Sébastien Castellion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sébastien Castellion

Sébastien Châteillon, latinisé en Castalio, devenu Castellio puis Sébastien Castellion, né en 1515 à Saint-Martin-du-Fresne, en Bugey, anciennement du Royaume de Savoie, de l'actuel département de l'Ain et mort le 29 décembre 1563 à Bâle, est un humaniste, bibliste et théologien protestant français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est possible que sa famille soit d’origine vaudoise. Les disciples de Valdès de Lyon s’étaient réfugiés au XIIIe siècle dans cette région du Bugey.

En 1535, Castellion fait ses études au collège de la Trinité à Lyon, ou il acquiert les outils intellectuels de l’humanisme. À cette époque, il découvre l’Institution Chrétienne de Jean Calvin et adhère aux idées de la Réforme.

En 1540, on le retrouve à Strasbourg, ou il loge quelque temps chez Calvin provisoirement banni de Genève. À son retour dans la cité lémanique, Calvin fait appel à Castellion pour diriger le Collège de Rive, qui vient d’être créé. Castellion se distingue par ses innovations pédagogiques - on lui doit des Dialogues Sacrés qui feront le tour de l’Europe. Vers 1544 se font jour des divergences théologiques qui empêcheront Castellion d’accéder au ministère pastoral.

Elles portent sur des points en apparence mineurs (statut canonique du Cantique des Cantiques, interprétation du Symbole des Apôtres) - qui posent en réalité le problème du droit à l’opinion personnelle en matière de foi dans le nouveau régime de l’Église.

Castellion choisit de quitter Genève pour Bâle ou, après avoir travaillé comme prote chez un imprimeur, il deviendra professeur de grec à l’université.

Le 27 octobre 1553 Michel Servet est jugé et brûlé à Genève pour hérésie antitrinitaire. Ce drame va consommer la rupture avec Calvin. L’année suivante paraît un ouvrage d’un certain Martin Bellie (qui n’est autre que Castellion), le Traité des Hérétiques. C’est le début d’une longue polémique sur la tolérance qui va très vite s’envenimer.

« Tuer un homme ce n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme. Quand les Genevois ont fait périr Servet, ils ne défendaient pas une doctrine, ils tuaient un être humain : on ne prouve pas sa foi en brûlant un homme mais en se faisant brûler pour elle » écrit-il.

En 1560 s’allume la première des huit vagues successives de guerre religieuse en France. Castellion publie un petit ouvrage, Conseil à la France désolée qui, avec trente ans d’avance, annonce la solution politique de l’Édit de Nantes, à savoir deux religions pour un royaume. Il meurt en 1563 à Bâle dans l’indifférence générale ; seul Montaigne lui rendra hommage dans ses Essais.

Son inlassable dénonciation du fanatisme au nom de la liberté de conscience situe Castellion à l’aile gauche de la Réforme. Il ouvre la voie à Pierre Bayle (1647-1706) qui lui consacre une longue notice dans son Dictionnaire historique et critique, à Rabaut Saint-Étienne (1743-1793) qui introduit la liberté de conscience dans la Déclaration des Droits de l’Homme et à Ferdinand Buisson (1841-1932) l’un des pères de la laïcité à la française. Mais son influence est également sensible aux Pays-Bas, chez les Remontrants du XVIIe siècle, et surtout dans le monde anglophone, via Locke et Milton, où la notion fondamentale de liberté religieuse lui doit beaucoup.

Sébastien Castellion est également connu pour ses travaux bibliques qui font de lui l’un des fondateurs de la critique moderne. Sa Bible latine parue en 1551 restera une référence dans le monde savant jusqu’au XIXe siècle et sa traduction française (1555) vient d’être rééditée pour la première fois en 2005.

Dans le domaine philosophique, il fut un précurseur des grands rationalistes classiques, tels que Spinoza et Descartes.

La loge maçonnique, rite écossais, de Bourg-en-Bresse porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Jonas propheta, heroico carmine latino descriptus, Basileae, ex officina J. Oporini, 1545
  • Mosis institutio Reipublicae graecolatina, ex Josepho in gratiam puerorum decerpta, ad discendam non solum graecam verum etiam latinam linguam, Basileae, 1546
  • Dialogorum sacrorum ad linguam simul et mores puerorum formandos libri quatuor, Coloniae, J. Aquensis, 1551
  • De Haereticis, an sint persequendi et omnino quomodo sit cum eis agendum, doctorum virorum tum veterum, tum recentiorum sententiae, Magdeburgi (i.e. Basilae), per G. Rausch (i. e. Oporinus), 1554
  • La Bible nouvellement translatée, avec la suite de l'histoire depuis le tems d'Esdras jusqu'aux Maccabées : e [sic] depuis les Maccabées jusqu'à Christ. Item avec des annotacions sur les passages difficiles. A Bale, pour Jehan Hervage, l'an M.D.LV
  • Conseil à la France désolée, auquel est monstré la cause de la guerre présente et le remède qui y pourroit estre mis, et principalement est avisé si on doit forcer les consciences, (s. l.), 1562
  • Contra libellum Calvini in quo ostendere conatur haereticos jure gladii coercendos esse, A. Domini, 1612, [1]
  • De arte dubitandi et confitendi, ignorandi et sciendi, Reale Academia d'Italia (studi e documenti VII 1937, p. 277-430)

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

  • La Genèse (1555), édité, introduit et annoté par Jacques Chaurand, Nicole Geunier, Carine Skupien Dekens, avec la collaboration de Max Engammare, Coll. Textes littéraires français, 553, Genève, Librairie Droz, 2003, 323p.
  • Les livres de Salomon : Proverbes, Ecclésiaste, Cantique des cantiques (1555), édités, introduits et annotés par Nicole Geunier et Max Engammare, Coll. Textes littéraires français, 595, Genève, Librairie Droz, 2008, 334p.
  • La Bible, nouvellement translatée par Sébastien Castellion (1555), préface Pierre Gibert et Jacques Roubaud, notes et commentaires Marie-Christine Gomez-Géraud, Bayard, 2005 (ISBN 2-227-47544-7)
  • Dialogues sacrés. Premier livre, édition critique par David Amherdt et Yves Giraud, Genève, Droz, 2004 (ISBN 2-600-00930-2)
  • Contre le libelle de Calvin après la mort de Michel Servet, traduit du latin, annoté et présenté par Étienne Barilier, Genève, Zoé, 1998 (ISBN 2-88182-329-7)
  • De l’Art de Douter et de Croire, d’Ignorer et de Savoir, préfacé par le pasteur Philippe Vassaux, Éditions La Cause, 1996 (ISBN 2-87657-017-3)
  • De l'impunité des hérétiques, texte latin inédit publié par Bruno Becker, texte français inédit publié par M. Valkhoff, Genève, Droz, 1971
  • Conseil à la France désolée, préface et notes explicatives par Marius F. Valkhoff, Genève, Droz, 1967

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]