Electronic Sports World Cup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Electronic Sports World Cup

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo officiel de l’ESWC

Généralités
Sport Sport électronique
Création 2003
Autre(s) nom(s) Coupe du monde des jeux vidéo
Organisateur(s) Oxent
Éditions 11
Périodicité Annuel
Nations 50 (2012)
Participants 500 (2012)
Statut des participants Professionnels
Dotation 111 000 $ (2013)
Affluence 200 000 (2012)
Site web officiel
Palmarès
Meilleure nation Drapeau de la France France

L’Electronic Sports World Cup (ESWC) ou la coupe du monde des jeux vidéo est un événement de sport électronique annuel qui rassemble les meilleures équipes du monde sur des jeux vidéo conçus ou adaptés aux confrontations entre joueurs. Venus de tous les continents, ces joueurs s'affrontent pendant plusieurs jours sur leur jeu de prédilection dans le but de devenir champion du monde de leur discipline[NB 1].

Historique[modifier | modifier le code]

Fondé par le français Ligarena (qui deviendra Games-Services) de 2003 à 2009, la marque ESWC a finalement été revendue pour 50 000 euros à la société française Games-Solution[1] en août 2009 à la suite de la liquidation judiciaire de Games-Services. Maintenant, le français Oxent en détient les droits.

Qualifications nationales[modifier | modifier le code]

L’ESWC n’est pas une compétition ouverte à tous. En effet, chaque joueur désirant participer à l’événement doit au cours de la saison se rendre à un ou plusieurs événements nationaux qui lui permettront, à terme, de se qualifier pour les qualifications nationales, événements organisés par des sociétés locales en partenariat avec Games-Solution.

En France, par exemple, l’ensemble des prétendants à la qualification française se munit d’une licence ESWC.com et participe à plusieurs tournois au cours de l’année afin d’engranger des points. Plus ou moins de points sont attribués en fonction du résultat des participants et de l’importance de l’événement. À la fin de la saison, les premiers du classement sont sélectionnés et invités à participer à la coupe de France des jeux vidéo. Dans chaque discipline de cette coupe de France, les participants accédant à la finale sont qualifiés pour l’Electronic Sports World Cup.

Le système de qualification diffère grandement selon les pays. Il dépend souvent du nombre de joueurs et de l’engouement provoqué par le sport électronique dans le pays ainsi que de la qualité des organisations nationales. Ainsi, certains pays comme la Pologne possèdent des joueurs de très haut niveau mais ne bénéficient pas de grands tournois locaux et de ce fait ont été privées de qualifications ESWC pendant plusieurs années, tandis que d’autres États comme le Royaume-Uni possèdent une communauté nationale très active et des événements de grande ampleur mais n’ont jamais placé un seul participant en finale.

Certaines équipes se rendent malgré tout à l’ESWC sans effectuer ou en ayant échoué à leurs qualifications nationales. En effet, certains tournois annexes tels que le trophée Fnac[2] ou les Masters ESWC permettent à certains joueurs de se qualifier d’une manière alternative. En outre, l’organisation invite quelquefois des équipes ne s’étant pas qualifiées[3] mais reconnues comme formations de haut niveau ; les tenants du titre sont également exempts de qualification pour l’année suivante, sous réserve que la discipline sur laquelle ils ont été titrés soit de nouveau en lice l’année qui suit.

Historique des événements internationaux ESWC[modifier | modifier le code]

Année Type Date Lieu Nations Joueurs Spectateurs Grande scène Récompense Réf.
2003 Grande finale 8-13 juillet Palais des congrès du Futuroscope, Poitiers, Drapeau de la France France 32 450 5 000 1 200 156 000 € [4]
2004 Grande finale 7-11 juillet Palais des congrès du Futuroscope, Poitiers, Drapeau de la France France 43 600 5 000 5 000 210 000 € [4]
2005 Grande finale 6-10 juillet Carrousel du Louvre, Paris, Drapeau de la France France 45 650 15 000 1 700 300 000 € [4]
2006 Grande finale 28 juin-2 juillet Palais omnisports de Paris-Bercy, Paris, Drapeau de la France France 53 750 22 500 15 000 300 000 € [4]
2007 Grande finale 5-8 juillet Parc des expositions de la porte de Versailles, Paris, Drapeau de la France France 51 750 35 000 5 000 180 500 $ [4]
2008 Masters 4-6 juillet Palais omnisports de Paris-Bercy, Paris, Drapeau de la France France 28 300 30 000 15 000 65 000 $ [réf. nécessaire]
2008 Grande finale 25-27 août Convention Center, San José, Drapeau des États-Unis États-Unis 40 650 7 000 1 500 200 000 $ [4]
2009 Masters 17-18 octobre Place Syntagma, Athènes, Drapeau de la Grèce Grèce 13 28 30 000 $ [réf. nécessaire]
2009 Masters 2-5 mai Gymnase Yu Gwan-Sun, Cheonan, Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 15 550 96 000 $ [4]
2010 Grande finale 1-4 juillet Disney Events Area et Disney's Newport Bay Club, Marne-la-Vallée, Drapeau de la France France 60 600 3 000 1 200 213 500 $ [4]
2011 Grande finale 20-25 octobre Parc des expositions de la porte de Versailles, Paris, Drapeau de la France France 45 400 150 000 3 000 220 000 $ [4]
2012 Grande finale 31 octobre-4 novembre Parc des expositions de la porte de Versailles, Paris, Drapeau de la France France 50 500 200 000 2 000 215 000 $ [4]
2013 Grande finale 30 octobre-3 novembre Parc des expositions de la porte de Versailles, Paris, Drapeau de la France France 111 000 $ [4]
2014 Grande finale 28 octobre-2 novembre Parc des expositions de la porte de Versailles, Paris, Drapeau de la France France

Disciplines historiquement présentes[modifier | modifier le code]

L’ESWC ayant pour objectif de représenter de manière exhaustive différents types de jeu populaires en multijoueur.

Jeux d’action à la première personne (en équipe) :

Jeux d’action à la première personne (individuels) :

Jeux de stratégie :

 Compétitions de StarCraft II 
Image illustrative de l'article Electronic Sports World Cup
 StarCraft 2 World Championship Series 
Tournois partenaires des WCS
Tournois importants non partenaires
  • Iron Squid (Chapter : 123)
  • Electronic Sports World Cup

Jeux d’arène :

Jeux de sport :

Jeux de course :

Jeux de combat :

Jeux de rythme :

Règles 2010[modifier | modifier le code]

Counter-Strike[modifier | modifier le code]

  • Version utilisée : Counter-Strike 1.6 + ESWC GUI 2.2
  • Format : Un set se joue sur une carte où chaque équipe joue autant de manches en terroriste qu'en antiterroriste. Une manche remportée rapporte un point à l'équipe. En phase de poules, tous les matches se jouent en un seul set tandis qu'en phase finale la rencontre se dispute en 2 sets gagnants où le point de la victoire marque la fin du set (les autres manches ne sont jamais jouées). Les règles sont similaires pour la compétition mixte et la compétition féminine.
  • Points pour remporter le set : 16
  • Durée maximale d'une manche : 1 minute 45 secondes (2 minutes 20 secondes si la bombe est posée)
  • Compte à rebours de la bombe : 35 secondes
  • Argent à la première manche : 800 $
  • Restriction : Il est interdit aux joueurs d'acheter le bouclier tactique et de jeter des grenades sous les murs.
  • Cartes : de_dust2, de_inferno, de_nuke, de_train, de_tuscan, de_mirage.

Quake[modifier | modifier le code]

  • Version utilisée : Quake Live
  • Format : Deux joueurs s'affrontent sur la carte en temps limité. Le joueur totalisant le plus gros score à la fin du temps remporte la manche. Une rencontre se joue en deux manches gagnantes.
  • Durée d'une manche : 10 minutes
  • Cartes : Blood Run, Campgrounds, Furious Heights, House of Decay, Lost World

Warcraft[modifier | modifier le code]

  • Version utilisée : Warcraft III : Reign of Chaos 1.24.4.6387 + The Frozen Throne 1.24.4.6387
  • Format : Deux joueurs s'affrontent sur la carte en temps illimité. Le joueur qui parvient à vaincre son ennemi remporte la manche (pour des raisons de fair-play, le perdant abandonne en général dès que la partie tourne mal et n'oblige pas le vainqueur à passer du temps à chercher les unités restantes). Une rencontre se joue en deux manches gagnantes.
  • Vitesse de jeu : Rapide
  • Cartes : Ancient Isle 2, Iles Echo, Prairies ravagées, Rocher de la tortue, Vallée des fontes

Defense of the Ancients[modifier | modifier le code]

  • Version utilisée : Warcraft III : Reign of Chaos 1.24.4.6387 + The Frozen Throne 1.24.4.6387 + DotA Allstars 6.67c
  • Format : Les équipes s'accordent sur le camp qu'elle vont jouer (The Scourge ou The Sentinel), en cas de désaccord, un tirage au sort est effectué. Chaque équipe peut ensuite effectuer un véto sur quatre héros adverses, avant de choisir ses cinq héros. L'équipe qui détruit l'ancien ennemi (Frozen Throne ou Tree of Life) remporte le match.
  • Vitesse de jeu : Rapide
  • Mode de jeu : Captains Mode

TrackMania[modifier | modifier le code]

  • Version utilisée : TrackMania Nations Forever 2.11.26
  • Format : Quatre pilotes s'affrontent sur une piste. Ils effectuent plusieurs courses puis changent de circuit. Lorsqu'un pilote atteint la limite de points, il n'a plus qu'à gagner une seule course pour remporter le match. Une fois la victoire acquise, il quitte alors la course et laisse les autres pilotes se départager. Le même procédé s'applique pour les pilotes suivants. Les deux premiers pilotes passent au tour suivant. Les deux derniers pilotes passent dans l'arbre des perdants ou sont éliminés de la compétition s'ils s'y trouvaient déjà. En finale, les deux premiers de l'arbre des gagnants partent avec un avantage respectif de 10 et 6 points sur leurs deux autres adversaires.
  • Mode de jeu : Coupe
  • Nombre de courses par circuit : 5
  • Limite de points : 120
  • Répartition des points à l'issue d'une course : 10 pour le premier, 6 pour le deuxième, 4 pour le troisième, 3 pour le quatrième, 0 en cas d'abandon ou de retard trop important.
  • Pistes : ESWC - Het Neerlandsch Verbond, ESWC - In 2 Deep, ESWC - Navajo, ESWC Blow Out, ESWC HYSTERIA

Need for Speed[modifier | modifier le code]

  • Version utilisée : Need for Speed: Shift
  • Format : Le vainqueur de la course remporte le match.
  • Mode de jeu : Course
  • Voiture : Parmi les voitures débloquées au départ
  • Nombre de tours : 3
  • Pistes : Autopolis GP, Brands Hatch GP, Glendale East, Laguna Seca, Nordschleife

FIFA[modifier | modifier le code]

  • Version utilisée : FIFA 10
  • Format : Un seul match est joué.
  • Sélection de l'équipe : Club
  • Difficulté : Légende
  • Restrictions : Les joueurs ne peuvent définir leurs propres formations et doivent utiliser celles du jeu.

Street Fighter[modifier | modifier le code]

  • Version utilisée : Super Street Fighter IV
  • Format : Un set est remporté lorsqu'un joueur cumule deux combats victorieux. Un match se joue en deux sets gagnants.
  • Niveau : Aléatoire
  • Temps : 99 secondes

Guitar Hero[modifier | modifier le code]

  • Version utilisée : Guitar Hero 5
  • Format : Une piste est jouée en duel et détermine le vainqueur.
  • Difficulté : Expert
  • Pistes : 21st Century Schizoid Man, Brianstorm, Lust For Life, Saturday Night's Alright (For Fighting), Scatterbrain, The Spirit of Radio, Wolf Like Me, Young Funk

Palmarès[modifier | modifier le code]

2003[modifier | modifier le code]

Ligarena a déjà acquis beaucoup d’expérience dans l’organisation de tournois de sport électronique grande envergure telles que les lan-party ou les coupes de France, et surtout après la rupture de contrat qui les liait avec les World Cyber Games, la société anonyme se lance dans un des projets les plus ambitieux créé autour des LAN parties : la coupe du monde des jeux vidéo est née. La première édition de cet événement prit place dans le parc du Futuroscope de Poitiers, alors en pleine restructuration et qui avait accueilli quelques semaines plus tôt l’un des plus grandes meetings de sport électronique de l’année : la Gamers Assembly.

L’ESWC se distingue rapidement des autres grands tournois mondiaux par sa mise en scène. Il ne s’agit plus uniquement pour les joueurs d’avoir à effectuer un match, mais d’affronter le trac sur scène face à des centaines de spectateurs. Les plus gros matches sont commentés en direct et retransmis sur des écrans géants, le rythme cardiaque des joueurs est mesuré et visible pour le public, les casques insonorisés garantissaient en théorie un silence absolu pour les joueurs, de plus un tournoi 100 % féminin est organisé ce qui était relativement rare alors. Pour beaucoup, il s’agit de la première compétition au monde à avoir marié spectacle et professionnalisme, en innovant dans de nombreux domaines.

Ligarena a mis en place deux types de disciplines. Counter-Strike, Warcraft III: Reign of Chaos et Unreal Tournament 2003 sont des disciplines officielles ; Quake III Arena, Counter-Strike féminin et Unreal Championship (cette dernière compétition fut annulée plusieurs semaines avant le début de l’ESWC) sont des compétitions d’exhibition.

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike (masculin) Drapeau de la Suède team.[9] Drapeau des États-Unis Team zEx Drapeau de la Suède SK Gaming Drapeau de la France Goodgame
Counter-Strike (féminin) Drapeau de l’Union européenne SK Gaming Drapeau de la Suède Femina Bellica Drapeau du Danemark DK.Girls Drapeau de la France To Hell Angels
Quake III Arena Drapeau de la Russie Anton « Cooller » Singov Drapeau des États-Unis John « ZeRo4 » Hill Drapeau de la Russie Alexey « LeXeR » Nesterov Drapeau de la Suède Pelle « fazz » Söderman
Unreal Tournament 2003 Drapeau de l'Allemagne Christian « GitzZz » Hoeck Drapeau de la Suède Björn « Zulg » Sunesson Drapeau des États-Unis Aaron « Lotus » Everitt Drapeau des États-Unis Johnathan « Fatal1ty » Wendel
Warcraft III: The Frozen Throne Drapeau de la Suède Alborz « HeMaN » Haidarian Drapeau de la Suède Fredrik « MaDFroG » Johansson Drapeau de la France Antoine « FaTC » Zadri Drapeau de la France Yoan « ToD » Merlo

2004[modifier | modifier le code]

Après le succès remporté par la première édition, le Futuroscope accueille la deuxième coupe du monde des jeux vidéo. L’espace alloué au tournoi est en revanche sans commune mesure avec l’édition précédente puisque la quasi intégralité du parc était désormais exploitée par l’événement.

La mise en place d’une grande scène extérieure se révéla nécessaire pour éviter la saturation des derniers jours où la foule est plus importante, des écrans furent installés afin que l’événement puissent être suivi assez facilement même si les spectateurs n’étaient pas présents sur le lieu de la compétition.

Au niveau des disciplines, Ligarena dut effectuer un certain nombre de choix, parfois originaux. Ainsi le tournoi Quake III Arena se déroule en duel comme auparavant, mais tous les matchs ne se jouent pas avec les mêmes joueurs. Ce sont des délégations nationales qui envoient à chaque match un joueur représenter leur équipe. Le format est en fait analogue à celui de la coupe Davis de tennis et inédit dans un tournoi de sport électronique.

Pendant de nombreux mois, le débat est houleux au sein de la communauté Counter-Strike, discipline reine de l’ESWC. La version 1.6 sortie en septembre 2003 ne satisfait pas une partie des joueurs et divise la communauté. Cette dernière version modifie en profondeur l’architecture du jeu ainsi que le gameplay. Plus qu’une simple mise à jour, il s’agit pour certain d’un nouveau jeu. C’est pourtant cette dernière version que Ligarena malgré les réticences de certains joueurs et le tournoi fut finalement un succès. Unreal Tournament 2004 succède, lui, naturellement à la version 2003.

Deux nouveaux jeux sont accueillis par l’ESWC. Le premier est Painkiller, un nouveau jeu de duel adopté par une partie de la communauté Quake et Unreal Tournament, également choisi par la Cyberathlete Professional League, organisation concurrente de l’ESWC. Le second est Pro Evolution Soccer 3, le premier jeu console de l’ESWC mais surtout un jeu inédit au sein des compétitions eSport. Il s’agit donc d’un risque que l’organisation a choisi de prendre en sélectionnant ce jeu.

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike (masculin) Drapeau du Danemark The Titans Drapeau de la Suède spiXel Drapeau de la Russie Virtus.pro Drapeau des États-Unis The Stomping Ground
Counter-Strike (féminin) Drapeau du Danemark All 4 One Drapeau du Brésil LadieS.AMD Drapeau de la République populaire de Chine New4.Eibo Drapeau de la Suède Les Seules
Painkiller Drapeau des Pays-Bas Sander « Vo0 » Kaasjager Drapeau de l'Italie Alessandro « Stermy » Avallone Drapeau de l'Allemagne Michael « Dr.Moerser » Froese Drapeau des États-Unis Johnathan « Fatal1ty » Wendel
Pro Evolution Soccer 4 Drapeau de la France Samad « Samsam » Baism Drapeau de l'Allemagne Marcel « Xside » Waulke Drapeau de la République populaire de Chine Chen Zhiliang Drapeau de la République populaire de Chine Wang Zaoxing
Quake III Arena Drapeau de la Suède Drapeau des États-Unis Drapeau de la Russie Drapeau de la Biélorussie
Unreal Tournament 2004 Drapeau de l'Allemagne Maurice « BurningDeath » Engelhardt Drapeau de l'Allemagne Christian « GitzZz » Hoeck Drapeau des Pays-Bas Laurens « Lauke » Pluijmakers Drapeau de l'Italie Nicola « Forest » Geretti
Warcraft III: The Frozen Throne Drapeau de la Corée du Sud Dae « FoV » Cho Drapeau de la Suède Fredrik « MaDFroG » Johansson Drapeau de la Suède Alborz « HeMaN » Haidarian Drapeau de la Corée du Sud Jung Hee « Sweet » Chun

2005[modifier | modifier le code]

L’ESWC, désormais plébiscitée par la communauté des joueurs et spectateurs, a déjà acquis en deux ans le statut de compétition incontournable. Délaissant le Futuroscope au profit de la coupe de France des jeux vidéo, l’organisation voit les choses en grand en élisant domicile au carrousel du Louvre, au cœur de Paris. Récompenses monétaires augmentées, nouveaux partenaires, lieu prestigieux et une scène de plus de mille places montée dans les souterrains du Louvre, l’ESWC semblait avoir tous les atouts en mains pour gagner encore en notoriété. En préparant l’édition 2005, Ligarena, désormais rebaptisé Games-Services, s’apprêtait cependant à prendre un énorme risque.

Counter-Strike est mondialement reconnu comme le jeu phare du sport électronique mais la sortie de Counter-Strike: Source en octobre 2004 a suscité un vif débat pendant de nombreux mois. Ce jeu devait-il succéder à la version 1.6 de Counter-Strike au sein des compétitions ? Games-Services juge que cette suite encore peu stable n’était pas prête pour l’exploitation e-sportive, c’est donc sur la version d’origine du jeu phare de Valve Corporation que l’ESWC tente de jeter tout son dévolu.

De l’autre côté de l’Atlantique, la Cyberathlete Professional League prépare la CPL Summer 2005, l’autre grande compétition du moment, et a décidé de se placer face à l’ESWC. L’organisation d’Angel Munoz a élu Counter-Strike: Source en tant que successeur et prévoit un tournoi doté de 100 000 $. De plus, la CPL a signé un partenariat avec Ritual Entertainment et possède désormais l’exclusivité de l’exploitation de Painkiller en compétition, privant l’ESWC de tournoi sur ce jeu. Pire encore, les dates de la CPL Summer 2005 coïncident parfaitement avec celles de l’ESWC 2005, privant les joueurs de la possibilité de participer aux deux compétitions. Les deux organisations étaient alors engagées dans une guerre dont le vainqueur serait celle qui réaliserait le plus bel événement.

À ce jeu, l’ESWC gagne. L’organisation bancale de la CPL décide de faire marche arrière pointant du doigt le manque d’inscriptions au tournoi Counter-Strike: Source. La baisse des dotations ainsi que l’organisation d’un tournoi Counter-Strike 1.6 montre que leur décision précédente n’était vraisemblablement pas viable. Ce demi-tour amorcé par la CPL intervient cependant assez tard pour que toutes les organisations mondiales aient les yeux rivés sur l’ESWC.

À nouveau, l’ESWC surprend en choisissant un jeu assez atypique : Gran Turismo 4, après avoir signé un partenariat avec Konami. Pro Evolution Soccer 4 succède logiquement à la version 3 en changeant de support au détriment de la PlayStation 2.

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike (masculin) Drapeau des États-Unis compLexity Drapeau du Danemark SK Gaming Drapeau de l'Allemagne mousesports Drapeau de la Corée du Sud Lunatic.hai
Counter-Strike (féminin) Drapeau des États-Unis Girls Got Game Drapeau du Brésil LadieS.AMD Drapeau de l'Espagne x6tence.AMD Drapeau de la France Beat off The Best
Gran Turismo 4 Drapeau de la France Pierre « Snake » Lenoir Drapeau de la France Arnaud « Lucky » Lacombe Drapeau de la France Thibault « Carter » Lacombe Drapeau de la France Jean-Philippe « Phenicks » Lacombe
Pro Evolution Soccer 4 Drapeau de l'Arabie saoudite Badr « ArabianJoker » Hakeem Drapeau de la France Mike Moreton Drapeau de l'Espagne Raúl « Legre » Alegre Drapeau de la République populaire de Chine Zhao Hang
Quake III Arena Drapeau de la Russie Anton « Cooller » Singov Drapeau des États-Unis Paul « czm » Nelson Drapeau de la Suède Magnus « fojji » Olsson Drapeau des États-Unis Jason « Socrates » Sylka
Unreal Tournament 2004 Drapeau de la France Michael « Winz » Bignet Drapeau de l'Autriche Markus « Falcon » Holzer Drapeau des Pays-Bas Laurens « Lauke » Pluijmakers Drapeau de l'Italie Michele « DevilMC » Esposito
Warcraft III: The Frozen Throne Drapeau des Pays-Bas Manuel « Grubby » Schenkhuizen Drapeau de la Russie Andrey « Deadman » Sobolev Drapeau de la Corée du Sud Seo Woo « ReiGn » Kang Drapeau de la République populaire de Chine Xiaofeng « Sky » Li

Note : L’équipe danoise Counter-Strike SK Gaming correspond à l’équipe The Titans en raison d’un transfert d’équipe pendant la saison 2004-2005.

2006[modifier | modifier le code]

ESWC 2006

Après le succès indéniable de l’édition 2005 et la visibilité que l’événement a offert au grand public, l’ESWC devient la compétition de référence. Peu après l’ESWC 2005, l’équipe organisatrice dissout Ligarena pour créer l’entreprise Games-Services et ainsi entrer en bourse. De nombreux changements sont attendus pour l’édition 2006 et annonces après annonces, les éléments sur le lieu et les disciplines sont révélés.

Le 5 octobre 2005, Games-Services annonce que l’ESWC 2006 aura lieu au palais omnisports de Paris-Bercy. Il était initialement annoncé que deux salles souterraines seraient utilisées et pas la salle centrale. À la suite de ce communiqué, NetG radio interviewe Matthieu Dallon qui révèle avoir des vues sur l’Asie et s’accorde trois ans pour créer un événement en Chine.

Le 30 novembre 2005, l’émission PlanetG sur NetG Radio était entièrement consacrée à l’ESWC puisque toute l’équipe de Games-Services était invitée sur le plateau. Les disciplines était révélées une à une durant l’émission et si l’on retrouvait sans surprise toutes les disciplines de 2005 (avec Pro Evolution Soccer 5 et Quake 4, cependant), un nouveau jeu faisait son apparition. Pendant l'été, Games-Services s'est accordé avec le studio français Nadeo (développeur de la série TrackMania et Virtual Skipper) afin de créer un jeu gratuit spécialement conçu pour la compétition. TrackMania Nations ESWC est né et remporte un immense succès auprès du grand public. De plus, désormais, toutes les disciplines sont considérées comme officielle et il n’y aura plus d’« exhibition ».

Finalement, Games-Services publie en février 2010 une série de rendus 3D montrant la grande scène du palais omnisports de Paris-Bercy aménagée pour l’ESWC, signe que les compétitions se dérouleront dans ce grand espace.

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike (masculin) Drapeau du Brésil Made in Brazil Drapeau de la Suède fnatic Drapeau de l'Allemagne ALTERNATE aTTaX Drapeau des États-Unis Team 3D
Counter-Strike (féminin) Drapeau de la France Beat off The Best Drapeau de la Suède Les Seules Drapeau de la République populaire de Chine Hacker.Victory Drapeau des États-Unis SK Gaming
Gran Turismo 4 Drapeau de la France Pierre « Snake » Lenoir Drapeau de la France Arnaud « Lucky » Lacombe Drapeau de la France Thibault « Carter » Lacombe Drapeau de l'Australie Daniel « HOLL01 » Holland
Pro Evolution Soccer 5 Drapeau de la France Bruce « Spank » Grannec Drapeau de la France Mustafa « Myto » Menadi Drapeau de la Belgique Yasin « Jinxy » Koroglu Drapeau de la République populaire de Chine Song Xianzhi
Quake 4 Drapeau de la France Michael « Winz » Bignet Drapeau de la Biélorussie Alexei « Cypher » Yanushevsky Drapeau des Pays-Bas Ivo « Forever » Lindhout Drapeau de la Russie Anton « Cooller » Singov
TrackMania Nations ESWC Drapeau de la France Dorian « Carl » Vallet Drapeau de l'Autriche Manuel « Baiy000r » Baier Drapeau de l'Allemagne Pascal « gaLLo » Jager Drapeau de la France Adrien « Dridrione » Auxent
Warcraft III: The Frozen Throne Drapeau de la Corée du Sud Jae Wook « Lucifer » Noh Drapeau de la Croatie Ivica « Zeus » Markovic Drapeau de la République populaire de Chine Xiaofeng « Sky » Li Drapeau de la Bulgarie Zdravko « Insomnia » Georgiev

Note : l’équipe féminine américaine Counter-Strike SK Gaming correspond à l’équipe Girls Got Game en raison d’un transfert d’équipe pendant la saison 2005-2006.

2007[modifier | modifier le code]

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike (masculin) Drapeau de la Pologne PGS Gaming PokerStrategy Drapeau du Danemark NoA Drapeau de la Suède fnatic Drapeau du Brésil Made in Brazil
Counter-Strike (féminin) Drapeau des États-Unis SK Gaming Drapeau de la République populaire de Chine Ehonor Drapeau de la France Be The Best Drapeau de la Suède unFinished
Pro Evolution Soccer 6 Drapeau de l'Allemagne Sven « S-Butcher » Wehmeier Drapeau de la France Bruce « Spank » Grannec Drapeau de l'Allemagne Mike « El Matador » Linden Drapeau du Portugal Almeida « Bubaloo » Jorge
Quake 4 Drapeau de la Pologne Maciej « av3k » Krzykowski Drapeau de la Russie Anton « Cooller » Singov Drapeau de la France Michael « Winz » Bignet Drapeau de la Suède Mikael « pURRi » Tarvainen
TrackMania Nations ESWC Drapeau des Pays-Bas Freek « XeNoGeaR » Molema Drapeau de la France Dorian « Carl » Vallet Drapeau de la France Simon « Lign » Ferreira Drapeau de la France Charles « Selrahc » Devillard
Warcraft III: The Frozen Throne Drapeau de la Corée du Sud Lee Sung « SoJu » Duk Drapeau de la Norvège Olav « Creolophus » Undheim Drapeau des Pays-Bas Manuel « Grubby » Schenkhuizen Drapeau de la Corée du Sud June « Lyn » Park

Note : l’équipe féminine française Counter-Strike Be The Best correspond à l’équipe Beat off The Best en raison d’un changement de nom pendant la saison 2006-2007.

2008[modifier | modifier le code]

Masters de Paris[modifier | modifier le code]

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike (masculin) Drapeau du Danemark mTw Drapeau de la Suède fnatic Drapeau de l'Allemagne mousesports Drapeau de la Finlande Roccat
Counter-Strike (féminin) Drapeau de la Suède MeetYourMakers Drapeau des États-Unis SK Gaming Drapeau de la France emuLate! Drapeau de la Russie forZe
Defense of the Ancients Drapeau de l'Allemagne SK Gaming Drapeau : Roumanie The Elder Gods Drapeau des États-Unis Team EG Drapeau du Danemark MeetYourMakers
Quake III Arena Drapeau de la Biélorussie Alexei « Cypher » Yanushevsky Drapeau de la Suède Magnus « fojji » Olsson Drapeau de la Pologne Maciej « av3k » Krzykowski Drapeau de la République populaire de Chine Fan « Jibo » Zhibo
TrackMania Nations Forever Drapeau de la France Simon « Lign » Ferreira Drapeau des Pays-Bas Freek « XeNoGeaR » Molema Drapeau de la Suède Kalle « Frostbeule » Videkull Drapeau du Portugal Pedro « Moriah » Barbosa
Warcraft III: The Frozen Throne Drapeau de la Corée du Sud Jae Ho « Moon » Jang Drapeau de la République populaire de Chine Xiaofeng « Sky » Li Drapeau de la France Yoan « ToD » Merlo Drapeau de la Corée du Sud Du Seop « WhO » Chang

Note :

  • l’équipe danoise Counter-Strike mTw correspond à l’équipe NoA en raison d’un transfert d’équipe pendant la saison 2007-2008 ;
  • l’équipe féminine suédoise Counter-Strike MeetYourMakers correspond à l’équipe Les Seules en raison d’un transfert d’équipe pendant la saison 2007-2008 ;
  • l’équipe féminine française Counter-Strike emuLate! correspond à l’équipe Be The Best en raison d’un transfert d’équipe pendant la saison 2007-2008.

Grande finale[modifier | modifier le code]

  • Date : du 25 au 27 août 2008
  • Lieu : Convention Center, San José, Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Total des récompenses : 200 000 $
Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike (masculin) Drapeau de la Pologne MeetYourMakers Drapeau de la Corée du Sud eSTRO Drapeau de la Suède fnatic Drapeau de l'Allemagne mousesports
Counter-Strike (féminin) Drapeau des États-Unis SK Gaming Drapeau de la France emuLate! Drapeau de la République populaire de Chine Ehonor Drapeau de la Suède MeetYourMakers
Defense of the Ancients Drapeau de Singapour zENith Drapeau de la Malaisie Kingsurf Drapeau du Danemark MeetYourMakers Drapeau des États-Unis Team EG
Quake III Arena Drapeau de la Biélorussie Alexei « Cypher » Yanushevsky Drapeau de l'Allemagne Marcel « k1llsen » Paul Drapeau des États-Unis Shane « rapha » Hendrixson Drapeau de la République populaire de Chine Fan « Jibo » Zhibo
TrackMania Nations Forever Drapeau de la Suède Kalle « Frostbeule » Videkull Drapeau des Pays-Bas Freek « XeNoGeaR » Molema Drapeau de la France Simon « Lign » Ferreira Drapeau de la France Dorian « Carl » Vallet
Warcraft III: The Frozen Throne Drapeau de la Corée du Sud Du Seop « WhO » Chang Drapeau de la République populaire de Chine Xiaofeng « Sky » Li Drapeau de la République populaire de Chine Zhuo « Ted » Zeng Drapeau de la Corée du Sud Seo Woo « ReiGn » Kang

Note : l’équipe polonaise Counter-Strike MeetYourMakers correspond à l’équipe PGS Gaming PokerStrategy en raison d’un transfert d’équipe durant la saison 2007-2008.

2009[modifier | modifier le code]

Masters d’Athènes[modifier | modifier le code]

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Quake III Arena Drapeau des États-Unis Shane « rapha » Hendrixson Drapeau de la Suède Sebastian « Spart1e » Siira Drapeau de la Pologne Maciej « av3k » Krzykowski Drapeau de la Biélorussie Alexei « Cypher » Yanushevsky
Warcraft III: The Frozen Throne Drapeau de la Corée du Sud June « Lyn » Park Drapeau de la Corée du Sud Jae Ho « Moon » Jang Drapeau de la France Yoan « ToD » Merlo Drapeau de la Corée du Sud Du Seop « WhO » Chang

Masters de Cheonan[modifier | modifier le code]

2010[modifier | modifier le code]

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike (masculin) Drapeau de l'Ukraine Na'Vi Drapeau de la Suède SK Gaming Drapeau du Danemark mTw Drapeau de la Pologne Frag-eXecutors
Counter-Strike (féminin) Drapeau des États-Unis SK Gaming Drapeau de la Suède fnatic Drapeau de la France Millenium Drapeau de la Russie mousesports
Defense of the Ancients Drapeau de la République populaire de Chine Ehome Drapeau de la Russie DTS-Gaming Drapeau du Danemark MeetYourMakers Drapeau des États-Unis Nirvana International
FIFA 10 Drapeau de la France Anas « Astank » Sofi Drapeau du Brésil Sergio Pires Drapeau du Mexique Andrei Jordan Torres Drapeau du Portugal Francesco « Quinzas » Cruz
Guitar Hero 5 Drapeau de la France Banobi Drapeau du Brésil LuckySonic Drapeau des États-Unis Smokyprogg Drapeau de la Corée du Sud TestTeam
Need for Speed: Shift Drapeau des Pays-Bas Steffan Amende Drapeau de l'Allemagne Danny « HuSKy » Engels Drapeau de l'Allemagne Niklas « Sliver » Timmermann Drapeau de la Pologne Lukasz « lecho » Lesniewski
Quake Live Drapeau des États-Unis Shane « rapha » Hendrixson Drapeau de la Pologne Maciej « av3k » Krzykowski Drapeau de la Russie Anton « Cooller » Singov Drapeau des États-Unis Tim « DaHanG » Fogarty
Super Street Fighter IV Drapeau des États-Unis Justin Wong Drapeau des États-Unis Martin « MaRN » Phan Drapeau de la France Olivier « Luffy » Hay Drapeau de la Corée du Sud Sun Woo « infiltration » Lee
TrackMania Nations Forever Drapeau de la Norvège Fredrik « Bergie » Bergmann Drapeau du Portugal Pedro « Moriah » Barbosa Drapeau de la France Yoann « YoYo » Cook Drapeau de la France Dorian « Carl » Vallet
Warcraft III: The Frozen Throne Drapeau de la Corée du Sud June « Lyn » Park Drapeau de la Corée du Sud Jae Ho « Moon » Jang Drapeau de la Corée du Sud Sung Sik « ReMinD » Kim Drapeau de la Russie Dmitriy « Happy » Kostin

Note :

  • l’équipe polonaise Counter-Strike Frag-eXecutors correspond à l’équipe MeetYourMakers en raison d’un transfert d’équipe avant l’ESWC 2010 ;
  • l’équipe féminine suédoise Counter-Strike fnatic correspond à l’équipe MeetYourMakers en raison d’un transfert d’équipe avant l’ESWC 2010 ;
  • l’équipe féminine française Counter-Strike Millenium correspond à l’équipe emuLate! en raison d’un transfert d’équipe avant l’ESWC 2010.

2011[modifier | modifier le code]

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike (masculin) Drapeau de la Suède SK Gaming Drapeau de l'Ukraine Na'Vi Drapeau de l'Allemagne Mousesports Drapeau de la Pologne AGAIN!
Counter-Strike (féminin) Drapeau des États-Unis UBINITED Drapeau de la France Millenium Drapeau de la Russie Moscow Five Female Drapeau du Brésil Gamerhouse.Girl
Counter-Strike: Source Drapeau de la France VeryGames Drapeau du Danemark CKRAS Drapeau des États-Unis Check-six Drapeau du Canada Dynamic
Dota 2 Drapeau de l'Ukraine Na'Vi Drapeau de la République populaire de Chine Ehome Drapeau : Serbie GamersLeague Drapeau du Danemark Monkeybusiness
FIFA 11 Drapeau de la France Adrien « Aquino » Viaud Drapeau de l'Espagne Rafael « Ralfitita » Riobó Drapeau du Portugal Francisco « Quinzas » Cruz Drapeau des Pays-Bas Koen « k0entj92 » Weijland
StarCraft II: Wings of Liberty Drapeau de la France Ilyes « Stephano » Satouri Drapeau de la Pologne Grzegorz « MaNa » Komincz Drapeau de la Corée du Sud Jung Hoon « MarineKing » Lee Drapeau des Pays-Bas Manuel « Grubby » Schenkhuizen
TrackMania Nations ESWC Drapeau de la Slovaquie Erik « hakkiJunior » Leštach Drapeau de la Slovaquie Marek « tween » Pacher Drapeau de la France Yoann « YoYo » Cook Drapeau des Pays-Bas Tim « Spam » Lunenburg

2012[modifier | modifier le code]

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Counter-Strike: Global Offensive (masculin) Drapeau de la Suède Ninjas in Pyjamas Drapeau de la France Team VeryGames Drapeau des États-Unis Area 51 Drapeau de l'Allemagne n!faculty
Counter-Strike: Global Offensive (féminin) Drapeau des États-Unis UBINITED Drapeau de l'Allemagne Team ALTERNATE Drapeau du Royaume-Uni Reason Gaming Drapeau de la France Imaginary Gaming
Dota 2 Drapeau de l'Ukraine Natus Vincere Drapeau des États-Unis Team Dignitas Drapeau de la France Shiba Gaming Drapeau de la France Imaginary Gaming
FIFA 13 Drapeau de la France Bruce « Spank » Grannec Drapeau : Roumanie Ovidiu « Ovvy » Patrascu Drapeau de la France Julien « Juliianooo » Dassonville Drapeau de l'Arabie saoudite Abdulaziz « Alshehri » Alshehri
ShootMania Storm Drapeau de la France Colwn Drapeau des Pays-Bas Eclypsia Drapeau de l'Allemagne GamersLeague Drapeau de la France 287
StarCraft II: Wings of Liberty Drapeau de la Pologne Grzegorz « MaNa » Komincz Drapeau de la Corée du Sud Park « fOrGG » Ji Soo Drapeau de la France Ilyes « Stephano » Satouri Drapeau de la France Grégory « NeOAnGeL » Ferte
Tekken Tag Tournament 2 Drapeau de la Corée du Sud Bae « Knee » Jae Min Drapeau de la Corée du Sud Park « Nin » Hyun Kyu Drapeau de Singapour Leonard « lion art » Y.H Drapeau du Royaume-Uni Eze « StarScream » Izundu
TrackMania 2: Canyon Drapeau de la Finlande Kasperi « klovni » Aaltonen Drapeau de l'Allemagne Florian « oNio » Roschu Drapeau de la France Ludovic « Ludo » Marquet Drapeau de la France Côme « Cocow » Marquet
TrackMania Nations Forever Drapeau des Pays-Bas Tim « Spam » Lunenburg Drapeau de la Slovénie Marek « Tween » Pacher Drapeau du Canada Carl-Antoni « CarlJr » Cloutier Drapeau de la France Adrien « Ned » Le Berre

2013[modifier | modifier le code]

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Call of Duty: Black Ops II Drapeau des États-Unis compLexity Drapeau de la France Millenium Drapeau du Royaume-Uni Epsilon Drapeau du Royaume-Uni Infused
Counter-Strike: Global Offensive (masculin) Drapeau de la France Clan-Mystik Drapeau de la France VeryGames Drapeau de l'Ukraine Astana Dragons Drapeau de la Suède Ninjas in Pyjamas
Counter-Strike: Global Offensive (féminin) Drapeau de la Suède Druidz Drapeau de l'Allemagne Alternate Drapeau de la France Mistral Gaming Drapeau des États-Unis Ubinited
Dota 2 Drapeau de la Russie Team Empire Drapeau des États-Unis Evil Geniuses Drapeau de la France Sigmat.int Drapeau de la Suède 4FC
FIFA 14 Drapeau de la France Vinch Drapeau de la Russie Ufenok77 Drapeau de la Suède BorasLegend Drapeau des Pays-Bas azzurra
ShootMania Storm Drapeau de la France Against All Authority Drapeau de la Suède Lemondogs Drapeau de la France Pyro|Gen Drapeau des Pays-Bas Fnatic
TrackMania 2: Stadium Drapeau du Canada Carl Jr. Drapeau de l'Allemagne TaLa Drapeau des Pays-Bas Koenz Drapeau de la Norvège Bergie

2014[modifier | modifier le code]

Résultats
médaille d'or médaille d'argent médaille de bronze 4e place
Call of Duty: Ghosts Drapeau des États-Unis Evil Geniuses Drapeau du Royaume-Uni TCM Gaming Drapeau de la France Ascentia Gaming Drapeau de la France Team Vitality
Counter-Strike: Global Offensive (mixte) Drapeau de la Suède Fnatic Drapeau de la France Team LDLC Drapeau de la Pologne Virtus Pro Drapeau de l'Ukraine Natus Vincerre
Counter-Strike: Global Offensive (féminin) Drapeau de la France 3DMax Drapeau des États-Unis TeamKarma Drapeau de la Suède BadMonkey Gaming Drapeau de la France Reason Gaming
FIFA 14 Drapeau de l'Iran Navid « AdamanT » Borhani Drapeau du Royaume-Uni Sean Allen Drapeau de la France Benfreha « neyo67 » Hicham Drapeau de la Suède Ivan « Boraslegend » Lapanje
Just Dance 2015 Drapeau du Brésil Diego Drapeau du Brésil Tulio Drapeau de la France Dina Drapeau du Brésil Jaeder
ShootMania Storm Drapeau de la France Aera eSport Drapeau de la France Against All Authority Drapeau de la Suède Awsomniac Drapeau du Royaume-Uni FM eSports
TrackMania 2: Stadium Drapeau du Canada Carl Jr. Drapeau de la Slovénie Tween Drapeau de la France YoYo Drapeau du Luxembourg Spam

Palmarès des nations[modifier | modifier le code]

Nations Titres CS CSW CSS* WC* DOTA Q* TM NFS* SF FIFA GH* UT* PES* PK* GT* SMS
Drapeau de la France France 13 1 1 1 1 3 1 1 2 2 2
Drapeau des États-Unis États-Unis 7 1 4 1 1
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 5 5
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 4 1 2 1
Drapeau de la Suède Suède 5 2 1 1 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 4 1 1 1 1
Drapeau de la Pologne Pologne 3 2 1
Drapeau de la Russie Russie 2 2
Drapeau du Danemark Danemark 3 2 1
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 1 1
Drapeau du Brésil Brésil 1 1
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie 1 1
Drapeau de Singapour Singapour 1 1
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 1 1
Drapeau de la Norvège Norvège 1 1
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1 1

Les jeux marqués d’un astérisque « * » ne sont aujourd’hui plus joués à l’ESWC.

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Place Nation médaille d'or, monde médaille d'argent, monde médaille de bronze, monde Total
1 Drapeau de la France France 12 7 11 30
2 Drapeau des États-Unis États-Unis 7 5 3 15
3 Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 5 2 2 9
4 Drapeau de la Suède Suède 4 10 4 18
5 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 4 4 7 15
6 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 4 1 4 9
7 Drapeau de la Pologne Pologne 3 1 0 4
8 Drapeau de la Russie Russie 2 3 4 9
9 Drapeau du Danemark Danemark 2 2 4 8
10 Drapeau du Brésil Brésil 1 4 0 5
11 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1 2 6 9
12 Drapeau de la Biélorussie Biélorussie 1 1 0 2
12 Drapeau de la Norvège Norvège 1 1 0 2
14 Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 1 0 0 1
14 Drapeau de Singapour Singapour 1 0 0 1
14 Drapeau de l'Ukraine Ukraine 1 0 0 1
17 Drapeau de l'Autriche Autriche 0 2 0 2
18 Drapeau de l'Italie Italie 0 1 0 1
18 Drapeau de la Croatie Croatie 0 1 0 1
18 Drapeau de la Malaisie Malaisie 0 1 0 1
18 Drapeau du Portugal Portugal 0 1 0 1
22 Drapeau de l'Espagne Espagne 0 0 2 2
23 Drapeau de la Belgique Belgique 0 0 1 1
23 Drapeau du Mexique Mexique 0 0 1 1

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statut relatif étant donné qu'il existe plusieurs compétitions mondiales organisées par différentes sociétés, telles que les WCG, qui revendiquent également cette légitimité.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « C'est officiel, un français rachète l’ESWC pour 50 000 € »,‎ 7 août 2009 (consulté le 31 octobre 2013)
  2. « Trackmania Nations : le Trophée FNAC », sur Jeuxvideo.com,‎ 10 avril 2006 (consulté le 31 octobre 2013)
  3. « NiP, Les Seules et H2k à Paris », sur Against All Authority,‎ 29 juin 2007 (consulté le 31 octobre 2013)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Historique des Finales Mondiales » (consulté le 31 octobre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]