Clercs de Saint-Viateur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clerc.

Les viatoriens ou clercs de Saint-Viateur (en latin Congregatio Clericorum Parochialium seu Catechistarum S. Viatoris) constituent les membres d'un Institut de vie consacrée catholique de droit pontifical, fondé le 3 novembre 1831 en France à Vourles près de Lyon, par le père Louis Querbes[1]. (1793-1859), curé de cette paroisse. Ils font suivre leur signature des initiales C.S.V.

Fondation[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre en 1816, Louis Querbes est nommé vicaire à Saint-Nizier avant de rejoindre la paroisse de Vourles (Rhône) où il restera jusqu'à sa mort. C'est de là, qu'entre 1826 et 1831, il pose les bases d'une association de catéchistes qui assureront l'éducation chrétienne des enfants et les tâches affectées aux clercs paroissiaux: préparation des offices, des chants…

L'approbation pontificale donnée le 20 septembre 1838 légitime la congrégation des clercs de Saint-Viateur. L'intuition du P. Querbes, qui voulait mettre à l'honneur la collaboration avec les laïcs a été redécouverte depuis le concile Vatican II. Les viatoriens sont des enseignants, et ils sont donc impliqués dans des ministères paroissiaux et à tous les niveaux de l'éducation, de l'école primaire à l'université. Leur patron, saint Viateur, mort vers 390, fut un catéchiste du IVe siècle à Lyon.

Fusion[modifier | modifier le code]

Quatre instituts ont fusionné avec les clercs de Saint-Viateur.

  • En 1844 les Frères de Saint-Odilon, fondés en 1837 aux Ternes (diocèse de Saint-Flour) par le père Murat.
  • En 1854 les Frères de Saint-Jean de Rodez, fondés en 1851 à Nant (diocèse de Rodez) par Mgr Jean-François Croizier, évêque de Rodez.
  • En 1922 Les Frères de la Croix de Jésus, fondés en 1816 à Poncin par Claude-Marie Bochard, vicaire général du primat des Gaules, le cardinal Fesch.
  • En 1984, les Oblats de Saint-Viateur, fondés en 1927 à Montréal par le Frère Arthur Clément.

Rayonnement et expansion[modifier | modifier le code]

L'institut s'est étendu depuis ses origines françaises vers les États-Unis et le Canada, et maintenant il a des provinces et des missions à travers le monde. En 1980, les viatoriens étaient au nombre de 1.200 répartis dans 120 maisons. La maison généralice est située à Rome, 41, Via Padre Angelo Paoli.

Au Canada, les œuvres des Viatoriens comprennent :

Évêque issu des Clercs de Saint Viateur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le journal La Croix du 27 février 2006 annonce que la cause en béatification du P. Louis Querbes vient d'être ouverte par le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon.
  • Léo-Paul Hébert, Les Clercs de Saint-Viateur au Canada, 1947-1997, Québec, Septentrion,‎ 2010, 989 p. (ISBN 9782894486153)
  • Antoine Bernard, Les Clercs de Saint-Viateur au Canada : [1]. Le Premier demi-siècle, 1847 à 1897. [2]. Le Second demi-siècle, 1897 à 1947., Montréal, Clercs de Saint-Viateur,‎ 1947-1951
  • David Santerre, « Trois Clercs de Saint-Viateur accusés d'agressions sexuelles », La Presse, Montréal,‎ 29 juin 2013 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Paul-André Turcotte, « Les frontières culturelles et institutionnelles du migrant. Les insertions des viateurs français, missionnaires en Bas-Canada (1847-1874) », Incursions, n°5, Septembre 2011,[1]