Codex Atlanticus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Codex Atlanticus

Le Codex Atlanticus ou Codice Atlantico est un recueil de dessins et de notes de Léonard de Vinci conservé à la Bibliothèque Ambrosienne de Milan. Les dessins ont été collés et rassemblés sur de grands feuillets, après sa mort, par le sculpteur Pompeo Leoni. On lui donna le nom de Codex Atlanticus à cause de son grand format (64,5 × 43,5 cm) rappelant celui des atlas. Le Codex Atlanticus couvre une longue période de la vie de Léonard de Vinci, de 1478 (des feuillets dans lesquels il cite son oncle, Francesco d’Antonio) à 1518 (ses projets pour la construction d’un Palais royal à Romorantin).

Histoire[modifier | modifier le code]

La plupart des dessins et des manuscrits de Léonard de Vinci furent conservés par son élève Francesco Melzi. À sa mort, son fils Orazio Melzi les dispersa. Il donna en 1589 les manuscrits et les dessins qui restaient en sa possession au sculpteur Pompeo Leoni. Celui-ci décida de regrouper certains des dessins de Léonard de Vinci en deux recueils distincts. Le premier, intitulé Disegni di Machine e delle Arti Secreti et Altre Cose di Leonardo da Vinci Racolti da Pompeo Leoni devait regrouper les dessins scientifiques et techniques. Il est connu aujourd'hui sous le nom de Codex Atlanticus. Le second intitulé Disegni di Leonardo da Vinci restaurati da Pompeo Leoni devait regrouper les dessins de botanique et d'anatomie. Ce second recueil entra plus tard dans les collections royales de Windsor. Il fut défait et les dessins montés séparément. À la mort de Pompeo Leoni, ses biens échurent à sa fille, Vittoria. Le mari de celle-ci, Polidoro Calchi vendit le Codex Atlanticus au comte Galeazza Arconati qui en fit don à la Bibliothèque Ambrosienne en 1636.

Le Codex Atlanticus fit partie des manuscrits réquisitionnés par les troupes françaises le 7 Nivôse An IV (1796) et transférés à Paris. Il fut conservé à la Bibliothèque Nationale jusqu'à la chute de Napoléon 1er en 1815. De tous les manuscrits de Léonard de Vinci dérobés par les troupes napoléoniennes, le Codex Atlanticus fut le seul à être restitué à la Bibliothèque Ambrosienne. Les autres restèrent à l'Institut de France (manuscrits A, B, C, D, E, F, G, H, I, K, L, M, N). Entre 1962 et 1970, le Codex Atlanticus fut restauré par le Laboratorio di Restauro de l'abbaye Santa Maria de Grottaferrata.

Giovanni Piumati publia la première édition en fac-similé du Codex Atlanticus entre 1894 et 1904[1].

Le Codex Atlanticus sera complètement exposé à la Bibliothèque Ambrosienne de 2009 à 2015[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il Codice Atlantico di Leonardo da Vinci, nella Biblioteca Ambrosiana di Milano, édité et trancris par Giovanni Piumati, Milan, 8 volumes,1894-1904.
  2. (en) Colleen Barry pour AFP, « da Vinci trove to be displayed », The Toronto Star,‎ 10 septembre 2009 (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Carnets de Léonard de Vinci, introduction, classement et notes par Edward Mac Curdy.
  • A.E Popham, Les dessins de Léonard de Vinci, Éditions de la connaissance, Bruxelles, 1947.
  • The Codex Atlanticus of Leonardo da Vinci, fac-similé, 12 vol., 4320 p., Johnson Reprint Corporation and C.E. Giunti-G. Barbèra, Florence.
  • Carlo Vecce, Léonard de Vinci, Flammarion, 1998. (traduction (fr) en 2001 (ISBN 978-2082125345))
  • Marco Navoni, Léonard de Vinci et les secrets du Codex Atlanticus, National géographie éd., 2012, 210 p., ill.