Paul Baran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Baran, né le à Grodno, alors en Pologne, mort le (à 84 ans)[1] à Palo Alto, est un informaticien, un physicien et un mathématicien américain qui a co-inventé avec Donald Davies la communication sur réseau de données par paquets[2] en s'appuyant sur les recherches du Professeur Leonard Kleinrock, premier chercheur sur la transmission de données par paquets, travaillant à l'époque au MIT et ayant fourni son premier texte de thèse sur le sujet « Information Flow in Large Communication Nets ».

Fondateur d'entreprises multiples, Paul Baran a aussi activement participé à la création de portiques de sécurité, de réseau internet sans fil ou de technologies de diffusion de la télévision par internet[3].

Il a travaillé au sein de la RAND Corporation, think tank créé par le département de la défense des États-Unis[4]

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Baran est né en 1926 à Grodno, dans une famille juive polonaise qui migre aux États-Unis deux ans plus tard. En 1949, il obtient son diplôme d'ingénieur en électricité puis un diplôme d'ingénieur en informatique en 1959[5]. C'est en 1964 qu'il publie ses premiers résultats sur la communication de données par paquets, préfigurant les bases du réseau militaire ARPANET[6] ainsi que le principe de transmission par ADSL[7].

Il a reçu de nombreux prix et récompenses au cours de sa carrière[5]. En 2012, il est admis, à titre posthume, au temple de la renommée d'Internet, dans la catégorie des pionniers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « NY Times du 27 mars 2011 » (consulté le 15 avril 2011)
  2. (en) « Internet pioneer Paul Baran passes away », sur BBC,‎
  3. (en) ieeeghn.org
  4. (en) « Obituary: Paul Baran, RAND Researcher and Pioneer of the Internet », RAND Corporation,‎ (consulté le 23 novembre 2014)
  5. a et b (en) http://history-computer.com/Internet/Birth/Baran.html
  6. (en) http://www.wired.com/wired/archive/9.03/baran.html
  7. (fr) Le Parisien, « C'était le grand-père de l'Internet », 3 mars 2011.

Lien externe[modifier | modifier le code]