Effet Barnum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
En 1892 en Chine, ce diseur de bonne aventure (« Fortune teller ») tient son commerce sur une rue.

L'effet Barnum, « effet Forer », « effet puits », « effet de validation subjective » ou « effet de validation personnelle », désigne un biais subjectif induisant toute personne à accepter une vague description de la personnalité comme s'appliquant spécifiquement à elle-même[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1948, le psychologue Bertram Forer soumet ses étudiants à un test de personnalité. Comme analyse personnalisée, il n'utilise pas les résultats du test, mais remet à chacun la même description construite à partir d'un recueil d'horoscopes[2] :

« Vous avez besoin d'être aimé et admiré, et pourtant vous êtes critique avec vous-même. Vous avez certes des points faibles dans votre personnalité, mais vous savez généralement les compenser. Vous avez un potentiel considérable que vous n'avez pas encore utilisé à votre avantage. À l'extérieur vous êtes discipliné et vous savez vous contrôler, mais à l'intérieur vous tendez à être préoccupé et pas très sûr de vous-même. Parfois vous vous demandez sérieusement si vous avez pris la bonne décision ou fait ce qu'il fallait. Vous préférez une certaine dose de changement et de variété, et devenez insatisfait si on vous entoure de restrictions et de limitations. Vous vous flattez d'être un esprit indépendant ; et vous n'acceptez l'opinion d'autrui que dûment démontrée. Vous avez trouvé qu'il était maladroit de se révéler trop facilement aux autres. Par moment vous êtes très extraverti, bavard et sociable, tandis qu'à d'autres moments vous êtes introverti, circonspect et réservé. Certaines de vos aspirations tendent à être assez irréalistes[2]. »

Il demande ensuite à chaque étudiant de noter la pertinence de l'évaluation de sa personnalité sur une échelle de 0 (médiocre) à 5 (excellent). La moyenne a été de 4,26. Reconduite, l'expérience donne des résultats similaires[2].

Les psychologues Dickson et Kelly poursuivent ensuite les recherches sur cet effet, faisant notamment ressortir que l'évaluation de la pertinence augmente selon différents facteurs, notamment[3] :

  • la persuasion du sujet que l'analyse s'appliquait à lui seul
  • la reconnaissance par le sujet d'une autorité de l'évaluateur
  • la présence dans l'analyse de traits majoritairement positifs

Henri Broch, qui le nomme « effet puits », le pratique sur ses étudiants en utilisant le texte suivant :

« Vous avez besoin que les autres personnes vous aiment et vous admirent mais vous êtes tout de même apte à être critique envers vous même. Bien que vous ayez quelques faiblesses de caractère, vous êtes généralement capable de les compenser. Vous possédez de considérables capacités non employées que vous n'avez pas utilisées à votre avantage. Quelques-unes de vos aspirations ont tendance à être assez irréalistes. Discipliné et faisant preuve de self-control extérieurement, vous avez tendance à être soucieux et incertain intérieurement. Quelquefois vous avez même de sérieux doutes quant à savoir si vous avez pris la bonne décision. Vous préférez un petit peu de changement et de variété et êtes insatisfait lorsque vous êtes bloqué par des restrictions ou des limitations. Parfois vous êtes extraverti, affable et sociable alors que d'autres fois vous êtes introverti, prudent et réservé. Vous êtes également fier de vous-même en tant que penseur indépendant et n'acceptez pas les déclarations des autres sans preuve satisfaisante. Vous trouvez imprudent d'être trop franc en vous révélant vous-même aux autres. »

La détection d'un tel effet (et d'autres semblables) est pour lui une des armes majeures de la zététique, qui combat les pseudo-sciences.

L'« effet Barnum » est une expression attribuée au psychologue Paul Meehl en référence aux talents de manipulateur de l'homme de cirque Phineas Taylor Barnum.

Applications[modifier | modifier le code]

L'effet Barnum peut s'appliquer notamment dans le cadre :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bertram R. Forer, « The fallacy of personal validation: A classroom demonstration of gullibility », Journal of Abnormal and Social Psychology, vol. 44,‎ 1949, p. 118-123
  • (en) R. E. Ulrich, T. J. Stachnik et S. R. Stainton, « Student acceptance of generalized personality interpretations », Psychological Reports, vol. 13,‎ 1963, p. 831-834
  • (en) D. H. Dickson et I. W. Kelly, « The 'Barnum Effect' in Personality Assessment: A Review of the Literature », Psychological Reports, vol. 57,‎ 1985, p. 367-382
  • [PDF] Serge Ciccotti, « L’Effet Barnum », Revue électronique de psychologie sociale, no 2,‎ 2008, p. 27-31 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]