Ferdinand Christian Baur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baur.
Ferdinand Christian Baur.

Ferdinand Christian Baur (né le 21 juin 1792 à Schmiden, près de Fellbach, dans le Bade-Wurtemberg et mort le 2 décembre 1860 à Tübingen) était un théologien protestant allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ferdinand Christian Baur a fondé l'école de Tübingen, abordant de manière radicalement nouvelle l'étude du Nouveau Testament.

Il a publié un grand nombre d'ouvrages de critique religieuse presque aussi hardis que ceux de David Friedrich Strauss, son disciple :

  • Gnose chrétienne, 1835 ;
  • Saint-Paul, sa vie et ses doctrines, 1845 ;
  • Recherches critiques sur les Evangiles canoniques, 1847 ;
  • Le Christianisme jusqu'au VIe siècle, 1835 et suivants.

On lui attribue en général l'invention du néologisme judéo-christianisme dans son fameux article Die Christuspartei in der Korinthischen Gemeinde, der Gegensatz des petrinischen und paulinichen Christenthums in des ältesten Kirche, der Apostel Paulus in Rom publié en 1831[1],[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Ferdinand Christian Baur » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ferdinand Christian Baur, Die Christuspartei in der Korinthischen Gemeinde, der Gegensatz des petrinischen und paulinichen Christenthums in des ältesten Kirche, der Apostel Paulus in Rom, dans Tübinger Zeitschrift für Theologie 4 (1831), pp. 61-206.
  2. Simon Claude Mimouni, Les chrétiens d'origine juive dans l'Antiquité, Éd. Albin Michel, Paris, 2004,p. 30.