Defense of the Ancients

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dota (homonymie).
Defense of the Ancients
Développeur Eul (2003)
Steve Feak (2003-2005)
IceFrog (depuis 2005)

Licence Freeware
Version 6.79 (17 octobre 2013)
Genre MOBA, A-RTS
Mode de jeu Un joueur, multi-joueurs
Plate-forme Windows, Mac OS
Média Téléchargement
Langue Libanais, Anglais, chinois, russe, coréen, français, tchèque, portugais, hongrois, espagnol, allemand
Contrôle Clavier, souris

Defense of the Ancients (souvent abrégé en DotA) est une carte personnalisée pour le jeu vidéo de stratégie en temps réel Warcraft III: Reign of Chaos et son extension Warcraft III: The Frozen Throne inspirée de la carte Aeon Strife pour StarCraft et dans laquelle deux équipes réunissant plusieurs joueurs s’affrontent dans le but de détruire un bâtiment appelé « ancien » situé dans la base adverse. Chaque joueur contrôle un héros et est assisté par les héros de ses alliés et par des unités contrôlées par l’intelligence artificielle du jeu appelée « creep ». Comme dans Warcraft III ou dans un jeu de rôle, les héros acquièrent de l’expérience leur permettant de gagner des niveaux leur permettant de se renforcer et d’apprendre de nouvelles capacités. Ces héros peuvent également utiliser de l’or pour acheter de nouveaux équipements.

La première version de la carte fut développée en utilisant l’éditeur de cartes de Warcraft III: Reign of Chaos et a été publiée en 2003 par Paul Citrus connu sous le pseudonyme de "Eul". Plusieurs variations de la carte originale furent ensuite développées notamment après la mise à disposition par Blizzard Entertainment de l’éditeur de carte de Warcraft III: The Frozen Throne. La version la plus célèbre appelée DotA Allstars développée par Steve "Guinsoo" Feak puis par "IceFrog" à partir de 2005 est celle aujourd’hui connue sous le nom de Defense of the Ancients qui fait l’objet de cet article.

En 2009, plus de 15 millions de joueurs avaient essayé DotA. La carte a également été à l’affiche d’importants tournois internationaux incluant la BlizzCon organisée par Blizzard Entertainment, les World Cyber Games asiatiques et l’Electronic Sports World Cup. Le site Gamasutra a désigné DotA comme étant peut-être le plus populaire des « mods gratuits et non financés » dans le monde. DotA a permis la création de nombreux jeux qui se sont largement inspiré de ses principes fondamentaux (DotA 2 n'étant même qu'une refonte graphique du jeu) comme League of Legends, Heroes of Newerth ou encore 'Heroes of the Storm qui est actuellement en développement.

Le 9 juillet 2013, après 2 ans de bêta, Dota 2 sort officiellement, affichant en septembre 2014 plus de 9 millions de joueurs mensuel. Le jeu s'est notamment fait une réputation dans le monde de l'e-sport grâce à l'organisation d'un tournoi mondial et annuel (depuis 2010) appelée The International et qui offre à l'équipe victorieuse plus de 1 million de dollars (1,4 millions pour The International 2013), somme qui est amené à augmenter[1]

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Principe[modifier | modifier le code]

Dans Defense of the Ancients, deux équipes – les sentinelles et le fléau – s’affrontent dans le but de détruire un bâtiment appelé « ancien » situé dans la base adverse. Le camp des sentinelles est basé au sud-ouest de la carte alors que celui du fléau est situé au nord-est. Les anciens de chaque camp sont défendus par des tours et par des unités – appelées « creeps » – qui gardent les routes reliant les bases des deux équipes. La victoire est obtenue lorsqu’une des équipes parvient à détruire l’ancien de l’équipe adverse[2],[3]. Chaque joueur contrôle un héros qu'il peut choisir au début de la partie parmi les 104 héros disponibles dans le jeu[4]. Comme dans Warcraft III ou dans un jeu de rôle, les héros acquièrent de l’expérience leur permettant de gagner des niveaux leur permettant de se renforcer et d’apprendre de nouvelles capacités. Ces héros peuvent également utiliser de l’or - qu'ils gagnent en tuant des creeps, des bâtiments ou des héros adverses - pour acheter de nouveaux équipements[5],[6].

La carte, unique.

Héros[modifier | modifier le code]

Chaque héros possède des capacités particulières qu'il peut acquérir et améliorer à chaque fois qu'il gagne un niveau. Bien que quelques fois semblables ou inspirés du jeu original, les héros ne sont pas les mêmes que dans Warcraft III ni dans son extension The Frozen Throne : ils ont tous été personnalisés et adaptés pour DotA.

Un héros possède trois caractéristiques, dont l’une est dite « principale » car elle augmente directement ses dommages physiques (+1 aux dégâts par point) :

  • La force (Strength) : permet d’augmenter la vie (19 PV par point) ainsi que la régénération passive de la vie.
  • L’agilité (Agility) : permet d’augmenter l’armure (+1 armure pour 7 points) et la vitesse d’attaque (+1 % par point).
  • L’intelligence (Intelligence) : permet d’augmenter le mana du héros (13 PM par point) ainsi que la régénération passive du mana.

Les héros peuvent franchir 25 niveaux. Ils disposent de 3 sorts de base comportant 4 niveaux de développement, d’un sort ultime (ultimate) comportant 3 niveaux et d’une option 'statistiques' (sur 10 niveaux) permettant d’augmenter de deux unités chacune des trois caractéristiques des héros. Le franchissement d’un niveau permet d’augmenter d’un point une caractéristique (sort, ultime ou statistiques) jusqu'à son maximum.

Chaque héros dispose de capacités et de sortilèges qui lui sont propres. C’est au joueur de définir et de trouver la stratégie la mieux adaptée pour son héros et son style de jeu. Par exemple, il est parfois intéressant de monter les statistiques et une capacité plutôt que deux capacités. Ainsi cela permet d’améliorer les chances de survie en début et milieu de partie, sans toutefois trop perdre en potentiel offensif.

Lorsqu'un héros meurt, il ressuscite dans sa base au bout d'un temps proportionnel à son niveau (de quelques secondes en début de partie à plusieurs minutes à la fin).

Objets[modifier | modifier le code]

Chaque héros possède un inventaire qui lui permet de garder sur lui jusqu'à six objets. Ceux-ci permettent d’augmenter les caractéristiques, capacités et pouvoirs des héros. Ils peuvent être achetés en divers points sur la carte. Certains objets peuvent être assemblés ensemble au moyen d’une formule (recipe) pour donner un objet plus puissant n’occupant qu’un espace.

Il existe des runes, trouvables en deux endroits de la rivière, qui confèrent, lors qu’elles sont capturées par un héros, des avantages pour une durée limitée. Elles apparaissent toutes les minutes paires (deuxième, quatrième, sixième minute, etc.), si une rune n’est pas déjà présente sur la carte. La position d’une nouvelle rune apparaissant aléatoirement entre les deux emplacements prévus. Les différents types de runes sont :

  • Hâte (Haste) : le héros voit sa vitesse atteindre la valeur maximale (522 unités de distance par seconde) et se déplace en conséquence de façon très rapide.
  • Double Dommage (Double Damage) : les dégâts physiques infligés par le héros sont doublés. On utilise l’abréviation DD lorsqu’on parle de cette rune.
  • Illusion : deux images (deux doubles) du héros apparaissent temporairement. Elles infligent moins de dégâts et en reçoivent plus que l’original, mais permettent de semer la confusion.
  • Invisibilité (Invisibility) : rend le héros invisible aux adversaires (l’effet s’arrête si le héros attaque ou utilise un pouvoir).
  • Régénération (Regeneration) : soigne et rend le mana du héros très rapidement (l’effet s’arrête si le héros est attaqué).

Consommables :

  • Clarity Potion : Régénère 100 points de mana en 30 secondes quand elle est utilisée. S'enlève lorsque l'on est attaqué.
  • Healing Salve : Soigne 400HP en 10 secondes sur une unité alliée. 1 charge. S'enlève lorsque l'on est attaqué.
  • Ancient Tango of Essifation : Permet au porteur de consommer un arbre, ce qui restaure 115 points de vie en 16 secondes. 3 charges.
  • Empty Bottle : Elle permet de stocker l'eau pour la guérison allant jusqu'à 3 utilisations, chaque utilisation fait gagner 135 points de vie et 70 points de mana en 3 secondes. Alternativement, elle peut être utilisée pour capturer les runes magiques pour un maximum de 2 minutes. Si une rune est capturée, elle se recharge.
  • Observer Wards : Crée un Observer Ward pour épier une zone. N'a pas la capacité True Sight. Dure 6 minutes. Contient 2 charges.
  • Sentry Wards : Crée une Sentry Ward avec la capacité True Sight, révélant les unités invisibles à proximité. N'a pas de portée. Dure 3 minutes. Contient 2 charges.
  • Dust of Appearance : Révèle les unités ennemies invisibles dans une zone autour du héros et réduit leur vitesse de déplacement. Ne se cumule pas dans l'inventaire. Contient 2 charges. Dure 12 secondes.
  • Animal Courier : Crée une petite et rapide unité qui peut transporter des objets de et vers la base.
  • Scroll of Town Portal : Vous transporte à une structure alliée.

Modes de jeu possibles DotA Allstars[modifier | modifier le code]

Lors du lancement de la partie, le 1er joueur, soit la couleur bleue, décide d’un mode particulier pour toute la durée du jeu. Pour ce faire, il disposera d’un certain temps (15 secondes) pour taper dans la boîte de dialogue le caractère - suivi de l’abréviation du mode de jeu voulu. Il est aussi possible de combiner plusieurs de ces modes afin de diversifier la partie.

  • Classic (aussi appelé Pick ou normal Pick) : Si, après un certain laps de temps, aucun mode de jeu particulier n’a été décidé, la partie a lieu en mode classique où les joueurs ne peuvent choisir un héros que parmi ceux disponibles pour chaque camp.
  • All Pick (ap) : Tous les joueurs peuvent choisir n’importe quel héros au coût de 250 pièces d’or (gold), l’équipe respective n’affectant en rien les choix. Les joueurs ont aussi l’option de recevoir un héros aléatoirement s’ils tapent -random dans la boîte de dialogue.
  • All Random (ar) : Tous les joueurs reçoivent un héros au hasard. Ils peuvent toutefois taper -repick dans la boîte de dialogue afin de changer aléatoirement et définitivement de héros au coût de 500 pièces d’or. Ils peuvent aussi taper -swap afin d’échanger leur héros avec un de leur coéquipier.
  • League Mode (lm) : Les équipes choisissent tour à tour leurs héros parmi ceux proposés par ce mode de la façon suivante : Équipe1 un héros, Équipe2 deux héros, Équipe1 deux héros, Équipe2 deux héros, Équipe1 deux héros et Équipe2 un héros. Les héros à choisir correspondent à ceux disponibles par le mode ap à l’exception des derniers héros considérés encore comme non équilibrés par Icefrog.
  • eXtended League (xl) : C’est une extension du mode lm. La différence consiste dans le fait que les équipes bannissent tour à tour un héros dans la limite de trois héros (six héros bannis en tout) puis choisissent leur héros en suivant le schéma du mode lm.
  • Team Random (tr) : Similaire à All Random, excepté que les joueurs sentinel auront des héros sentinel et que les joueurs Scourge auront des héros Scourge.
  • Mode Random (mr) : Ce mode permet de choisir aléatoirement un mode parmi Pick, All Pick, All Random ou Team Random.
  • Random Draft (rd) : Le jeu tire au hasard un pool de 20 héros et chaque équipe choisit à son tour un héros dans ce pool. Cela permet d’avoir des matchs assez équilibrés tout en introduisant de la variété.
  • Single Draft (sd) : Chaque joueur se voit proposer 3 héros différents par le jeu (1 agi, 1 str, 1 int). Par la suite, grâce à la commande -pick 1, -pick 2 ou -pick 3, chacun doit sélectionner un héros parmi ceux qui leur ont été proposés.
  • Vote Random (vr) : Trois propositions possibles d’équipe (héros aléatoires) sont tirées et proposées, un vote est fait par tous les joueurs pour déterminer quelle est la combinaison qui va être jouée.
  • Reverse Pick (rev) : Les joueurs choisissent les héros de leurs adversaires.
  • Death Match (dm) : Les joueurs reçoivent un héros aléatoirement à leur mort. La fonction -repick est désactivée et les équipes n’ont droit qu’à 40 héros. Ce chiffre dépassé, les joueurs morts ne reçoivent plus de héros et l’équipe n’ayant plus de héros disponibles perdra la partie.
  • Easy Mode (em) : Les tours et les monstres contrôlés par l’intelligence artificielle du jeu sont plus faibles que la normale. Les héros gagnent aussi de l’expérience et des pièces d’or plus rapidement.
  • Item Drop (id) : À la mort d’un héros, le programme choisit aléatoirement une des six cases d’inventaire du héros et fait tomber sur le sol l’objet s’y trouvant. S’il n’y a pas d’objet, rien ne tombe.
  • Super Creeps (sc) : Modificateur de jeu entrainant le spawn de super creeps dans chacun des camps. Les Super Creeps sont des unités contrôlées par l’ordinateur mais plus résistantes que les unités classiques.
  • Duplicate (du) : Permet à plusieurs joueurs d’avoir le même héros.
  • Same Hero (sh) : Le héros du 1er joueur est également donné à tous les autres joueurs présents dans la partie.
  • No Power Up (np) : Désactive les runes.
  • What the f***k (wtf) : Permet d’utiliser les sorts à volonté sans temps de rechargement (cooldown) et sans utiliser de point de magie (mana).
  • Mini hero (mh) : Rend tous les héros petits. Ce mode est seulement pour le plaisir, il n’apporte rien de plus au gameplay ou à la partie.
  • Only Middle (om) : Désactive la production de creeps externes et rend les tours externes invulnérables, ce qui permet de jouer en 1v1 ou en 2v2.
  • No Middle (nm) : Désactive la production de creeps de la voie du milieu et rend les tours du milieu invulnérables.
  • Only Top (ot) : Désactive la production de creeps partout ailleurs sauf ceux du haut et rend les autres tours invulnérables.
  • No Top (nt) : Désactive la production de creeps de la voie du haut et rend les tours du haut invulnérables.
  • Only Bottom (ob) : Désactive la production de creeps partout ailleurs sauf ceux du bas et rend les autres tours invulnérables.
  • No Bottom (nb) : Désactive la production de creeps de la voie du bas et rend les tours du bas invulnérables.

Aspects importants du jeu[modifier | modifier le code]

Last hit[modifier | modifier le code]

Le last hit est le fait pour un héros de porter le dernier coup à une unité et donc de tuer celle-ci. Lorsqu'un héros tue une unité ennemie, il gagne un bonus d'or. La maîtrise du last hit est donc un élément essentiel pour engranger de l'or plus vite que l'adversaire au cours de la partie.

Deny[modifier | modifier le code]

Le deny est le fait d’achever une unité ou un bâtiment allié ce qui d'une part empêche les héros ennemis de gagner de l'or en le faisant (ou réduit fortement le gain d'or dans le cas des tours), et d'autre part réduit l'expérience attribuée à ceux-ci.

Lane control[modifier | modifier le code]

C’est le fait d’associer les deux précédentes techniques pour harasser ou mener une guerre d’attrition sur les ressources de l’adversaire. Plus l’ennemi sera mis en difficulté rapidement en début de partie, plus facile sera le milieu et la fin de partie. Certains héros ont des facilités à cette tâche, d’autres non. On peut citer Viper, Sniper et Silencer qui possèdent un très bon contrôle de lane, la lane étant un des couloirs ou les creeps alliés et ennemis vont s’affronter.

Gank[modifier | modifier le code]

Élément incontournable du jeu, le gank (abréviation de gang kill) consiste à attaquer un ou des héros à plusieurs. La réussite de cette technique repose essentiellement sur l'effet de surprise (embuscade, attaque soudaine...) et sur la supériorité numérique. Le gank est une des plus puissantes stratégies utilisées et peut donc facilement énerver l’équipe qui la subit, poussant souvent les joueurs qui en sont victimes à quitter la partie.

Une bonne coordination et communication entre les joueurs permet entre autres de faire des ganks plus efficaces et d’éviter les gangs adverses. En particulier, pour éviter à ses équipiers de subir des ganks, chaque joueur se doit d'annoncer miss (« manque ») dès qu'un héros ennemi présent sur sa lane disparaît de son champ de vision. Cela peut permettre à ses alliés d'avoir le temps de battre en retraite avant d'être attaqués.

L'utilisation pertinente des runes et des sorts dont dispose chaque héros sont également très importants pour assurer l'efficacité du gank.

Push[modifier | modifier le code]

Le push (en anglais, « pousser », « appuyer ») est le fait d'appliquer une pression soutenue dans une lane de façon à faire progresser les creeps alliées rapidement, généralement dans le but de détruire la tour adverse la plus proche. Le but n’est pas forcément de tuer les héros adverses, mais de raser les structures défensives, sans que ces derniers ne puissent se défendre, pour faciliter la progression des vagues alliées.

Le push s’effectue souvent après plusieurs « gank » pour permettre de détruire les structures avec plus de sécurité.

Farm[modifier | modifier le code]

Le Farming (en anglais, « récolte») consiste pour le ou les héros principaux d'une équipe (carry) à amasser de l'or pendant que les autres essayent d'empêcher les carry adverses de faire de même. Pendant que tous les membres d'une équipe sont engagés dans des combats, le carry reste généralement à farmer dans sa lane jusqu'au middle game ou au late game, lorsqu'il a suffisamment d'or pour acheter les objets dont il a besoin. Cet aspect du jeu, jugé ennuyeux néanmoins tend à être atténué par les mises à jour, par le nerf des principaux farmers (Medusa, Terrorblade)

Problème des leavers[modifier | modifier le code]

DotA se joue principalement à 5 contre 5. Lorsqu'un joueur quitte la partie avant la fin, l’équilibre des forces en présence s’en trouve brisé. Dans la majorité des cas, l’intérêt du jeu est tué, un camp dominant totalement l’autre.

On emploie alors le terme de leavers (« quitteurs ») pour désigner les personnes quittant la partie avant son terme. Les raisons les plus communes pour lesquelles un joueur quitte une partie :

  • son héros ou un héros allié est mort dès le début de la partie ou plusieurs fois en peu de temps, et l'écart entre les deux camps croît très rapidement, de sorte que les chances de victoire deviennent infimes ;
  • le joueur a un problème de connexion ou trop de latence avec l'hôte ;
  • raisons personnelles.

Ces raisonnements nuisent au bienfondé de la partie car DotA est avant tout un jeu d’équipe. Les scores des héros ne déterminent pas la victoire ou la défaite de l’équipe, de même que la perte d’une partie des bâtiments. Ce qui détermine la victoire est le fait de détruire le bâtiment principal de l’ennemi. Il n’est pas rare de voir des parties où une équipe semble mener au score et où la situation se renverse totalement finissant par voir l’équipe malmenée remporter la partie.

Comme Valve ne publie aucune statistique relative aux joueurs sur les parties personnalisées, il n’existe aucun moyen de savoir a priori si un joueur a déjà ou va quitter une partie, à l’inverse du Ladder de StarCraft où l’on peut connaître le nombre de parties qu’un joueur a perdues, gagnées ou quittées.

Wc3Banlist[modifier | modifier le code]

Une des solutions pour répondre à ce problème et pour augmenter les chances de finir une partie à 5 contre 5 est wc3banlist. C’est un logiciel gratuit permettant de garder la trace d’une personne ayant quitté une partie avant son terme afin d’être averti la prochaine fois qu’il tente de rejoindre une partie dans laquelle on se trouve. Le but étant de ne pas rejouer avec lui, le postulat étant qu’il risque de quitter à nouveau et de ruiner la partie. Ce postulat n’est bien sûr pas infaillible, les personnes bannies pouvant changer leur identifiant Battle.net et donc ne pas être détectées en tant que leaver. Changer son identifiant est toutefois contraignant et tend à limiter d’une certaine manière ce genre de comportement. La banlist (compilation/liste de bans par utilisateur) est avant tout personnelle, à savoir qu’être banni sur la liste de quelqu’un ne signifie pas que vous ne pourrez pas rejoindre une autre partie utilisant banlist, mais seulement celle de la personne vous ayant banni.

Banlist.nl[modifier | modifier le code]

Un système de partage de banlist existe, utilisant les services de banlist.nl, qui permet à n’importe quel utilisateur inscrit (sur banlist.nl) d’accéder aux bans d’un autre utilisateur.

Désormais IceFrog a créé une nouvelle commande -switch permettant d’échanger les places entre les joueurs. Cette commande est surtout utile si le jeu a deux leavers (3vs5) on peut transformer le jeu en 4vs4 grâce à cette commande.

Initialement, tous les bans étaient partagés dans une banlist dite globale, mais dont on s’est aperçu à l’usage qu’elle était inadaptée car certaines personnes vont abuser de wc3banlist, en bannissant pour des raisons non acceptables des joueurs quelconques (par exemple : Bannir quelqu’un quittant une partie à 1 contre 5).

Afin de remédier à cela un système d’Approved Hosts a été créé pour chaque royaume : un Approved Host, littéralement « hôte approuvé » est recommandé par la communauté de banlist.nl comme personne de confiance et doit se conformer à des règles strictes lorsqu’il utilise wc3banlist. Il doit par exemple, ne pas bannir dans une situation de 5 contre 3. Il doit aussi indiquer clairement quelles règles seront utilisées pour la partie.

La nécessité de choisir des personnes en tant qu’Approved Host a induit la création de Sharing Group, groupe de partage, permettant de jauger les candidats potentiels et de limiter les risques d’abus, les Approved Hosts n’étant pas infaillibles et restant humains.

Il existe un système d’appel permettant à une personne bannie de faire appel de son ban et d’avoir une chance d’être retirée de la banlist dans laquelle elle figure. Les conditions pour être débanni ne sont pas drastiques ou impitoyables, il suffit généralement d’une preuve de bonne volonté de la part du joueur pour être retiré.

Enfin :

  • Les raisons pour être banni sont d’une manière générale le non-respect des règle TDA, clan maintenant à jour DotA.
  • Il est parfois simple de demander à l’hôte de la partie la permission de quitter pour raison de force majeure, après tous les impératifs de la vie ayant priorité sur une partie de DotA, cela est généralement compris et permet de ne pas être banni pour un cas de force majeure.

GoodList - DotArank[modifier | modifier le code]

Goodlist était une alternative à banlist. Là où banlist notait les personnes quittant les parties, goodlist notait positivement celles restant dans la partie. Goodlist, pour des raisons diverses, est techniquement mort et est très peu utilisé sur l’extension Frozen Throne.

Une tentative similaire à goodlist a été lancée dernièrement[Quand ?], appelée DotArank (voir liens externes). Le but reste toujours de noter positivement des joueurs, mais l’initiative de DotArank reste récente[Quand ?] et on ne peut se prononcer encore sur son efficacité.

Parties privées[modifier | modifier le code]

Une autre solution pour répondre au problème des leavers consiste à ne jouer qu’avec des personnes que l’on connaît. Cela consiste donc à connaître d’autres joueurs de DotA et d’organiser des parties où l’on sait que personne ne quittera. Il faut toutefois connaître des personnes pour participer à ce genre de partie. On peut joindre des parties privées par l’intermédiaire de clans tels que Clan DCE sur Northrend et Clan TDA sur Azeroth. Ces parties fonctionnent sur le principe d’une safelist, une liste de personnes connues pour ne pas quitter. Une personne non safelistée ne pouvant jouer dans une partie à moins qu’elle soit cautionnée par une personne safelistée présente dans la partie. Dans les mêmes genres de systèmes, on notera l’existence de canaux IRC tels que #dotapickup.euro sur Quakenet basés sur des principes similaires. Wc3banlist permet ici de vérifier qu’une personne est safelistée, ou au contraire bannie, sur la shitlist (on parlera de « liste noire » en français) associée à l’entité organisant la partie. Pour être débanni d’une telle liste il faut généralement prendre contact avec le clan ou l’entité la régissant, prendre contact avec banlist.nl ne servira généralement à rien ici.

Ladders[modifier | modifier le code]

Plusieurs sites ont ouvert des systèmes permettant de rejoindre des parties semi-privées après souscription d’un compte sur les sites en question. Ces sites traquent généralement les parties (obligation de rentrer les résultats) et permettent ainsi de réduire les chances de rencontrer des leavers. Il offrent la possibilité de jouer des parties soit par équipe, soit de manière individuelle (en affectant les joueurs dans une des deux équipes en fonction de leur score). On peut citer DotaLeague[7] et Ladder ARGH[8] comme exemples de ces systèmes ouverts à tout public.

Leagues[modifier | modifier le code]

On notera aussi l’existence de leagues de plus haut niveau, tel que la league CAL (anglophone), le MYM Prime Defending (anglophone), la Dota League (anglophone) ou bien encore la League Argh (francophone) qui permettent à des équipes de 5 joueurs de se rencontrer en matchs organisés (généralement en mode -cm) au fur à mesure de saison, similairement aux compétitions sportives, avec des récompenses pour les meilleures équipes. À noter que c'est à partir du système de league que naîtra plus tard le jeu League of Legends qui se base sur le même principe de gameplay.


Game Arena (Garena)[modifier | modifier le code]

Garena[9] est un programme indépendant qui permet de jouer, entre autres, à DotA sans passer par Battle.Net, il ne vérifie donc pas les cdkeys. Il interconnecte les joueurs via un réseau privé virtuel (VPN), ce qui permet de prioriser les paquets associés au jeu au sein de ce réseau, et d’avoir une qualité de jeu en principe plus fluide qu’en temps normal.

Les parties créées sur Garena le sont par le système 'partie réseau locale', elles ne sont pas synchronisées à la même latence, 100 ms par instruction contre 250 ms sur Battle.net, ce qui permet de réduire la le délai moyen associé à l’exécution d’une commande.

Il existe des alternatives permettant de réduire le délai d’exécution de manière similaire : Hamachi qui aussi utilise un VPN. BLAN et ListChecker qui permet de simuler une partie locale sur Battle.net, enfin W3DR qui permet de modifier le paramètre de latence directement au niveau de Warcraft III.

Battle.net et les programmes tiers[modifier | modifier le code]

Blizzard Entertainment interdit l’utilisation de hacks et de programmes tiers visant à modifier, tricher ou altérer la jouabilité des jeux édités par Blizzard sur Battle.net.

Il existe des polémiques récurrentes prétendants que les programmes tiers sont interdits par Blizzard. Cela concerne généralement les type de programmes suivants:

  • Des programmes permettant de maintenir enfoncer certaines touches ou de les réaffecter (on peut citer HPViewer, qui permettait de simuler le maintien enfoncé de la touche Alt, afin d’afficher à l’écran les barres de santé des unités ; depuis le patch 1.22, cet utilitaire a perdu son utilité) : Ils sont généralement autorisés par toutes les Leagues, ils sont aussi tolérés par Blizzard dans les parties personnalisées. On peut invoquer l’interoperabilité pour justifier cet état de fait.
  • Des programmes offrants des fonctionnalités externes ou des surveillances Anti-Triche tels que Wc3Banlist, ListChecker[10], DotaRank ou DotaClient : ils n’affectent pas le jouabilité et ne constituant pas des « hacks », ils sont donc tolérés par Blizzard mais non supportés, voir déconseillés pour probablement éviter tout problème juridique.
  • Des programmes permettant de se connecter à des systèmes de jeu externe, voire concurrents à Battle.net, tels que Hamachi et GGC : L’autorisation légale de ce type de programme dépend essentiellement des clauses de non concurrence à Battle.net. Si les sites concernés ont fait les démarches nécessaires et que Blizzard a accepté leur utilisation, alors ils sont légaux. Ils ne sont pas supportés par Blizzard. À noter que GGC et Hamachi sont un duo très utilisé pour l’organisation de « clan wars ».
  • Des programmes permettant de tricher sous DotA, incluant principalement les catégories suivantes : des « Spoofers » pour changer son identité apparente, des « CustomKicks » pour déconnecter volontairement des joueurs, et des « MapHacks » pour voir la carte malgré le brouillard de guerre. Ces programmes sont interdits par Blizzard et par les Leagues. Certains programmes, tels que GGC ou DotaClient permettent un contrôle sur le poste client du joueur et donc la détection de ce genre de logiciel de triche. On peut aussi tenter de détecter l’utilisation de ce type de logiciel en regardant des comportements suspects sur les replays d’une partie.

Historique du développement[modifier | modifier le code]

La première version de Defense of the Ancients a été développée en utilisant l’éditeur de cartes du troisième opus de la série Warcraft - Warcraft III: Reign of Chaos - sorti en 2002. La carte est publiée pour la première fois en 2003 par un anonyme connu sous le pseudonyme de « Eul » et est basé sur une carte développée à l’origine pour StarCraft connue sous le nom de « Aeon of Strife[11],[12]». « Eul » ne mettra pas à jour sa carte après la mise à disposition par Blizzard Entertainment de l’éditeur de carte de Warcraft III: The Frozen Throne mais plusieurs variations de la carte originale, ajoutant entre autres de nouveaux héros et objets, furent néanmoins développées[11],[13]. La version la plus célèbre appelé DotA Allstars développée par Steve « Guinsoo » Feak puis par « IceFrog » à partir de 2005 est celle aujourd’hui connue sous le nom de Defense of the Ancients[14].

Anciennes versions DotA Allstars (inférieures à la version 6)[modifier | modifier le code]

Eul fut le premier développeur à l’implémenter sur Warcraft III: Reign of Chaos. Guinsoo reprit plus tard le développement, tout en s’appropriant, de manière peu élégante, des concepts issus d’autres cartes, d’où la controverse précédemment évoquée.

Les bogues de la version 5 de DotA Allstars ont été plusieurs fois corrigés par Guinsoo, mais le développement du code était opaque et les mises à disposition de la carte non régulières.

Cette branche s’est arrêtée à la 5.84c quand Guinsoo a sorti la version 6. Il a terminé le développement sur la version 5 avec la création de DotA AllStars 5.84, qui ajoutait de nouveaux héros et introduisait des corrections de bogues. Toujours est-il que plusieurs erreurs et déséquilibres ont persisté dans la version 5.84, ce qui a entraîné la mise à disposition peu après de la version 5.84b. Une personne nommée True. Rus a développé une branche non officielle, nommée 5.84c et 5.84d, pour corriger des bogues induits par un des patchs de Battle.net (plusieurs capacités de héros fonctionnant alors incorrectement). Il a aussi optimisé le temps de chargement de la carte, le réduisant de 5-10 minutes à 30 s-2 minutes.

On peut également noter, à cette époque, l’introduction du concept de Deny (Note : la traduction française la plus proche serait déni, mais le terme n’est pas utilisé en tant que tel), qui consistait à pouvoir tuer ses propres unités endommagées de manière à réduire l’expérience que les héros adverses gagnent.

Versions 6[modifier | modifier le code]

La branche 6.X a commencé le 28 février 2005. Elle présentait de nombreux changements, dont :

  • de nouveaux héros,
  • de nouveaux objets
  • et un nouveau terrain (plaine d’herbe verdoyante) dans la version 6.00 qui fut changé plus tard pour ressembler à celui de la version 5.84.

Les changements ont été d’abord très drastiques causant des résistances parmi les joueurs qui sont partiellement revenus sur la version 5.84c. Peu après la sortie de la version 6.01, Guinsoo a consacré son temps à World of Warcraft et a arrêté le développement de DotA AllStars.

En l’absence de Guinsoo, Icefrog a pris le relais avec Neichus, qui a contribué quelque temps à la carte. Icefrog est depuis le programmeur principal de la carte, réalisant l’implémentation, l’établissement de l’équilibre, jusqu’à la correction des bugs. Depuis, de manière régulière, chaque nouvelle version amène son lot de corrections de bogues et d’ajout de nouveaux héros et sorts additionnels.

Versions 6.27b[modifier | modifier le code]

Le 31 octobre 2005, avec le soutien de Blizzard Entertainment et l’ouverture de la Cyberathlete Amateur League division dédié à Defense of the Ancients, une nouvelle ère de DotA Allstars a commencé.

Avec l’introduction de DotA en League de jeu, de nouvelles vagues de stratégie d’équipe ont émergé évoluant différemment des stratégies classiques précédemment jouées. Le jeu est passé progressivement de stratégies basées sur des sorts de zone à des stratégies de contrôle de Lane permettant de prendre le contrôle de la partie le plus tôt possible. Un des piliers de ces stratégies était le fait de pouvoir denier ses propres unités pour provoquer une sévère attrition au niveau du gain d’or et d’expérience de l’adversaire. Cela résultait en des différences de niveaux assez importantes en fin de partie, permettant d’assurer la victoire à l’équipe appliquant le mieux la stratégie. Le choix des héros s’est donc fait alors selon les capacités de contrôle de Lane et non plus selon les capacités de destruction en zone. En conséquence, des changements minorant l’impact du Deny ont été réalisés, pour réduire son impact et permettre à nouveau de jouer des stratégies plus classiques.

Depuis la version, 6.27, il existe deux cartes, une jugée stable pour les matchs en League et une autre incluant les dernières mises à jour pouvant être potentiellement déséquilibrée et boguée.

Versions 6.37[modifier | modifier le code]

La saison 3 de CAL a utilisé la version 6.37. Cette version a aussi été employée dans plusieurs tournois majeurs, incluant ceux du CEVO et du MyM3. Initialement, la carte était considérée comme bien équilibrée, mais vers la mi-novembre, des équipes ont découvert que les Sentinels étaient potentiellement plus forts que les Scourges. Plusieurs héros Sentinels formaient alors une combinaison surpuissante ; on peut notamment citer les héros suivants : Twin Head Dragon, Vengeful Spirit, Lone Druid, Bristleback et Beastmaster. Ces héros ont formé le noyau d’une stratégie que beaucoup ont appelé 4/4[15], référent à la dominance des Sentinels. Cela a entraîné des évolutions vers la version 6.42, en réduisant la force des héros Sentinels et en accélérant l’évolution des vagues de Creeps, de manière à arriver plus vite dans la phase du milieu de partie.

Versions 6.42[modifier | modifier le code]

Plusieurs nouveaux objets ont été introduits dans la version 6.42. Un changement majeur a été la modification de l’objet Aegis of the Immortal, si ce dernier objet permet toujours de prévenir la mort du héros le portant, il ne fait plus que ça et ne peut plus être assemblé ou acheté et doit être récupéré en battant Roshan, un golem neutre qui possède une résistance non négligeable augmentant avec le nombre de fois où il réapparaît.
Roshan réapparait toutes les 10 minutes.

Versions 6.50 et supérieures[modifier | modifier le code]

Icefrog apporte via cette version un panel de nouveautés, modifiant l’équilibre de DotA. On peut noter plusieurs changements :

  • La Kelen’s Dagger of Escaper ne peut plus être utilisé défensivement, redonnant de l’intérêt à l’autre objet permettant de s’échapper d’un combat : Lothar Edge, qui permet de rendre un héros invisible.
  • Eul scepter of divinity, permettant d’envoyer un héros ennemi dans les airs pendant quelques secondes, devient un objet à part entière et n’est plus une étape vers le Guinsoo’s Scythe of Wise, permettant de transformer les ennemis en mouton pour quelques secondes.
  • Tous les sorts basés sur l’Empale du Ladder ont été refaits. Il ne rendent plus invulnérables leur cible pendant un court instant et peuvent être pleinement enchaînés entre eux, ainsi qu’avec les capacités basées sur Ensnare.
  • La Bottle subit quelques modifications pour la rééquilibrer.
  • La carte est refaite principalement dans les bois du côté des Scourges, le système des Creeps neutres est profondément modifié.
  • L’Invoker est de retour après 35 versions d’absence.

La version 6.52 introduit principalement la possibilité d’acheter des recipes avec l’inventaire plein, une limitation due au système historiquement utilisé dans Wacraft III.

La version 6.55 introduit deux nouveaux héros, Windrunner et Kunkka (nommé après l'illustrateur principal du jeu), ainsi que de nouveaux objets.

Version 6.60 et supérieures[modifier | modifier le code]

Le passage aux versions 6.60+ marque un virage dans l’histoire de DotA, avec notamment deux nouveaux héros (Chevaucheur de chauve-souris Troll, et Chef Tauren), des nouvelles compétences, de nouveaux objets, une réorganisation des recettes d’items, maintenant classées par genre, et une réorganisation des héros (Enigma passe du côté Scourge) avec un nouveau système de Tavernes (9 Tavernes réunies en un seul point de la carte, contre 8 Tavernes précédemment, groupées 4 par 4 dans chaque camp).

Les 9 Tavernes sont classées par attributs principaux : 3 contiennent uniquement des héros Force (Rouge), 3 autres ne contiennent que des Héros Agilité (Vert), les 3 restantes étant uniquement dédiées aux héros Intelligence (Bleu). Chaque set de 3 Tavernes contient une Taverne Lumineuse (toit de couleur clair, contient les héros (de la caractéristique correspondante) dont l’apparence laisse supposer un alignement bon, héros uniquement accessible au camp Sentinel en mode normal), une Taverne Sombre (toit de couleur foncé, contient les héros (de la caractéristique correspondante) dont l’apparence laisse supposer un alignement mauvais, héros uniquement accessible au camp Scourge en mode normal), et une Taverne Neutre (toit de couleur terne, contient les héros (de la caractéristique correspondante) dont l’alignement en fonction de l’apparence est moins évident que les autres tavernes, héros accessible aux deux camps).

La version 6.65 introduit deux nouveaux héros, Slark, un tueur de héros et Kaldr, une puissante créature jetant des sorts de froid. Le développement s'oriente vers une jouabilité moins défensive, avec un ajout de délai pour les téléportations.

La version 6.68 introduit 4 héros : Wisp, un feu follet centré sur le soutien, Thrall, un jeteur de sort initiateur, Eredar, un jeteur de sort à effet de zone et Gyrocopter, un nuker puissant.

La version 6.70 introduit 2 héros : Tuskarr, un puissant initiateur, et le très attendu Phoenix, le 3e héros de type force attaquant à distance.

Les versions 6.71 et 6.72 introduisent Rubick, un voleur de sort, ainsi que de nombreuses modifications (surtout au niveau des objets et des skills) visant à harmoniser les capacités des héros et à orienter le jeu encore plus vers l'offensive.

La version 6.73 introduit 4 nouveaux héros : Dragonus, un lanceur de sorts puissant mais bien fragile, Xin, l'esprit du feu (contrairement a Rajin qui lui, est l'esprit de la tempête), Rizzrak, héros force et bon Nuker et enfin Tresdin, Commandant de la Légion.

La versions 6.74 n'introduit aucun nouveau héros, mais beaucoup de bug ont été corrigés.

Versions DotA Allstars AI[modifier | modifier le code]

Récemment, des versions intégrant une intelligence artificielle (bots) ont été mises à disposition. Bien que DotA Allstars soit orienté entre joueurs humains, les scripts AI que Cloud_Str a écrit permettent à l’ordinateur de contrôler les héros adverses, ce qui donne la possibilité aux nouveaux joueurs de s’améliorer en s’entraînant. Les cartes AI permettent aussi de tester plus facilement de nouveaux objets et de nouvelles capacités.

Même si les bots jouent de manière correcte, ils ne sont pas très dangereux pour un adversaire humain, car ils ne sont pas programmés pour jouer ensemble ou pour jouer des stratégies complexes. Ils ne sont par ailleurs pas très difficile à tuer, car ils ont une très faible perception du risque à un instant donné. Les objets qu’ils achèteront ne varieront jamais d’une partie sur l’autre, donc ils ne s’adapteront jamais aux héros qu’ils combattent.

Des fonctionnalités ont aussi été ajoutées pour permettre aux joueurs plus de contrôle sur les actions des bots, en l’occurrence, défendre la base quand c’est nécessaire. Enfin, afin de compenser leur faiblesse, les héros contrôlés par l’IA peuvent être paramétrés pour gagner plus d’expérience.

Les plus récentes versions présentent un meilleur intérêt car les bots ont des tactiques et stratégies meilleures par rapport aux versions initiales. Les bots sont maintenant beaucoup plus versés dans l’art du Deny et choisissent beaucoup plus judicieusement leurs lanes. Un match en 1 contre 5 devient difficile à gagner avec les dernières versions.

Accueil[modifier | modifier le code]

Dès 2004, Defense of the Ancients acquiert une certaine notoriété et est par exemple mise en avant par le magazine Computer Gaming World dans un test des cartes personnalisées développées pour Warcraft III[16]. En 2005 ont lieu les premiers tournois de DotA Allstars lors notamment de la Blizzcon organisée par Blizzard Entertainment[17].

DotA Allstars fait partie des épreuves officielles des World Cyber Games de 2005 en Malaisie et à Singapour avant de devenir une épreuve des WCG d'Asie à partir de 2006[18]. Le jeu fut également inclus dans la liste des épreuves des ligues internationales « Cyberathlete Amateur League » et « Cyber Evolution[19] ». En 2008, DotA Allstars est également à l’affiche de l'Electronic Sports World Cup[20],[21]. Pour justifier ce dernier choix, l'organisateur des ESWC – Olivier Paradis – fait état du haut niveau d’implication de la communauté ainsi que du succès mondial du jeu[22]. DotA est particulièrement populaire aux Philippines et en Thaïlande où il connait un succès similaire à celui de Counter-Strike[22],[23].

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2008, le DJ suédois Basshunter a écrit le morceau DotA (dans Now You're Gone: The Album). Un clip est également réalisé pour l'occasion[24]. Defense of the Ancients a été cité comme ayant influencé le jeu Demigod développé par Gas Powered Games et publié en 2009[25],[26]. Le site GameSpy met ainsi en avant que le jeu pourrait se résumer à des « aspirants dieux jouant à DotA dans la vie réelle[27] ». Steve Feak a utilisé l’expérience acquise en développant Defense of the Ancients pour concevoir League of Legends dont le système de jeu est fortement inspiré de celui de DotA[28]. D’autres clones de DotA ont également vu le jour comme le jeu Heroes of Newerth[29],[30]. Blizzard Entertainment a également annoncé développer une version de DotA utilisant le moteur du jeu Starcraft 2 et dans laquelle apparaîtront de nombreux héros des différentes franchises du studio comme Warcraft et StarCraft[31]. En 2009, Valve a annoncé avoir embauché un des développeurs de DotA Allstars - « Icefrog » - avant d'annoncer Dota 2 en 2010[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir http://www.dota2.com/international/compendium/?l=french
  2. (en) « Guide de Defense of the Ancients », PlayDota.com (consulté le 23/10/2010)
  3. (en) Lodaya Punit, « DotA: AllStars - Partie 1 », TechTree.com,‎ 9 février 2006 (consulté le 04/08/2007)
  4. (en) « Base de données des héros », PlayDotA.com (consulté le 15/10/2009)
  5. (en) Kevin Tok, « Defense of the Ancients 101, Page 2 », GotFrag,‎ 25 janvier 2006 (consulté le 04/08/2007)
  6. (en) Lodaya Punit, « DotA: AllStars Partie 2: Que faire ? », TechTree.com,‎ 9 février 2006 (consulté le 04/08/2007)
  7. (en) Single Instant Games
  8. (fr) Ladder Argh
  9. Site officiel de l’éditeur de Garena : http://www.gg-game.com
  10. Page principale de ListChecker http://bonta.kun.free.fr/listchecker/
  11. a et b (en) Steve Feak, « Postmortem : Defense of the Ancients », Gamasutra,‎ 19 mars 2009 (consulté le 2009-04-01), p. 1–5
  12. (en) Kevin Tok, « Defense of the Ancients 101 », GotFrag,‎ 25 janvier 2006 (consulté le 04/08/2007)
  13. (en) Michael Waldbridge, « The Game Anthropologist: Defense of the Ancients: An Underground Revolution », GameSetWatch,‎ 30 mai 2008 (consulté le 20/01/2009)
  14. (en) Paul Dean, « L'histoire de Defense of the Ancients », Eurogamer.net,‎ 16 août 2011 (consulté le 05/11/2011)
  15. (en) MasterJoe and Beast_Pete, « Guide to Chen, the Holy Knight », Strategy Forum. DotA Allstars Forum (consulté le 27 février 2007)
  16. (en) « WarCraft Maps Go Mod », Computer Gaming World,‎ 1 septembre 2004 (consulté le 12/08/2007)
  17. (en) Staff, « Blizzcon '05 Tournaments », Blizzard,‎ 2005 (consulté le 05/08/2007)
  18. (en) « About WCG Asian Championships », World Cyber Games,‎ 5 août 2006 (consulté le 2007-02-19)
  19. (en) « CyberEvolution - Warcraft 3: Defense of the Ancients - Series 1 », cevolved.com (consulté le 2007-02-19)
  20. (en) James Banks, « Liste des épreuves des ESWC 2008 », SK Gaming,‎ 6 janvier 2008 (consulté le 06/01/2008)
  21. (en) Robby Saylor, « Rwar and Slahser on Current Issues », GotFrag,‎ 14 février 2008 (consulté le 25/06/2009)
  22. a et b (en) Neha Nair, « Interview de Olivier Paradis – ESWC : Pourquoi DOTA ? », GotFrag,‎ 18 janvier 2008 (consulté le 24/06/2009)
  23. (en) Mike Fahey, « From Warcraft Obsession to Game Creation », Kotaku,‎ 12 février 2009 (consulté le 12/09/2009)
  24. (en) Dave McCarthy, « LAN gamers get girls », Eurogamer.net,‎ 27 septembre 2006 (consulté le 05/11/2011)
  25. (en) Rob Purchese, « GPG "fairly certain" Demigod will make 08 », Eurogamer,‎ 4 mars 2008 (consulté le 04/03/2008)
  26. (en) Paul Ure, « Demigod First Look », ActionTrip,‎ 4 mars 2008 (consulté le 04/03/2008)
  27. (en) Miguel Lopez, « Présentation de Demigod sur PC », GameSpy.com,‎ 21 février 2008 (consulté le 16/10/2008)
  28. (en) Daniel Perez, « Présentation de League of Legends : Interview de Steve Feak », 1UP.com,‎ 16 janvier 2009 (consulté le 07/02/2009)
  29. (en) Keane Ng, « League of Legends sera gratuit », The Escapist,‎ 14 juillet 2009 (consulté le 15/07/2009)
  30. (en) Thierry Nguyen, « Clash entre les clones de Dota », 1UP.com,‎ 1 septembre 2009 (consulté le 21/10/2009)
  31. (en) Giancarlo Varanini, « Starcraft II: Blizzard DOTA Hands-On », GameSpot.com,‎ 23 octobre 2010 (consulté le 05/03/2011)
  32. (en) Alice O'Conner, « DotA Dev Joins Valve, Hints at Future Game », Shacknews,‎ 5 octobre 2009 (consulté le 05/10/2009)
  33. (en) Adam Biessener, « Annonce de Dota 2 », Game Informer,‎ 23 octobre 2010 (consulté le 16/12/2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]