Giovanni Antonio Boltraffio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Retable Casio : Vierge à l'Enfant avec saint Jean-Baptiste, saint Sébastien et deux donateurs
Portrait d'un jeune homme en saint Sébastien (Moscou)

Giovanni Antonio Boltraffio ou Beltraffio (Milan, 1467 - Milan, 1516) est un peintre italien de l'école lombarde de la Renaissance italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les premiers travaux de Boltraffio sont influencés par le style de Bernardo Zenale, Ambrogio Borgognone et de Vincenzo Foppa. En 1482 on le retrouve à l'atelier de Marco d'Oggiono et Salaì.
En 1491, alors qu'il est déjà élève de Léonard de Vinci à Milan il signe un contrat pour le retable du musée de Berlin représentant la Résurrection du Christ avec les saints Léonard et Lucie, exécuté avec Marco d'Oggiono.
Il réussit sa carrière surtout comme portraitiste auprès des cours de Milan et de Mantoue, où il se rend en 1498.
Le célèbre retable Casio, autrefois en l'église de la Miséricorde à Bologne et aujourd'hui au Louvre, date de 1500. En 1502, il travaille encore à Milan pour l'église Sainte-Marie près de San Satiro. Après un séjour romain vers 1506, il termine en 1508 le retable pour la cathédrale de Lodi, représentant La Vierge à l'Enfant avec des saints, conservé au Musée de Budapest[1].

Il emprunte à son maître Léonard certains de ses motifs et adopte ponctuellement son clair-obscur et son modelé ferme et transparent. Il y associe l'influence du style doux et serein de la peinture bolonaise et serait à l'origine de la transmission des modèles « léonardesques » au Véronais Caroto[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pseudo Boltraffio
  • Narcisse, 1500-1510, peinture sur bois, 19 × 31 cm, Galerie des Offices, Florence. La tradition l'attribuait à Giovanni Antonio Boltraffio. Il est attribué aujourd'hui à ce peintre de l'Ecole de Léonard que la critique désigne sous le nom de Pseudo Boltraffio[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raffaella Bentivoglio Ravasio, « Notices biographiques », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires,‎ 2000, p. 635
  2. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions,‎ 2005 (ISBN 2-35031-032-9), p.298
  3. Musée Lazaro Galdiano
  4. Portrait d'un sénateur, Palais Pitti
  5. a et b Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p. 286
  6. Jean Philippe Breuille, « De Leonard de Vinci à Raphaël », le monde de la peinture, no 3,‎ 2ème trimestre 1982

Source de la traduction[modifier | modifier le code]