Donald Davies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Donald Watts Davies

Naissance 7 juin 1924
Treorchy (en) (Pays de Galles)
Décès 28 mai 2000 (à 75 ans)
Nationalité Drapeau de Grande-Bretagne Britannique
Champs Informatique
Institutions National Physical Laboratory
Diplôme Imperial College London
Renommé pour Commutation de paquets

Donald Watts Davies, (7 juin 1924 - 28 mai 2000) était un informaticien, un physicien et un mathématicien gallois qui a co-inventé avec Paul Baran la commutation de paquets[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Davies est né à Treorchy (en) dans la vallée du Rhondda (en), Pays de Galles.

Il a reçu un BSc en physique en 1943 au Imperial College London et a participé à l'effort de guerre en travaillant au projet Tube Alloys, projet d'arme nucléaire britannique, à l'Université de Birmingham[2].

Par la suite, il est retourné au Imperial College London où il a obtenu un diplôme en mathématiques en 1947. Il a reçu le Lubbock memorial Prize en tant que mathématicien remarquable de 1947.

À partir de 1947, il a travaillé au National Physical Laboratory (NPL) où Alan Turing concevait le Automatic Computing Engine (ACE), un ordinateur. Selon son programme initial, ACE était trop ambitieux, ce qui incita Turing à quitter[2]. Davies a pris en main le projet et se concentra sur la livraison d'un ordinateur moins ambitieux, le Pilot ACE (en), qui fonctionna à partir de mai 1950. Une version commerciale, DEUCE (en), fut fabriquée par English Electric Computers et devint l'un des ordinateurs les plus vendus des années 1950[2].

Davies a travaillé pour un moment sur un simulateur de trafic et sur un logiciel de traduction automatique. Au début des années 1960, il a travaillé à un programme britannique destiné à favoriser la croissance de l'industrie informatique britannique.

En 1966, il est retourné au NPL à Teddington, près de Londres, où il a mené et transformé ses activités de développement logiciel. Il s'intéressait aux moyens de transmettre les données suite à une visite au Massachusetts Institute of Technology, où il avait remarqué un problème dans les ordinateurs à temps partagé, celui de maintenir ouverte une liaison téléphonique pour chaque interlocuteur[2]. Il a fait une première présentation du concept de commutation de paquets lors d'une conférence à Édimbourg le 5 août 1968[3]

En 1970, Davies participa à un effort destiné à créer un packet switched network, réseau précurseur des réseaux à commutation de paquets, appelé Mark I et devant servir au NPL en G.-B. Il a été remplacé par Mark II en 1973, lequel resta en opération jusqu'en 1986, influençant d'autres recherches en G.-B. et en Europe[4]. Larry Roberts (en) du Advanced Research Projects Agencyaux États-Unis apprit l'existence du concept mis au point par Davies et l'intégra dans ARPANET, qui devint plus tard Internet[2].

Davies démissionna de son poste en 1979 dans le but de retourner à la recherche. Il s'est alors intéressé à la sécurité informatique.

Il s'est retiré du NPL en 1984, devenant consultant en sécurité informatique pour les banques[2].

Davies a été nommé Distinguished Fellow du British Computer Society (en) en 1975, commandeur de l'ordre de l'Empire britannique en 1983 et fellow de la Royal Society depuis 1987.

Il a été admis en 2012, à titre posthume, au temple de la renommée d'Internet, dans la catégorie des pionniers.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Donald Davies et D. Barber, Communication Networks for Computers, Wiley, 1973.
  • Donald Davies, W. Price, D. Barber et C. Solomonides, Computer Networks and Their Protocols, Wiley, 1979.
  • Donald Davies et W. Price, Security for Computer Networks, Wiley, 1984.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Personnel de rédaction, « The accelerator of the modern age », BBC News,‎ 5 août 2008 (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e et f (en) Martin Cambell-Kelly. Pioneer Profiles: Donald Davies. Computer Resurrection, 44, Autumn 2008. (ISSN 0958-7403)
  3. (en) Luke Collins, « Network pioneer remembered », Engineering & Technology, IET, 6 September 2008
  4. (en) [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]