Charles Garnier (jésuite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles Garnier (saint))
Aller à : navigation, rechercher

Saint Charles Garnier, né en 1606[1] à Paris et mort le 7 décembre 1649 à Etharita[2], au pays du Pétun, est un prêtre jésuite français et missionnaire en Nouvelle-France où il est mort pour la foi (martyr). Canonisé le 29 juin 1930, il est liturgiquement commémoré le 26 septembre au Canada et le 7 décembre en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Garnier est le second fils de Jean Garnier, un conseiller du roi Henri III, et d'Anne de Garault[3]. Il étudie au collège de Clermont, à Paris et est ordonné prêtre en 1635. Son désir de partir comme missionnaire en Nouvelle-France rencontre d'abord l'opposition de son père. Cette permission lui est par la suite accordée. Il arrive à Québec le 11 juin 1636, par le même vaisseau que le gouverneur de Montmagny.

Arrivé dans la baie Georgienne, il est surnommé Ouracha par les Hurons, car sa venue coïncide avec la fin d'une longue période de sécheresse. Très proche de son confrère Jean de Brébeuf, il en est également fort différent: il est surnommé l'agneau de la mission, alors que Brébeuf était appelé le lion[4].

Il est massacré par des Iroquois le 7 décembre 1649 alors que la Huronie est en cours de destruction. Frappé par balles sur la poitrine et l'abdomen, son dernier geste fut d'absoudre un Indien qui mourait auprès de lui, après quoi il reçut un coup de tomahawk sur la tête.

Il avait grande dévotion pour la Vierge Immaculée et son martyre a lieu la veille de la fête de l'Immaculée Conception (8 décembre). Les lettres qu'il écrivit à son frère, un frère carme, révèlent sa sainteté[4].

Canonisation[modifier | modifier le code]

Paul Ragueneau atteste son sacrifice et son esprit héroïque[4]. L'historien Francis Parkman a comparé sa vie à celle de Pierre Claver[4], qui s'est sacrifié pour les esclaves africains de la Colombie.

Il est béatifié en 1925. Le 29 juin 1930, il a été canonisé par Pie XI[3] avec ses sept confrères martyrs, qui ont été proclamés saints patrons du Canada.

Relique[modifier | modifier le code]

Des reliques de Charles Garnier ont été déposées à la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, à la chapelle du Grand Séminaire de Montréal[5], à la chapelle de la maison-mère des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire de Rimouski[6] et à la Tour des martyrs de Saint-Célestin[7], entre autres lieux.

Reconnaissance publique[modifier | modifier le code]

La municipalité de Saint-Charles-Garnier est nommée en son honneur[8], tout comme les paroisses Saint-Charles-Garnier de Sillery et de Sault-au-Récollet et le collège Saint-Charles-Garnier de Québec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baptisé le 25 mai 1606.
  2. Village des tribus du Pétun (Loups). Il aurait été leur village situé le plus au sud. Il aurait été situé au sud de la baie Georgienne, aux environs du lieu où se trouve aujourd'hui Duntroon, dans le township de Clearview (Ontario) (référence : Lieu historique national du Canada du Site-Etharita, sur le site de Parcs Canada). Il aurait compté quelque 500 ou 600 familles et était appelé le bourg de Saint-Jean par les jésuites. (référence : Paul Ragueneau, Relation de ce qui s'est passé en la mission de pères de la Compagnie de Jésus aux Hurons, et aux pays plus bas de la Nouvelle-France, ès années 1649 et 1650, Paris, 1651, page 8, reproduit en ligne sur le site de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Ou, pour un commentaire critique, Guy Laflèche, Les saints martyrs canadiens, volume 4 : Le martyre de Charles Garnier selon Paul Raguenau, Les Éditions du Singulier, Laval, 1993, (ISBN 2-920580-05-1), reproduit en ligne sur le site de Google livres.)
  3. a et b Florian Larivière, « GARNIER, CHARLES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 13 août 2013
  4. a, b, c et d Lionel Lindsay, « Charles Garnier », dans The Catholic Encyclopedia, New York: Robert Appleton Company, 1909, reproduit sur le site New Advent (en)
  5. Le reliquaire de l'autel de la chapelle du Grand Séminaire de Montréal
  6. Les églises du diocèse, Archidiocèse Saint-Germain de Rimouski, Qc, Canada
  7. La Tour des martyrs : sanctuaire de reliques
  8. Commission de toponymie du Québec, Saint-Charles-Garnier, dans Noms et lieux du Québec, 1994 et 1996

Liens externes[modifier | modifier le code]