Dragon Ball Z : Baddack contre Freezer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dragon Ball Z
Baddack contre Freezer

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Dragon Ball Z

ドラゴンボールゼット たったひとりの最終決戦~フリーザに挑んだZ戦士 孫悟空の父~
(Doragon Bōru Zetto Tatta Hitori no Saishū Kessen~Furīza ni Idonda Zetto Senshi Son Gokū no Chichi~)
Type Shōnen
Genre Aventure, fantastique
Thèmes Arts martiaux, science-fiction
Film d'animation japonais
Réalisateur
Scénariste
Studio d’animation Tōei animation
Durée 41 minutes
Sortie
Liste des TV special
Précédent Suivant
Aucun L’Histoire de Trunks

Dragon Ball Z : Baddack contre Freezer (ドラゴンボールゼット たったひとりの最終決戦~フリーザに挑んだZ戦士 孫悟空の父~, Doragon Bōru Zetto Tatta Hitori no Saishū Kessen~Furīza ni Idonda Zetto Senshi Son Gokū no Chichi~?, litt. Dragon Ball Z : Une ultime bataille en solitaire : le père du guerrier-Z Son Gokû qui défia Freezer), ou anciennement Dragon Ball Z : Le Père de Sangoku puis Dragon Ball Z : Le Père de Songoku, est un téléfilm d'animation japonais réalisé par Mitsuo Ashimoto, diffusé sur Fuji Television en 1990.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sur la planète Vegeta, un guerrier de classe inférieure, Baddack, est un exemple. Ses missions sont toutes couronnées de succès. De plus, il a récemment eu un garçon. Mais il n'éprouve aucun amour pour lui car sa force de combat est seulement de 2 unités, ce qui est très faible, même pour un nourrisson, chez les Saiyans. Cet enfant porte le nom de Kakarotto. Un jour, alors qu'il se reposait après avoir attaqué la planète Kanassa avec son équipe, il est frappé à la nuque par un survivant. Il lui annonce que le but n'était pas de le tuer mais de lui jeter un sort, la préconnaissance. Baddack est alors assailli de visions de la planète explosant, Freezer jouissant de sa victoire et celle d'un jeune garçon ressemblant à son fils. Il voit l'avenir de son enfant Kakarotto, Son Goku, jusqu'à sa rencontre avec le tyran Freezer. Suite à la mort de ses compagnons, Baddack décide donc de l'affronter au cours d'un ultime face à face, au péril de sa vie, pour changer le destin de la planète Vegeta, son propre destin, ainsi que celui de son deuxième fils (le premier étant l'aîné, Raditz), [Kakarotto, en route pour la Terre, le lieu de tous ses exploits. Baddack, avant de mourir, vit comme dernière vision du futur son fils devenu adulte affronter Freezer. Il mourut en souriant sachant que son fils vengera son peuple.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : ドラゴンボールゼット たったひとりの最終決戦~フリーザに挑んだZ戦士 孫悟空の父~ (Doragon Bōru Zetto Tatta Hitori no Saishū Kessen~Furīza ni Idonda Zetto Senshi Son Gokū no Chichi~)
  • Titre français : Dragon Ball Z : Baddack contre Freezer
  • Titres français alternatifs : Dragon Ball Z : Le Père de Sangoku puis Dragon Ball Z : Le Père de Songoku
  • Réalisation : Mitsuo Ashimoto
  • Scénario : adapté du manga Dragon Ball d’Akira Toriyama
  • Société de production : Drapeau : Japon Tōei animation
  • Pays d'origine : Drapeau du Japon Japon
  • Format : Couleurs
  • Genre : Aventure, fantastique
  • Durée : 41 minutes
  • Date de sortie

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Ce téléfilm s'intègre parfaitement bien dans la saga. Il faut le placer juste avant Dragon Ball.

Pour une fois, ce n'est pas le manga qui a inspiré l'anime mais l'inverse : le téléfilm a été réalisé avant que Baddack ne fasse une apparition dans le manga. Akira Toriyama a tellement apprécié le personnage de Baddack et son histoire qu'il a décidé de lui offrir une courte apparition dans le manga, au cours de deux cases dans lesquels Freezer se souvient de lui en voyant Son Goku.

Deux pistes exclusives peuvent être entendues :

  1. Solid State Scouter (ソリッドステート・スカウター, Soriddo sutēto sukautā?), musique utilisée à deux reprises lorsque Baddack passe à l'action (la version française de cette musique diffère de la version japonaise) ;
  2. Hikari no tabi (光の旅, Hikari no tabi?, Un voyage empli de lumière), la bande originale de ce téléfilm, qui peut être entendue durant le générique de fin (piste diffusée en version instrumentale en France dans les éditions incluant le générique de fin original).

À l'époque, le nom de Son Goku était encore erroné. De nos jours, les titres précédents auraient été Le Père de Son Goku.

Pour info, contrairement à une idée répandue, Thalès n'est pas le frère de Son Goku, malgré leur ressemblance et les erreurs de traduction de la version française : le combat est fratricide parce qu'ils appartiennent tous deux au peuple des Saiyans, mais ils ne sont pas frères pour autant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]