Citrus sudachi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Citrus sudachi, en japonais sudachi (スダチ , ?, ), est une espèce d'arbustes donnant de petits fruits verts semblables aux citrons verts. Il s'agit d'une spécialité de la préfecture de Tokushima au Japon[2]. Son fruit est amer et n'est pas dégusté comme fruit, mais utilisé dans la cuisine en remplacement du vinaigre[3].

Description[modifier | modifier le code]

Plants de sudachi d'un an

Cultivé depuis des siècles au Japon, il est peut être aussi connu que le yuzu dans ce pays[4]. Il est considéré comme le compagnon indispensable en mangeant des champignons matsutake [5] Le ponzu (ポン酢?, "vinaigre pon") est une sauce japonaise populaire qui contient du sudachi ainsi que d'autres oranges amères (kabosu, yuzu, bigarade (, daidai?)).

Le fruit est aussi un symbole de la préfecture de Tokushima où le fruit est principalement produit. La culture est principalement le fait des communautés de Sanagouchi-son, Kamikatsu-cho et Kamiyama-cho[6]. L'arbre montre des fleurs blanches qui fleurissent en Mai et Juin. Les fruits sont groupés sur l'arbre et se récoltent à l'automne. Les fruits du sudachi peuvent éventuellement développer une couleur jaune à orange, mais ils sont normalement récoltés verts [7] Le fruit contient de grandes graines qui contiennent des polyembryons[8].

Un fruit coupé en 2 est souvent servi [7] en garniture de nombreux plats traditionnels japonais, avec du poisson, des soba, udon, nabe, et même quelquecs boissons alcoolisées. Il a un arôme de zeste plus puissant que le citron ou le limes. Il contient plus de calcium, d'acide ascorbique, de (vitamine C) que les citrons. Il existe de nombreux produits aromatisés au sudachi comme de la vodka, des glaces, des boissons qui peuvent être trouvées au Japon et plus particulièrement à la préfecture de Tokushima, où les fruits sont peu onéreux. Le fruit est souvent vu comme une spécialité dans le reste du Japon et est souvent cher. Comparé au kabosu, le sudachi est plus petit, entre 20-25[7] et 40 grammes alors que le kabosu pèse entre 100 et 140 grammes.

Classification[modifier | modifier le code]

Citrus sudachi est considéré comme un hybride ichang papeda - mandarine.

Décrit pour la première fois par Mitsutaro Shirai (1933), les scientifiques modernes utilisent le nom nom comme une espèce bona fide mais plutôt comme un cultivar [3] de parentée inconnu, ou comme un cultigène du yuzu


Phytochimie[modifier | modifier le code]

L'ériocitrine, flavonoïde abondant dans les jus de citron et de lime est présent en concentration comparable dans le jus de sudachi, mais il est absent dans les jus de yuzu et de kabosu.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A discourse on Japanese names of trees (Jumoku Wamei Ko) 114, index 8. 1933, GRIN 314333
  2. Schmadel 2012, p. 815
  3. a et b (en) Akira Iuchi, Katsuo Hayashi, Katsuhiro Tamura et Toshitaka Kono, Dictionary of Minor Planet Names (sixth edition), Elsevier,‎ 1996 (ISBN 0080544614, lire en ligne), « Technique of quality control for Sudachi (Citrus sudachi Hort. ex Shirai) juice by high pressure treatment », p. 387 :

    « Sudachi (Citrus sudachi Hort. ex Shirai) is a cultivated variety of sour orange which is grown in Tokushima Prefecture, Japan. The juice of this fruit is widely used as an acidulantinstead of brewed vinegar.. »

  4. Tanaka et Taninaka 1960, p. 10
  5. (en) Masuaki (奧山益朗) Okuyama, Mikaku hyōgen jiten (味覚表現辞典), 松茸には欠かせないスダチの風味, 東京堂出版,‎ 2001, snippet (lire en ligne), p. 224 :

    « 戦前から松茸には欠かせないものとして、徳島から近い都市へ来ていたが »

  6. http://www2.shikoku-u.ac.jp/english-dept/sudachi/page3.html
  7. a, b et c (en) Wilfred F. Wardowski, Steven Nagy et William Grierson, Fresh citrus fruits - 150, AVI Pub. Co.,,‎ 1986, snippet (ISBN 0870555197, lire en ligne), p. 150 :

    « Sudachi bears small fruit (20-25 g) and is traditionally grown in Tokushima Prefecture. The fruit are harvested only at the green stage and are served in cut halves as a garnish »

  8. Tanaka et Taninaka 1960, p. 12

Citations[modifier | modifier le code]

  • (en) Tyozaburo Tanaka et Tokio Taninaka, A Revision of Osmocitrus, a section of the genus Citrus : Revisio Aurantiacearum XIII,‎ 31 mars 1960, pdf, 9–13 p. (lire en ligne), chap. 64 pdf
  • (en) Lutz D. Schmadel, Dictionary of Minor Planet Names (sixth edition),‎ 2012 (ISBN 3642297188, lire en ligne), p. 815