Coutarnoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coutarnoux
Maison des Goix
Maison des Goix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton L'Isle-sur-Serein
Intercommunalité CC du Serein
Maire
Mandat
Pierre-Charles Capo
2014-2020
Code postal 89440
Code commune 89128
Démographie
Population
municipale
113 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 15″ N 3° 57′ 56″ E / 47.5875, 3.9655555555647° 35′ 15″ Nord 3° 57′ 56″ Est / 47.5875, 3.96555555556  
Altitude Min. 214 m – Max. 332 m
Superficie 8,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coutarnoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coutarnoux

Coutarnoux est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Coutarnoux est située dans la vallée du Serein, à 4 km de son chef-lieu, L'Isle-sur-Serein.

Ses habitants sont appelés les Arnulphiens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Massangis Rose des vents
Joux-la-Ville N Dissangis
O    Coutarnoux    E
S
Sainte-Colombe

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Coutarnoux est citée en 1188 sous le nom latin Curtis Arnulphi, c'est « ferme d'un homme avec le nom germanique Arn-wulf ».

Elle est donnée par Charles Martel à l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre en 735, qui l'aliéna en 1741. Le territoire est divisé en quatre fiefs au Moyen Âge. La forêt d'Hervaux était domaine royal sous les Carolingiens et appartenait aux seigneurs de l'Isle au Moyen Âge.

Le village était entouré par une muraille défensive dont il reste encore quelques traces, notamment du côté du couchant.

On retrouve sur plusieurs tombes de l'église le nom des Sainte-Maure, famille d'ancienne noblesse, dont une branche était établie sur les terres de Coutarnoux, Sainte Colombe, Provency et Dissangis.

Exploitées depuis le XIIe siècle, les carrières de Champ Retard et de Crot-Rateau ont servi à approvisionner les pierres du Pont Neuf à Paris et du Château de Versailles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2003 en cours Pierre-Charles Capo[1] UMP  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 113 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
361 369 353 307 395 409 421 363 354
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
312 319 312 321 315 300 277 272 220
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
230 221 199 173 156 153 137 133 139
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
108 110 91 85 99 98 100 101 113
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin (XVIe siècle) : l'église est édifiée en 1522. La chapelle des Goix, construite par la famille des Goix, est dès l'origine couverte d'une voûte en croisée d'ogives. Le chevet plat du chœur, avec sa baie de style gothique flamboyant, est dû aux Sainte-Maure d'Origny, famille noble qui possédait des terres aux environs de Coutarnoux. Les habitants de Coutarnoux construisent la tour-clocher et la nef, alors couverte d'un plafond de poutres et planches.
Au XIXe siècle, d'importantes transformations sont opérées : la nef est couverte d'une voûte de pierre en croisée d'ogives, sur le modèle de la chapelle des Goix. Des piliers de style toscan soutiennent cette voûte, tandis qu'à l'extérieur d'épais contreforts renforcent les murs. Le clocher est surélevé de 6 mètres et doté d'une flèche élancée à quatre clochetons.
  • Le portail à moulures gothiques (XVIe siècle) de l'ancien prieuré est encore visible avec une partie du mur d'enceinte, des restes de tours rondes et d'arcades, et quelques vestiges de la chapelle.
  • Vestiges de l'enceinte du village.
  • La Maison des Goix
Article détaillé : Maison des Goix.
Construit au XVe siècle, cet ancien manoir des procureurs fiscaux de la seigneurie de l'Isle, entièrement restauré et classé Monument historique, est habité par un particulier.
  • Calvaire du XVIe siècle dit la Belle-Croix-des-Goix ou croix de Sainte-Langueur. Il faisait autrefois l'objet d'un pèlerinage renommé. Détruit à la Révolution, certains de ses restes ont été réemployés dans un mur de clôture. 7 des 21 statues que comptait ce calvaire ont été retrouvées, 5 restaurées sont placées dans la chapelle des Goix.
  • Fontaine à voûte ogivale du XIIIe siècle.
  • Un colombier carré entièrement restauré et privé, est visible

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • La commune de Coutarnoux possède de vastes forêts parsemées de nombreux gouffres géologiques.
  • Les carrières de pierre de Champ-Retard qui sont exploitées depuis le XIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Victor Petit, Description des villes et campagnes du département de l'Yonne, Avallon, Voillot, 1870
  • Maximilien Quantin, Histoire de l'Yonne, 1868 ; réédité en 1991 par Res Universis
  • Ernest Petit, Avallon et l'Avallonnais - Etude historique, 1867 ; réédité en 1992 par la librairie Voillot, Avallon
  • Abbé Tissier, Coutarnoux, librairie Voillot, Avallon

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 17 décembre 2013.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011