Comte de Kergarouët

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Comte de Kergarouët
Personnage de fiction apparaissant dans
La Comédie humaine

Image illustrative de l'article Comte de Kergarouët

Alias Amiral de Kergarouët
Sexe Masculin
Caractéristique(s) une des plus vieilles familles de Bretagne
Famille Émilie de Fontaine, sa nièce, puis sa femme, Savinien de Portenduère, son petit neveu, Ursule Mirouët, sa petite-nièce épouse de son petit neveu Savinien
Entourage la baronne de Rouville, le chevalier du Halga, Hippolyte Schinner, Adélaïde de Rouville, Jean-Esther van Gobseck, Maximilien de Longueville

Créé par Honoré de Balzac
Roman(s) Une fille d'Ève, Le Bal de Sceaux

Le Comte de Kergarouët est un personnage de la Comédie humaine d’Honoré de Balzac.

Généreux, bon vivant, il sait faire preuve de courage dans les batailles et de délicatesse dans les rapports humains. C'est un exemplaire unique car il est à la fois lucide sur l'humanité, et malgré tout bienveillant.

Né en 1753, il a soixante-quatorze ans dans Le Bal de Sceaux où sa nièce Émilie de Fontaine refuse tout parti qui ne serait pas pair de France. Le vieil oncle la taquine tout en lui contant pour la énième fois ses exploits de marin sur la Belle Poule.

Le comte de Kergarouët a en effet un passé glorieux sur les mers, aux commandes de cette Belle Poule où il a été amiral. Son premier mariage avec une demoiselle Kergarouët sans fortune et de caractère aigre a été un calvaire. Il a participé à la première expédition de Suffren et à la bataille d'Aboukir.

Aux Indes, il a rencontré Jean-Esther van Gobseck, épisode qu'il rappelle dans Gobseck

Veuf en 1794 (sa femme est morte en Russie, il y fait allusion dans La Bourse), il va jouer au piquet, chaque soir, avec le chevalier d'Halga chez Madame de Rouville, veuve d'un de ses anciens officiers, et dont elle n'arrive pas à obtenir une pension. Le Comte de Kergarouët et son ami font exprès de perdre de l'argent pour aider cette femme délicate et sa fille Adélaïde. (La Bourse )

C'est là qu'il rencontre Hippolyte Schinner et qu'il flaire entre les deux jeunes gens (Adélaïde et Hippolyte) un tendre sentiment. Il protège de son mieux Adélaïde de Rouville lorsque celle-ci devient la femme d'Hippolyte. Il fait obtenir au jeune peintre la restauration du château de Monsieur de Sérisy à Arpajon en 1821 dans Un début dans la vie.

Ses rentes augmentent à la suite d'une nouvelle loi, il est fait pair de France et nargue sa nièce Émilie n'a toujours pas trouvé d'époux selon le rang qu'elle souhaite. Elle a été très déçue de découvrir son cher Maximilien de Longueville dans une boutique de la rue du Sentier où il vend du tissu.

Finalement, en 1827, Kergarouët épouse sa nièce sans trop se faire d'illusions sur elle. En 1829, il aide son petit neveu Savinien de Portenduère à entrer dans la marine (Ursule Mirouët). Il meurt en 1835.

Le Comte de Kergarouët est également cité dans:

Pour les références voir :