Enoch Powell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enoch Powell (1912–1998)

Enoch Powell (Birmingham, Londres ), est un homme politique et écrivain anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enoch Powell a étudié le latin et le grec au Trinity College de Cambridge où il fut particulièrement remarqué et à la School of Oriental and African Studies (SOAS) de l'Université de Londres où il apprend l'ourdou. Il est connu pour ses prises de positions contre l'immigration, qu'il développa dans son célèbre discours de 1968 Rivers of blood (« Discours des fleuves de sang »). Il fut député anglais de 1950 à 1987, d'abord à Wolverhampton sous les couleurs du Parti Conservateur jusqu'en février 1974, puis à South Down (Irlande du Nord) sous celles du Parti unioniste d'Ulster (Ulster Unionist) à partir d'octobre 1974[1].

Mais son célèbre discours le , avertissant le peuple des conséquences selon lui de l'immigration en provenance du Nouveau Commonwealth, marque la fin de sa carrière politique. Pendant plus de vingt ans Powell sera traité comme un isolé parlementaire et se voit refuser la parole dans de nombreuses régions du pays. Pourtant, il a été une figure très populaire et a exploité le sentiment populaire général ; ce powellisme aura de nombreux partisans. Son discours traitait des grandes questions des relations entre l'individu et l'État, les tensions entre la souveraineté de l'État, l'identité nationale et la Communauté économique européenne. Pourtant, ayant fait sa réputation comme défenseur de la libre économie de marché, après 1968, il a été longtemps identifié à la question raciale. Il s'est opposé à la peine capitale et a été méfiant à l'égard des États-Unis. Il estimait que la Grande-Bretagne avait renoncé à avoir un rôle important dans le monde.

Lorsqu'il prononca son discours d'avril 1968, un élan populaire massif lui apporta son soutien. En réaction, un mouvement anti-raciste se manifesta avec une égale ardeur. En février 1974, Powell ayant décidé de ne pas se présenter lors des élections générales pour protester contre la raison invoquée par le Premier ministre Edward Heath pour les déclencher, il perdit son siège à la Chambre des communes alors que c'était là une condition nécessaire pour diriger le Parti conservateur ; ayant de plus rejoint un autre parti (le Parti unioniste d'Ulster) en octobre 1974, il ne pouvait être dans la course pour l'élection du chef du Parti conservateur de 1975 (en). La brillante carrière de Powell ne se faisait dès lors plus au premier plan, mais Margaret Thatcher, qui accéda à la tête du parti lors de ladite élection, porta ensuite plusieurs de ses idées et principes (en), notamment le souverainisme et le libéralisme économique.

Il mourut en hôpital dans la Cité de Westminster en 1998, et il est resté dans la mémoire des Britanniques.

Enoch Powell fut membre de la Société du Mont-Pèlerin.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]