punition du dragon Ladon qui n'avait pas réussi à défendre le jardin.

Pour la grille, Gaudí recourt à un ensemble de techniques : forgeage industriel, fonte coulée au sable, estampage et matriçage à froid et à chaud, le tout soudé grâce l'invention nouvelle de l'électricité.

Le pavillon de l'entrée se divise en deux parties. Une nef allongée servait d'écurie et une salle rectangulaire, surmontée d'une lanterne pour apporter la lumière, pour le dressage des chevaux. La toiture repose sur une série de voûtes en berceau. Les portes sont encadrées par des arcs paraboliques en briques.

Photos[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]