Claire Croiza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Claire Croiza

Description de cette image, également commentée ci-après

Claire Croiza en 1934

Nom de naissance Claire O'Connolly
Naissance 14 septembre 1882
Paris, Drapeau de la France France
Décès 26 mai 1946 (à 63 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Artiste lyrique
Mezzo-soprano
Style Opéra
Maîtres Jean de Reszke
Enseignement École normale de musique de Paris (1922)
Conservatoire de Paris (1934)
Élèves Camille Maurane
Jacques Jansen
Gérard Souzay
Janine Micheau

Claire Croiza, née le 14 septembre 1882 à Paris où elle est morte le 26 mai 1946, est une cantatrice mezzo-soprano française. Elle fut également un professeur de chant influent.

Vie et carrière[modifier | modifier le code]

Née Claire O'Connolly, elle est la fille d'un colonel américain, John Townsend O'Connolly (fils de Richard B. Connolly), expatrié d'origine irlandaise, et d'Annette Cornaglia. Enfant, elle excelle au piano et au chant. Elle reçoit d'abord un enseignement privé, puis suit des cours plus approfondis auprès du ténor polonais Jean de Reszke.

Elle tient son premier rôle à Nancy, en 1905, dans Messaline d'Isidore de Lara. En 1906, elle fait sa première apparition au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, le 7 mars 1910, comme Dalila dans Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns. Commence une longue association avec l'opéra dans les rôles de Dido (Les Troyens de Berlioz), Clytemnestre (Elektra de Strauss), Erda (Erda de Wagner), Carmen (Carmen de Bizet), Léonor (La Favorite de Donizetti), Charlotte (Werther de Massenet) et Pénélope (Pénélope de Fauré). C'est encore comme Dalila qu'elle fait ses débuts en 1908 à l'Opéra de Paris.

Quoique bien établie professionnellement comme chanteuse d'opéra, elle poursuit sa carrière comme chanteuse de récitals et tout particulièrement de mélodies françaises, dont elle devient l'une des grandes interprètes. Elle possède une très grande maîtrise de la langue française ; sa prononciation, claire et naturelle, ne sacrifie en rien la beauté et le flux de ses prestations. Aussi plusieurs de ses contemporains la choisissent pour l'interprétation de leur œuvres vocales, par exemple :

 partir de 1922, elle est professeur d'interprétation à l'École normale de musique de Paris. Elle fait aussi de nombreuses tournées à l'étranger, avec de fréquents passages à Londres où elle est très bien reçue. Elle crée en 1915 Le Jardin clos de Gabriel Fauré, puis en 1924 Le Miroir de Jésus d'André Caplet. À New York, interprète de Pâques de Honegger et de La Chanson de Ronsard en 1924, elle tisse des relations privilégiées avec Honegger, qui lui dédie Judith. Le 26 avril 1926, elle donne naissance à un fils, Jean-Claude, fruit de sa liaison avec Honegger. Le compositeur et la cantatrice ne se marient cependant pas.

Après 1934, elle enseigne au Conservatoire de Paris. Excellente pédagogue, elle a notamment comme élèves Janine Micheau, Suzanne Juyol, Yoshiko Furusawa, Betty Bannermanet et les barytons Camille Maurane, Jacques Jansen et Gérard Souzay.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle est membre du comité d'honneur du Groupe Collaboration, organisation favorable à la collaboration avec l'occupant nazi[1].

Portraits[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hélène Abraham, Un art de l'interprétation : Claire Croiza, les cahiers d'une auditrice, 1924-1939, avec la lettre à Madame C. de Paul Valéry, Paris : Office de centralisation d'ouvrages, 1954
  • Alain Pâris (direction) (préf. Alain Pâris), Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale au XXesiècle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1995, 4e éd., 1278 p. (ISBN 2-221-08064-5)
  • (en) Stanley Sadie (préf. Stanley Sadie), The Grave Concise Dictionary of Music, London, Macmillan,‎ 1995 (1re éd. 1988), 909 p. (ISBN 0-333-43236-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gisèle Sapiro, La Responsabilité de l'écrivain : Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècle), Paris, Éditions du Seuil,‎ 2011, 746 p. (ISBN 978-2-02-103288-8, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]