Cyberknife

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le système de radiochirurgie robotisée CyberKnife (CyberKnife Robotic Radiosurgery System), commercialisé par la société Accuray, permet de traiter des tumeurs, cancéreuses ou non, dans tout le corps, notamment du cerveau, du rachis, du poumon, de la prostate, du foie et du pancréas. Le traitement consiste en l'administration à la tumeur d'une dose élevée de rayons sous forme de faisceaux avec une grande précision.

Principe de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la radiothérapie oncologique, le système de radiochirurgie robotisée CyberKnife (CyberKnife Robotic Radiosurgery System) est un système de radiochirurgie.

Historique[modifier | modifier le code]

CyberKnifeSchematic2.gif

L'histoire d'Accuray commence en 1987 lorsque John R. Adler (en), professeur de neurochirurgie et de radiothérapie au centre médical de l'université de Stanford, met au point le système CyberKnife après une collaboration en Suède avec Lars Leksell, le fondateur de la radiochirurgie[1]. Ce concept visait un objectif allant au-delà de la pratique de la radiochirurgie de l'époque, qui se limitait au traitement des tumeurs intracrâniennes.

Après avoir mis au point le système CyberKnife, le professeur Adler, assisté par une équipe de Stanford, s'est rapproché d’un fabricant d'accélérateurs linéaires pour fonder Accuray Incorporated en 1990. Homologué par la FDA pour le traitement des tumeurs de la tête, du cou et de la partie supérieure de la colonne vertébrale en 1999, le système CyberKnife a été le premier et le seul système de radiochirurgie commercialisé à associer guidage par imagerie et robotique assistée par ordinateur [2].

En 2001, Accuray a reçu le feu vert de la FDA pour apporter des améliorations au système CyberKnife pour le traitement des tumeurs partout dans le corps[3]. Contrairement aux systèmes de radiochirurgie conventionnels, capables de traiter uniquement les tumeurs de la tête et du cou, le système CyberKnife a été homologué pour le traitement des tumeurs intra- et extracrâniennes. De plus, le système CyberKnife ne nécessite l'utilisation d'aucun cadre stéréotaxique[Quoi ?] invasif pour stabiliser les mouvements du patient.

Accuray a installé 244 systèmes CyberKnife dans le monde et un grand nombre d'articles scientifiques[4] soutiennent son utilisation clinique.

Il est vendu par la société Accuray, sise à Sunnyvale, en Californie.

Le CyberKnife en Europe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adler JR Jr, Chang Sd, Murphy Mj, Doty J, Geis P, Hancock Sl, « The Cyberknife: a frameless robotic system for radiosurgery », Stereotactic and functional neurosurgery, vol. 69, no 1-4 Pt 2,‎ 1997, p. 124 (ISSN 1011-6125, lire en ligne)
  2. (en) Schweikard A, Glosser G, Bodduluri M, Murphy MJ, Adler JR, « Robotic motion compensation for respiratory movement during radiosurgery », Comput Aided Surg, vol. 5, no 4,‎ 2000, p. 263-77. (PMID 11029159) modifier
  3. (en) Premarket Notification 510(k) Summary échangé avec la FDA en août 2001, consulté en ligne le 27 mars 2012.
  4. Bibliographie réunie par Google Scholar.
  5. Centre Antoine Lacassagne
  6. Centre Oscar-Lambret
  7. a et b (envoyée spéciale), « Cyberknife® : quand la radiothérapie respire avec le patient », destinationsante.com,‎ 23 novembre 2010 (lire en ligne)
  8. a et b http://www.rtbf.be/info/regions/liege/un-robot-pour-traiter-les-cancers-en-deca-du-millimetre-225663
  9. « Inauguration du système de radiothérapie stéréotaxique CyberKnife® au centre François Baclesse de Caen », sur www.unicancer.fr,‎ 20 mars 2012 (consulté le 13 août 2013)
  10. « Cancer. Rennes se dote d'un robot Cyberknife très doué », sur www.ouest-france.fr